Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mars 2003 – Radio Nord Communications perd… le Nord

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…

Mars 2003 – Radio Nord Communications perd… le Nord

Radio Nord Communications perd… le Nord

Il est temps que l’entreprise assume son rôle de développeur

Le Syndicat des employés en communication de l’Abitibi-Témiscamingue (SECAT, FNC/CSN) accuse Radio-Nord d’être complètement déconnectée de la réalité régionale et de tenter par tous les moyens de cacher ses véritables intentions en Abitibi-Témiscamingue. Si le conflit de travail perdure depuis maintenant 5 mois, nous croyons que c’est en grande partie parce que les décisions se prennent ailleurs qu’ici dans la région. La direction locale, qui n’a presque plus de contrôle sur les prises de décision, poursuit ses attaques insensées plutôt que de se présenter à la table de négociation avec une volonté de régler.

Faire encore PLUS… avec toujours MOINS !

Le syndicat croit qu’il est de son devoir et dans l’intérêt du public d’être informé des projets de Radio Nord et ne viole ainsi aucune entente de confidentialité. L’entreprise vient d’annoncer aux représentants syndicaux qu’elle avait l’intention d’abolir 25 pour cent des postes actuels d’ici les 5 prochaines années. Des intentions dont le SECAT n’avait jamais été informé au cours des séances de négociations avec l’employeur avant le déclenchement de la grève.

Depuis 15 ans, Radio-Nord a aboli 50 emplois, dont 17 postes depuis les 4 dernières années. Après la signature du dernier contrat de travail, en 1998, la compagnie a transféré 5 postes de direction en Outaouais, dont celui de directeur des Ressources humaines et, surtout, celui de directeur de l’information qui décide, chaque semaine, des affectations des journalistes…à plus de 600 km.

Oui, Radio-Nord veut abolir près d’une quinzaine de postes. Des emplois à la mise en ondes, au routage, à la technique à la comptabilité et à l’animation. Nous reconnaissons que certains de ces postes seront perdus à cause de l’automatisation mais d’autres seront par contre transférés vers Gatineau. De plus, le contrôle de la mise en ondes de TQS à Val-d’Or pourrait même être centralisé à Rouyn-Noranda. Le SECAT est prêt à négocier des primes de séparation offertes sur une base volontaire aux employés qui seront touchés par les changements technologiques mais refuse d’encourager la centralisation des emplois vers l’Outaouais ou le transfert des emplois à la sous-traitance.

LE SECAT INTERPELLE LES GENS D’AFFAIRES

Depuis que Radio-Nord est implanté en Abitibi-Témiscamingue (1948), l’entreprise n’a cessé de croître grâce, entre autres, aux avantages lucratifs que lui a apportés un monopole des recettes publicitaires. Toutefois, les revenus générés ici en Abitibi-Témiscamingue favorise de plus en plus l’emploi à l’extérieur de la région.

Dans le passé, les communautés d’affaires se sont mobilisées pour rapatrier ou conserver leurs directions régionales en Abitibi-Témiscamingue, on n’a qu’à penser à Hydro-Québec qui voulait centraliser une partie de ses

Opérations au Saguenay-Lac-St-Jean. Les gens d’affaires comprennent qu’il est important que les décisions se prennent ici, pour les gens d’ici. Nous espérons que Radio-Nord démontrera un jour une volonté réelle de maintenir et de renforcer ses opérations en Abitibi-Témiscamingue.

Le président du SECAT, André Anglehart, ajoute : « Ce n’est pas tout d’investir des millions pour attirer des entreprises et créer de l’emploi. Il faut d’abord maintenir les centres de décision dans la région et consolider les acquis pour contrer l’exode des emplois vers l’extérieur. »

Des organismes de développement se battent pour arriver à mettre la région à l’avant-plan alors que le principal diffuseur maintient la région en vase clos. Nous craignons, à ce rythme, que la radio et la télévision régionales ne deviennent qu’une simple antenne de retransmission de réseaux situés dans les grands centres.

Source : CSN 24-03-03 Renseignements : SECAT : Local de grève :(819) 762-5488, André Anglehart, président : (819) 763-1518, Courriel : secat@hotmail.com, Site Internet : http://secat.levillage.org; RADIO-NORD : Ghislain Beaulieu (Directeur général, Abitibi), (819) 762-0744 poste 202, (819) 762-6331, gbeaulieu@radionord.com ou Pierre Brosseau (Président de Radio-Nord), (514) 866 8686, (514) 866-8056 (télécopieur).

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket