Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Radio-Canada, Transcontinental, La Presse : des ententes partout, sauf au Journal de Montréal !

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Le conciliateur convoque les parties le 11 décembre

Radio-Canada, Transcontinental, La Presse : des ententes partout, sauf au Journal de Montréal !

« Notre employeur devrait prendre acte du processus de négociation qui s’est déroulé dans les autres médias québécois et accepter de revenir nous rencontrer avec le même esprit d’ouverture que nous », a déclaré le président du STIJM, Raynald Leblanc, au lendemain de la dernière assemblée générale qui s’est prononcée sur l’une des huit ententes de principe survenues au quotidien La Presse. Le résultat des pourparlers qui ont eu cours à Radio-Canada, dans les hebdos Transcontinental et à La Pressedémontre à n’en point douter qu’un accord est possible seulement si les parties syndicale et patronale acceptent de s’asseoir à une même table pour négocier. Le STIJM salue les efforts qui ont été faits par les parties pour renouveler les conventions collectives. « Si notre patron souhaitait vraiment une entente, il nous rejoindrait à la table avec l’idée de négocier sérieusement et les principales conditions seraient réunies pour que le conflit puisse prendre fin », a mentionné Raynald Leblanc en souhaitant que les choses débloquent lors de la rencontre convoquée par le conciliateur Pierre-Marc Bédard le 11 décembre prochain. Au quotidien La Presse, en moins de trois mois, huit ententes sont survenues avec les quelque 725 travailleuses et travailleurs membres d’autant de syndicats affiliés à deux centrales syndicales. Dernièrement, des ententes ont également été conclues à Radio-Canada et à Transcontinental. L’histoire au Journal de Montréalest différente. Depuis le lock-out, le 24 janvier, les parties ne se sont rencontrées qu’une seule fois, le 11 novembre. « Au cours des derniers mois, le grand patron de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, a multiplié les interventions sur de nombreuses tribunes. Nous n’avons pas eu la même chance que toutes les personnes qui l’ont entendu, a-t-il déploré. Nous aurions apprécié, nous aussi, discuter avec lui. » Le STIJM a récemment fait un bout de chemin en déposant à l’employeur un nouveau cadre de discussion en présence du conciliateur. Il a alors démontré son ouverture à discuter des exigences patronales telles que formulées en janvier dernier. Raynald Leblanc : « La pérennité de l’entreprise passe nécessairement par une entente. La négociation est un passage obligé qu’il nous faudra bien emprunter un jour. » Le STIJM invite l’employeur à lui expliquer en quoi la nouvelle proposition syndicale lui fait défaut et, le cas échéant, à déposer sa propre proposition. Rappelons que le 24 novembre, les députés de l’Assemblée nationale ont unanimement voté une motion déposée par Amir Kadhir invitant les parties à négocier. Voici le texte de la motion : Que l’Assemblée nationale invite la direction du Journal de Montréalet les quelque 250 syndiqués en lock-out depuis plus de 10 mois à négocier de bonne foi afin que les droits des travailleurs soient respectés et que les familles touchées puissent retrouver leur juste revenu avant l’arrivée de Noël.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket