Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

octobre 2002 – – Pour une question de clé manquante… Laval privée de transport en commun

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

octobre 2002 – – Pour une question de clé manquante… Laval privée de transport en commun

Pour une question de clé manquante…

Laval privée de transport en commun durant une trentaine de minutes ce matin

Les Lavalloises et les Lavallois ont été privés de transport en commun durant une trentaine de minutes ce matin parce que la direction de la société de transport a tardé à remettre aux chauffeurs les certificats d’immatriculation des autobus. Un porte-parole a expliqué aux chauffeurs en attente : « La personne qui a la clé pour ouvrir le casier où se trouvent les certificats n’est pas arrivée… »

Ce nouvel épisode burlesque dans la saga du transport en commun à Laval survient alors que les chauffeurs d’autobus refusent dorénavant de rouler sans être conformes à la loi. Depuis quelque temps, ils étaient obligés de travailler à bord de véhicules munis de photocopies de certificats d’immatriculation, ce qui est illégal.

Alléguant que les certificats originaux disparaissaient occasionnellement, la direction avait décidé de les remplacer par des photocopies. Or, le 23 septembre dernier, un chauffeur intercepté par un policier a reçu une contravention pour avoir présenté la copie du certificat plutôt que l’original. Même s’il n’a pas à défrayer lui-même le coût de l’amende, l’infraction est tout de même enregistrée dans le fichier central des assureurs, de sorte que le coût de l’assurance privée du chauffeur pourrait éventuellement augmenter. « Puisque nous voulons éviter qu’une telle situation ne se reproduise, nous exigeons maintenant des certificats originaux », d’expliquer le président du syndicat, Guy Gilbert.

UNE ENTENTE ILLEGALE

« Ce matin, la direction de la STL nous a fait savoir qu’après entente avec la police de Laval, nous pourrions rouler munis de photocopies de certificats. Mais puisque nos autobus se rendent à Montréal et qu’ils empruntent des autoroutes, nos chauffeurs sont susceptibles d’être interceptés par la Sûreté du Québec et par des policiers de Montréal, avec lesquels Laval n’a pas d’entente. De toute façon, nous ne comprenons pas qu’une entente puisse outrepasser la loi », d’ajouter Guy Gilbert.

Quoiqu’il en soit, en ces temps de négociations difficiles, le syndicat soupçonne la partie patronale d’user de stratagèmes plus ou moins élégants pour jeter le discrédit sur les chauffeurs. « Faudrait-il attendre la fin des négos pour se conformer au code de la route ? », interroge Guy Gilbert.

Rappelons que le 21 septembre dernier, les chauffeurs ont décidé dans une proportion de 94 pour cent, par vote secret, de rejeter les conditions exigées par la direction pour soumettre à l’arbitrage les clauses salariales de leur convention collective. Celle-ci prendra fin le 31 juillet prochain. Depuis, les chauffeurs refusent d’effectuer des heures supplémentaires.

(Source: CSN 03-10-2002 — Renseignements: Guy Gilbert, président du syndicat, (450) 669-9525)

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket