18 novembre 2002

Déménagemelt de "La Joute" de Riopelle: La CSN dénonce le projet de Québec

Déménagement de “La Joute” de Riopelle dans le quartier international des affaires

La CSN dénonce le projet de Québec

La CSN dénonce le projet du gouvernement du Parti québécois de déménager la sculpture de Jean-Paul Riopelle, “La Joute”, dans le quartier international des affaires. La centrale syndicale estime que l’Etat devrait revaloriser cette oeuvre sur son site actuel, au Parc Olympique, au coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier riche de son histoire ouvrière et populaire.

“Ce geste symbolise des années de choix politiques où la logique économique l’a emporté sur le social et le culturel, s’est insurgé Roger Valois, vice-président de la CSN. Non seulement répond-il aux pressions du milieu des affaires qui réclame cette oeuvre prestigieuse dans sa cour, il est même prêt à y investir des sommes pour réaliser ce projet, ce qu’il a toujours refusé de faire dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve pour valoriser “La Joute”.

“Le déménagement et la valorisation de “La Joute”, entre les buildings de la Caisse de dépôt et le Palais des congrès, un secteur fréquenté par les gens d’affaires et plutôt désert le soir et les fins de semaine, seront défrayés à même des deniers publics, a poursuivi le vice-président de la CSN. Nous soutenons que ces sommes devraient plutôt servir à mettre en valeur la sculpture sur son site actuel et, du même coup, en faire un levier économique important pour le quartier. “L’oeuvre de Riopelle est située au centre d’un quartier achalandé, autant par les touristes que des résidants d’Hochelaga-Maisonneuve, intégrée dans un complexe récréo-touristique comprenant aussi le Parc Maisonneuve, le Jardin Botanique et le Biodôme. Pourquoi ne pas tout simplement la mettre en valeur ?”

“Si la ministre Lemieux a dû faire appel au service guidé de la RIO pour voir la sculpture de ses yeux, les gens du quartier savent où elle est située et ils savent aussi qu’elle est laissée à l’abandon. C’est une insulte aux résidants et un mépris à leur endroit de leur retirer “La Joute”, sous prétexte qu’elle est mal entretenue.” Roger Valois rappelle que le Parc Olympique a traversé de nombreux problèmes financiers qui peuvent expliquer la difficulté pour la RIO de s’occuper adéquatement de la sculpture. “Le nouvel intérêt du gouvernement pour “La Joute” devrait, selon le porte-parole, se traduire par un investissement conséquent dans le quartier. La RIO a d’ailleurs fait plusieurs demandes en ce sens, des demandes qui sont restées lettres mortes.”

La CSN tient à saluer la détermination des citoyennes et des citoyens qui se mobilisent pour conserver le patrimoine. “La Joute” est en train de devenir un symbole important des luttes des classes populaires contre les intérêts économiques dominants. “La Joute”, c’est maintenant aussi ce jeu de bras de fer.”

La CSN interpelle André Boisclair, ministre de la Métropole, Diane Lemieux, ministre de la Culture, et Louise Harel, députée d’Hochelaga- Maisonneuve et présidente de l’Assemblée nationale, pour qu’ils défendent les intérêts du quartier et l’importance de préserver le patrimoine culturel. Pour la centrale, l’oeuvre de Riopelle mérite qu’on lui rende hommage pour ce qu’elle est : la seule oeuvre d’art majeure publique qui témoigne d’une époque, celle de la tenue des Jeux olympiques à Montréal.

(Source: CSN 18-11-2002 — Renseignements: Roger Valois, vice-président de la CSN, (514) 598-2266)

   


← Précédent La CSN lance un vaste chantier de réflexion sur l'avenir de l'industrie 15 novembre 2002
Suivant → À compter du 22 novembre: débrayages à Sainte - Anne - des - Monts 19 novembre 2002
Partager

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/novembre-2002-demenagemelt-de-la-joute-de-riopelle-la-csn-denonce-le-projet-de-quebec/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.