Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Treize ans de fausses balles

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Aide juridique

Treize ans de fausses balles

Loin de représenter « une justice à coût $ûr », comme l’a prétendu aujourd’hui la Commission des services juridiques lors du lancement d’une campagne publicitaire, le volet contributif à l’aide juridique évoque plutôt « 13 années de fausses balles », selon la porte-parole de la Coalition pour l’accès à l’aide juridique, Lise Ferland. Bien que les barèmes du volet contributif pour accéder à l’aide juridique soient connus, les citoyens visés n’ont tout simplement pas les moyens financiers d’y souscrire. « La Commission mentionne qu’une personne seule ne doit pas gagner plus de 12 149 $ annuellement pour être admissible au volet gratuit de l’aide juridique, mais que cette dernière peut toutefois y avoir droit en déboursant un certain montant si elle gagne entre 12 150 $ et 17 313 $. Or ce « certain montant » atteint 800 $ si cette personne reçoit un salaire brut de 17 313 $, ce qui est moins que le salaire minimum. Croyez-vous vraiment qu’avec un tel revenu elle peut se permettre de débourser ce montant pour avoir accès à la justice ? », interroge Mme Ferland. De la même façon, un couple avec deux enfants ou plus ne doit pas gagner plus de 20 548 $ pour accéder gratuitement à l’aide juridique. Au fur et à mesure que le revenu brut de cette famille monte un peu, le couple doit verser des tranches de 100 $, pouvant atteindre 800 $ s’il totalise 29 283 $ brut. « Croyez-vous vraiment que cette famille en a les moyens ? » « Il n’est donc pas étonnant, note Mme Ferland, que depuis l’introduction du volet contributif, en 1996, environ 6000 personnes par année seulement s’en soient prévalues. « C’est pourquoi la Coalition réclame que les seuils d’admissibilité à l’aide juridique soient augmentés afin de rendre la justice accessible aux nombreux citoyens qui en sont présentement privés. » Pour obtenir plus d’information sur la campagne d’accès à l’aide juridique et consulter les listes des membres et des organismes endossant les revendications de la Coalition, voir le site Web : www.servicesjuridiques.org

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket