Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Samantha A.

Du même SUJET

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
Les sages-femmes concluent une entente de principe

Les sages-femmes concluent une entente de principe

Tard dans la nuit de vendredi dernier, le Regroupement Les Sages-femmes du Québec (RSFQ) a conclu…
Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les négociations entre Québec et le Regroupement Les Sages-Femmes du Québec entrent aujourd’hui, mercredi, dans une…
Équité salariale : plusieurs milliers de dollars pour les préposé-es en retraitement des dispositifs médicaux

Équité salariale : plusieurs milliers de dollars pour les préposé-es en retraitement des dispositifs médicaux

La FSSS–CSN et la FTQ sont parvenues à obtenir une entente découlant de l’exercice de maintien…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…

Visages de l'austérité

sam

Samantha A.

sam

« Je suis art-thérapeute. J’ai plusieurs contrats un peu partout à Montréal avec différents groupes communautaires et agences de santé.

Il y a trois semaines, j’ai appris que les compressions budgétaires forçaient un de mes clients à abolir deux programmes de soutien envers des groupes marginalisés : des hommes atteints de schizophrénie et des hommes aux prises avec des problèmes de dépendance.

Avec seulement 24 heures de préavis, on m’a informée que les programmes n’existeraient plus. Je n’ai eu qu’une heure pour faire mes adieux à des hommes avec qui j’ai travaillé pendant plus de deux ans.

Oui, c’est plate perdre un contrat, mais ça m’enrage qu’on enlève le peu de soutien qui existe pour ces hommes-là. Ça ne se fait pas de se débarrasser d’une telle ressource après plus de 200 séances. Aucune transition, aucun préavis, aucune empathie.

Des hommes mûrs en sanglot, ça déchire le cœur. C’est ça, l’austérité. Ça détruit. »

– Samantha A.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket