Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…
Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Trois ans après avoir rejoint les rangs de la CSN, les employé-es de la municipalité de…
Budget provincial  : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

Budget provincial : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) déplore que le budget 2022-2023 du gouvernement provincial, présenté aujourd’hui par…

CPE

DSCF5811

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient reprendre le travail en CPE, le gouvernement a fait fi des agents négociateurs et entravé les activités syndicales des syndicats concernés, conclut le Tribunal administratif du travail (TAT) dans une décision rendue hier. Le TAT ordonne au ministère de la Famille de s’engager dans un véritable processus de négociation collective à l’égard de cette prime auprès des syndicats concernés.

Cette décision unilatérale du gouvernement survenait à peine un mois après que les syndicats CSN aient conclu avec Québec, à la mi-décembre, une entente de principe concernant l’ensemble de la rémunération des travailleuses de CPE. « Il fallait le faire ! », se rappelle Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), qui représente la majorité du personnel de CPE au Québec. « Alors que nous étions encore en négociation, le ministère s’affairait à préparer ses formulaires de réembauche en fonction d’une prime qu’il gardait secrète… C’est un déni flagrant du processus de négociation ! »

Pour la responsable du secteur de la petite enfance à la FSSS–CSN, Stéphanie Vachon, le gouvernement aurait eu tout intérêt à discuter de ce type de mesures incitatives à la table de négociation. « Les problèmes de recrutement, nous les vivons chaque jour dans nos milieux de travail. Les solutions, les mesures d’attraction, nous les connaissons. Cette prime n’était réservée qu’aux éducatrices retraitées désirant reprendre le collier, alors que les problèmes de recrutement concernent de nombreux titres d’emploi, notamment parmi les responsables en alimentation », soutient la militante syndicale.

La présidente de la CSN, Caroline Senneville, ne minimise pas les impacts de cette décision. « Depuis le début de la pandémie, et ce, sur de nombreux plans, le gouvernement a choisi de gouverner par décret, d’ignorer les mécanismes de consultation les plus élémentaires et d’outrepasser ses obligations légales envers les employé-es de l’État et leurs organisations syndicales. C’est tout un signal que le tribunal envoie au gouvernement de François Legault : gouverner le Québec, ça ne se fait pas au-dessus des lois. »

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. Elle est composée de près de 1 600 syndicats et regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 110 000 membres œuvrant dans les secteurs public et privé.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket