Tragédie de Polytechnique : La CSN se souvient

Articles récents

Budget fédéral 2024 - Toujours pas assez de logements d'ici 2030

Budget fédéral 2024 - Toujours pas assez de logements d'ici 2030

Les nouvelles dépenses d’Ottawa pour le logement, annoncées avant le budget, représentent un effort louable d’augmentation…
Un employeur qui perd la carte pour des jeans

Un employeur qui perd la carte pour des jeans

La quarantaine de travailleurs de Shred-It n’ont eu d’autre choix que d’entrer en grève ce matin…
La CSN déçue de la décision de la Cour suprême du Canada

La CSN déçue de la décision de la Cour suprême du Canada

La CSN est déçue de la décision de la Cour suprême du Canada de ne pas…
Vote de grève à l’unanimité chez les Autobus Brissette & Frères

Vote de grève à l’unanimité chez les Autobus Brissette & Frères

Hier soir, lors d’une assemblée générale extraordinaire, les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de Brissette…
Consultation sur l'avenir de la forêt: les travailleurs et travailleuses doivent être au centre des préoccupations, insistent les organisations syndicales

Consultation sur l'avenir de la forêt: les travailleurs et travailleuses doivent être au centre des préoccupations, insistent les organisations syndicales

Alors que se tient aujourd’hui la Rencontre nationale des partenaires sur l’avenir de la forêt, les…
Pénurie de travailleurs sylvicoles : la solution est à portée de mains

Pénurie de travailleurs sylvicoles : la solution est à portée de mains

À l’aube de la saison des travaux sylvicoles, le Conseil central du Bas-Saint-Laurent, la Fédération de…

Tragédie de Polytechnique : La CSN se souvient

En 1989, quatorze personnes étaient froidement assassinées à l’École Polytechnique, parce qu’elles étaient des femmes. La CSN tient à commémorer la mémoire de ces victimes et à souligner ce triste événement qui, après toutes les années écoulées, demeure toujours aussi inqualifiable et incompréhensible.

C’est à la suite de la tragédie de Polytechnique que les proches des victimes s’étaient mobilisés de façon importante et avaient réussi à obtenir du gouvernement fédéral la mise sur pied d’un registre des armes à feu. Or, voilà que le gouvernement québécois doit à présent se battre en Cour suprême pour empêcher le fédéral de démanteler le registre au Québec et pour en protéger les données.

« S’il n’y avait pas de registre des armes à feu, un simple détenteur de permis pourrait se procurer un fusil semi-automatique comme celui qu’a utilisé Marc Lépine sans avoir besoin d’en informer les autorités. C’est inacceptable », a fait valoir la vice-présidente de la CSN, Denise Boucher.

Notons par ailleurs que les corps policiers ont enregistré 19 373 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal, selon les données du Programme de déclaration uniforme de la criminalité. Les victimes sont des conjointes, ex-conjointes, amies intimes ou ex-amies. Il s’agit de 278 infractions de plus qu’en 2010.

« Cette journée constitue une bonne occasion pour nous de mettre en lumière la violence que vivent encore un trop grand nombre de femmes dans toutes les sociétés, y compris au Québec », a donc tenu à souligner Denise Boucher. Nous devons faire reculer cette violence et continuer à lutter sans réserve contre toutes ses formes », a-t-elle conclu.

La CSN est composée de près de 2000 syndicats et regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023