Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mars 2003 – Radio Nord : l’employeur refuse de négocier sérieusement

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Excédés par la lenteur de leur négociation ainsi que par la nonchalance de leur employeur, ce…

Mars 2003 – Radio Nord : l’employeur refuse de négocier sérieusement

Conflit de travail à Radio Nord

Trève demandée par Radio Nord (L’employeur refuse de négocier sérieusement)

Le syndicat des employé-es en communication de l’Abitibi-Témiscamingue (SECAT, FNC/CSN) se dit surpris et outré de la proposition de Radio Nord Communications envers son personnel en grève depuis plus de 4 mois.

Radio Nord Communications propose aux membres du S.E.C.A.T d’assurer, malgré le conflit de travail, la couverture journalistique de la campagne électorale du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Selon le président du syndicat, André Anglehart, « Radio Nord nous demande d’être nos propres briseurs de grève au moment ou une plainte pour pratique déloyale a été déposée au Conseil Canadien des Relations Industrielles. L’entreprise veut ainsi nous priver encore plus de notre pouvoir de négociation plutôt que de négocier de bonne foi. D’ailleurs, la direction de Radio Nord pourra démontrer sa volonté d’en arriver à un règlement alors qu’une rencontre de conciliation est prévue le vendredi 14 mars à Rouyn-Noranda. »

Le Syndicat espère que la population aura droit à une information télévisuelle sur les enjeux de la campagne électorale grâce à un règlement rapide du conflit. Cependant, l’utilisation de briseurs de grève pour produire des bulletins de nouvelles à partir des locaux de Cablevision du Nord à Val-d’Or ou à Rouyn-Noranda, ne fera que prolonger le conflit de travail.

C’est un manque flagrant de respect non seulement envers les employés en grève, mais surtout envers la population de la région. Dans sa proposition, Radio Nord vient dire à la population que seules les élections sont importantes et que tout le reste ne l’est pas. Est-ce cela la vision démocratique de Radio Nord Communications?

PLAINTE AU C.C.R.I.

Le Conseil Canadien des Relations Indutrielles a tenu, le lundi 10 mars dernier à Montréal, une conférence préparatoire relativement à la plainte déposée par le S.E.C.A.T. Les représentants des parties patronale et syndicale participaient à cette rencontre.

Rappelons que le Syndicat a déposé, en février dernier, une plainte de pratique déloyale en vertu de l’article 94(2.1) du Code Canadien du Travail concernant l’INTERDICTION RELATIVE AUX EMPLOYES DE REMPLACEMENT. Selon l’article, il est interdit à tout employeur d’utiliser des travailleurs de remplacement, c’est-à-dire des briseurs de grève, dans le but de miner la capacité de représentation du syndicat plutôt que pour atteindre des objectifs légitimes de négociation.

La commissaire du C.C.R.I. a ordonné à Radio Nord Communications de produire certains documents, à titre confidentiel, au Syndicat. Les audiences se tiendront, si tout se déroule comme prévu, au mois de juin à Rouyn-Noranda.

Source : CSN 13-03-03 Renseignements : SECAT : Local de grève : (819) 762-5488; André Anglehart, président: (819) 763-1518

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket