Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Un message clair envers l’employeur

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Grève possible chez Autobus Laval

Un message clair envers l’employeur

Réunis en assemblée générale jeudi soir dernier, c’est dans une proportion de 91 % que les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Autobus Laval (STTAL) ont décidé, à scrutin secret, de déclencher une grève au moment jugé opportun. Dès ce matin, les salarié-es débutent leurs moyens de pression et porteront la tuque arborant le chaînon de la Confédération des syndicats nationaux. Le STTAL demeure en attente d’une nouvelle convention collective depuis le 30 juin 2010. « En tant que membre du Secteur transport scolaire (STS) de la Fédération des employées et employés des services publics – CSN (FEESP), nous avons signé le protocole de négociation regroupée. En adhérant à celui-ci, nous étions en accord avec l’objectif d’obtenir une échéance de notre convention collective au 30 juin 2013. Cette date, importante pour les quelques 3000 membres du STS, vise à nous donner un rapport de force pour qu’enfin, notre métier soit reconnu à sa juste valeur. Tous les jours, 8700 élèves sont transportés dans la centaine de véhicules que nous conduisons. Comment se fait-il que nous assumions toutes ces responsabilités qu’engendre l’exercice de ce métier de conducteur d’autobus scolaire moyennant un salaire annuel variant de 12 000 $ à 18 000 $ ?», de questionner Gilles Doiron, porte-parole et directeur du STTAL. Pour sa part, Jacques Forgues, président du STS, précise que « La situation vécue par nos camarades du STTAL représente admirablement bien la dure réalité dans le transport scolaire. Alors que les transporteurs encaissent des subventions majorées annuellement au coût de la vie, les conducteurs et les conductrices n’obtiennent généralement que cette indexation. De ce fait, nous nous retrouvons à toucher toujours le même salaire sans augmentation véritable. Ajoutée aux trop bas salaires que nous touchons depuis trop longtemps, cette situation inacceptable doit changer. » Malgré la conciliation, de l’avis même des membres du STTAL, les négociations piétinent face à un employeur qui les a toujours poussés à la mobilisation pour obtenir un minimum de respect. « L’employeur nous a soumis deux offres, une première proposant le 30 juin 2013 comme échéance de la convention collective mais sans augmentation de salaire satisfaisante et une seconde, un peu plus généreuse, dont l’échéance se situe en 2016. Nous avons donc refusé ces deux propositions parce qu’elles ne rencontrent pas nos objectifs. Notre revendication est donc très simple : nous voulons un salaire décent incluant les augmentations salariales de la seconde proposition et l’échéance de notre contrat de travail au 30 juin 2013 déposée dans la première proposition », de conclure monsieur Doiron. Pour Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches – CSN (CCQCA) et Yvon Godin, vice-président de la FEESP, « Les revendications des conductrices et des conducteurs d’autobus scolaires sont non seulement légitimes, mais elles visent à corriger une injustice salariale historique à leur égard. Le CCQCA et la FEESP appuient donc solidairement leur lutte et seront là pour soutenir le syndicat ». Le STTAL regroupe environ 180 salarié-es membres de la Fédération des employées et employés des services publics – CSN qui compte plus de 400 syndicats affiliés, représentant environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches – CSN compte 250 syndicats sur son territoire et un total de 40 000 membres.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket