Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Selon la CSN, la transparence doit s’imposer et les forages cesser

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Gaz de schiste

Selon la CSN, la transparence doit s’imposer et les forages cesser

« La CSN souhaite vivement que le gouvernement du Québec s’assure que les travaux entourant l’évaluation environnementale stratégique (EES) soient transparents et que la composition du comité chargé de sa réalisation soit revue pour faire place à des représentants de la société civile et notamment à des groupes environnementaux », indique Pierre Patry, trésorier de la CSN et porte-parole en matière environnementale. Pour la centrale syndicale, compte tenu des inquiétudes et des problèmes observés en lien avec les forages par fracturation hydraulique, ceux-ci doivent cesser jusqu’à nouvel ordre. La composition du comité dans lequel l’industrie est fortement représentée et la société civile écartée, les travaux de ce dernier où tout semble vouloir se faire dans le plus grand secret pour mettre la population devant des rapports dont les conclusions semblent déjà rédigées, ainsi que les déclarations du PDG de la société albertaine Questerre, selon lesquelles l’EES constitue un exercice plus politique et éducatif que scientifique ayant comme objectif d’apprivoiser les Québécois et la bureaucratie francophone, sèment le doute sur les réelles intentions du gouvernement. Quant à la CSN, les éventuelles autorisations de fracturation hydraulique doivent impérativement reposer sur des connaissances scientifiques avérées quant aux effets de cette méthode de forage sur l’environnement.

Nous rappelons au gouvernement que la mise sur pied de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur le développement de l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste est le fruit d’une large mobilisation citoyenne et que le rapport du BAPE est venu confirmer les craintes qu’exprimait la population. La réaction du ministre concernant les recommandations du BAPE, saluée par plusieurs intervenants, dont la CSN, laissait entendre que le gouvernement se rangeait enfin aux arguments de ceux et de celles qui jugeaient nécessaire de parfaire nos connaissances pour évaluer la pertinence de développer cette industrie. « Aujourd’hui, la possibilité que les travaux du comité ne servent qu’à la poursuite de l’exploration gazière sous le couvert de recherches scientifiques dirigées sème l’inquiétude et laisse un goût amer de déjà vu », déplore Pierre Patry.

La CSN croit que pour que le comité bénéficie de la crédibilité nécessaire, il est impératif que :

  • le gouvernement modifie substantiellement la composition du comité de l’EES afin d’établir un équilibre entre les représentants de l’industrie et ceux de la société civile, particulièrement en s’assurant de la présence des groupes environnementaux;
  • les travaux du comité soient transparents et qu’un dialogue s’installe entre le comité et la société civile;
  • s’il est établi que l’exploitation des gaz de schiste s’inscrit dans la planification et le développement durable des ressources énergétiques du Québec, les autorisations de fracturation soient conditionnelles à l’acquisition et à la diffusion des connaissances scientifiques concernant les conséquences de l’utilisation de cette méthode de forage et à leur acceptabilité sociale.

La CSN et le Conseil central du Montréal métropolitain invitent leurs membres et la population en général à se joindre à la manifestation « On ne va pas se laisser forer », qui se tiendra à Montréal, le samedi 18 juin, à 14 h.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket