Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

septembre 2002 – Gilles Duceppe appuie les revendications de la FTPF – CSN

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Excédés par la lenteur de leur négociation ainsi que par la nonchalance de leur employeur, ce…

septembre 2002 – Gilles Duceppe appuie les revendications de la FTPF – CSN

Conflit du bois d’oeuvre

Gilles Duceppe appuie les revendications de la FTPF-CSN

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a accordé son appui hier aux revendications de la Fédération des travailleurs et travailleuses du papier et de la forêt (FTPF-CSN) relatives au problème du bois d’oeuvre.

Au cours d’une rencontre tenue à Rimouski entre Gilles Duceppe, la député de Rimouski-Neigette-et-La Mitis, Suzanne Tremblay, et le député de Kamouraska- Rivière-du-Loup-Témiscouata-Les Basques, Paul Crête, d’une part, et le président de la FTPF, Sylvain Parent, le président du Conseil central du Bas- Saint-Laurent, Normand Gagnon, et des représentants syndicaux des scieries régionales, d’autre part, le chef du Bloc québécois s’est engagé à soulever le problème à la Chambre des communes afin d’inciter le gouvernement à venir en aide aux travailleurs affectés par le conflit avec les Etats-Unis.

Rappelons que la FTPF-CSN revendique pour ses salariés :

• l’abolition des deux semaines d’attente à l’assurance-emploi ;

• une réduction du nombre d’heures requises pour l’admissibilité à l’assurance-emploi ;

• des prestations d’assurance-emploi de plus longue durée pour les travailleurs à la recherche d’emploi ;

• puis l’implantation d’un programme d’aide spéciale pour les travailleurs qui pourraient perdre leur emploi. La fédération demande aussi l’intervention des deux paliers de gouvernements pour la mise en place d’un comité qui faciliterait l’introduction de la 2e et de la 3e transformation du bois.

MESURES IMMEDIATES RECLAMEES

Plus tôt, au cours de l’avant-midi, le président de la FTPF, qui représente 15 000 membres, avait exigé des gouvernements, en conférence de presse, qu’ils « donnent immédiatement tout l’appui nécessaire aux travailleurs de l’industrie forestière tant que le conflit avec les Etats-Unis ne sera pas réglé. Ça urge, il faut que ça bouge. »

Après avoir rappelé que le ministre du Commerce international, Pierre Pettigrew, avait promis le mois dernier, à Chicoutimi, qu’il annoncerait des mesures « très prochainement » pour les travailleurs touchés par le conflit, Sylvain Parent estime que l’attente a assez duré : « Bientôt il sera trop tard pour agir ». Il a d’autre part dénoncé le fait qu’une aide de 13 millions $ ait déjà été promise à la Colombie-Britannique tandis que les travailleurs québécois attendent toujours des nouvelles d’Ottawa.

UN PORTRAIT IMPRESSIONNANT

Dressant un portrait global de la situation, le président de la FTPF a rappelé que la taxe de 27,2 pour cent imposée en mai dernier par les Américains a de graves conséquences sur l’emploi et toute l’économie, puisque l’industrie du sciage, qui compte quelque 280 scieries au Québec, procure du travail à près de 20 000 personnes. Qui plus est, elle génère plus de 52 000 emplois dans le domaine de la fabrication.

Plusieurs grandes régions du Québec s’en trouvent donc affectées puisque la forêt constitue le moteur économique de plusieurs d’entre elles, dont l’Abitibi-Témiscamingue, la Mauricie, la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Bas-Saint-Laurent. Dans cette dernière région, l’industrie procure du travail à plus de 4300 personnes, de noter le président du Conseil central, Normand Gagnon. Celle-ci produit plus de 8 pour cent de la production du bois d’oeuvre. « Actuellement, une centaine de travailleurs sont affectés », a-t-il spécifié.

Les conséquences de la crise consistent donc en des réductions de production, des fermetures temporaires ou permanentes de scieries et de camps forestiers, y compris bien sûr « la plus dramatique », soit les pertes d’emplois.

La FTPF, qui a déjà visité le Saguenay-Lac-Saint-Jean, puis aujourd’hui le Bas-Saint-Laurent, compte bien poursuivre sa tournée de sensibilisation des régions afin d’obtenir l’aide demandée, ainsi que « Une entente durable pour des emplois durables », comme l’indique le slogan adopté par la fédération

(Source: CSN 26-09-2002 — Renseignements: Sylvain Parent, président de la FTPF-CSN, cellulaire : (450) 755-0329; Benoit Aubry, Information-CSN, (514) 598-2163)

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket