Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Quels critères guident les choix du gouvernement ?

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Nominations au Conseil d’administration de la CCQ

Quels critères guident les choix du gouvernement ?

Pour le président de la CSN-Construction, Aldo Miguel Paolinelli, les quatre nominations indépendantes au conseil d’administration de la Commission de la construction du Québec, dévoilées hier, risquent de nuire grandement à l’objectif affiché du gouvernement qui dit souhaiter un changement de culture dans l’industrie.

« Nous ne commenterons pas les nominations sur une base individuelle, mais force est de constater que ce sont quatre personnes qui proviennent toutes du milieu des affaires. Il y a certainement un risque pour que ces nominations entraînent davantage de confrontation entre patrons et syndicats au conseil de la CCQ alors qu’au contraire, ce dont l’industrie a besoin c’est d’un renouvellement des pratiques, d’une nouvelle vision. Nous croyons que l’arrivée d’acteurs externes à l’industrie peut être positif pour permettre à la CCQ d’élargir son horizon à différents points de vue. Nous nous serions attendus à ce que le gouvernement invite des gens issus des mouvements sociaux, par exemple des groupes de promotion des droits des femmes ou des autochtones afin de relever des défis concrets dans l’industrie ou encore du monde de l’éducation, par exemple. Des gens du milieu des affaires, il y en a déjà pas mal au CA. Là ce que nous avons ce sont des gens qui, idéologiquement, risquent de toujours se placer du côté des patrons et nous en sommes très déçus », a réagi le président de la CSN-Construction qui souhaite tout de même laisser la chance au coureur.

La CSN-Construction, ce sont 18 000 travailleuses et travailleurs de tous les métiers dans toutes les régions du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket