Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Rejet des offres patronales

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Négociation entre la ville de Rivière-du-Loup et ses employés municipaux

Rejet des offres patronales

Réunis en assemblée générale hier soir, c’est à 93 % que les membres du Syndicat des employés municipaux de Rivière-du-Loup (CSN) ont rejeté l’offre globale et finale de l’employeur. Rappelons que les employés municipaux de Rivière-du-Loup sont sans contrat de travail depuis le 1er janvier 2009. Ils estiment avoir été plus que patients devant l’inertie de l’employeur à vouloir parler d’enjeu syndical, comme la sous-traitance. De plus, l’employeur s’évertue à dire à qui mieux mieux que les salariés devraient suivre l’exemple des cadres pour pouvoir sauver le régime de retraite et, du même coup, sauver des sous aux contribuables. Ce n’est que de la poudre aux yeux, car sous cette offre se cachent des reculs importants tant au niveau des salaires, des avantages sociaux que du régime de retraite, allant même à ne pas vouloir créer un comité de santé et sécurité au travail. Jusqu’à maintenant pas un mot sur tous ces litiges, pourquoi ? L’employeur cherche peut-être à dissimuler les réels enjeux, à étirer le temps, la patience ou tout simplement parce qu’arriver à une entente ne l’intéresse pas. Pourtant, le message entendu hier par l’assemblé générale en était un de solidarité, les travailleurs se disaient prêt à aller jusqu’au bout et la CSN entend bien les soutenir tout au long de ce bras de fer que la ville de Rivière-du-Loup semble vouloir mener. Le Syndicat des employés municipaux de Rivière-du-Loup (CSN) est affilié au Conseil central du Bas-St-Laurent (CSN) qui compte 10 000 membres sur son territoire, à la Fédération des employées et employés de services publics (CSN) représentant près de 50 000 membres et plus de 135 syndicats du secteur municipal. Des emplois de qualité, ça c’est durable !

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket