Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mars 2003 – Radio Nord : l’employeur refuse de négocier sérieusement

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Mars 2003 – Radio Nord : l’employeur refuse de négocier sérieusement

Conflit de travail à Radio Nord

Trève demandée par Radio Nord (L’employeur refuse de négocier sérieusement)

Le syndicat des employé-es en communication de l’Abitibi-Témiscamingue (SECAT, FNC/CSN) se dit surpris et outré de la proposition de Radio Nord Communications envers son personnel en grève depuis plus de 4 mois.

Radio Nord Communications propose aux membres du S.E.C.A.T d’assurer, malgré le conflit de travail, la couverture journalistique de la campagne électorale du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Selon le président du syndicat, André Anglehart, « Radio Nord nous demande d’être nos propres briseurs de grève au moment ou une plainte pour pratique déloyale a été déposée au Conseil Canadien des Relations Industrielles. L’entreprise veut ainsi nous priver encore plus de notre pouvoir de négociation plutôt que de négocier de bonne foi. D’ailleurs, la direction de Radio Nord pourra démontrer sa volonté d’en arriver à un règlement alors qu’une rencontre de conciliation est prévue le vendredi 14 mars à Rouyn-Noranda. »

Le Syndicat espère que la population aura droit à une information télévisuelle sur les enjeux de la campagne électorale grâce à un règlement rapide du conflit. Cependant, l’utilisation de briseurs de grève pour produire des bulletins de nouvelles à partir des locaux de Cablevision du Nord à Val-d’Or ou à Rouyn-Noranda, ne fera que prolonger le conflit de travail.

C’est un manque flagrant de respect non seulement envers les employés en grève, mais surtout envers la population de la région. Dans sa proposition, Radio Nord vient dire à la population que seules les élections sont importantes et que tout le reste ne l’est pas. Est-ce cela la vision démocratique de Radio Nord Communications?

PLAINTE AU C.C.R.I.

Le Conseil Canadien des Relations Indutrielles a tenu, le lundi 10 mars dernier à Montréal, une conférence préparatoire relativement à la plainte déposée par le S.E.C.A.T. Les représentants des parties patronale et syndicale participaient à cette rencontre.

Rappelons que le Syndicat a déposé, en février dernier, une plainte de pratique déloyale en vertu de l’article 94(2.1) du Code Canadien du Travail concernant l’INTERDICTION RELATIVE AUX EMPLOYES DE REMPLACEMENT. Selon l’article, il est interdit à tout employeur d’utiliser des travailleurs de remplacement, c’est-à-dire des briseurs de grève, dans le but de miner la capacité de représentation du syndicat plutôt que pour atteindre des objectifs légitimes de négociation.

La commissaire du C.C.R.I. a ordonné à Radio Nord Communications de produire certains documents, à titre confidentiel, au Syndicat. Les audiences se tiendront, si tout se déroule comme prévu, au mois de juin à Rouyn-Noranda.

Source : CSN 13-03-03 Renseignements : SECAT : Local de grève : (819) 762-5488; André Anglehart, président: (819) 763-1518

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket