Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une autre victoire de la CSN contre Couche-Tard devant la CRT

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Une autre victoire de la CSN contre Couche-Tard devant la CRT

Hier, 21 décembre, le commissaire Alain Turcotte, de la Commission des relations du travail, a rejetéune objection préliminaire de Couche-Tard Inc. et de Alain Bouchard. Ceux-ci demandaient à ce que la Fédération du commerce de la CSN ainsi que la Confédération des syndicats nationaux ne soient pas reconnues comme parties aux plaintes d’entrave, d’intimidation et de menaces.

Pour les avocats de la CSN il était clair depuis le début que la FC-CSN et la CSN, auxquelles les syndicats représentant des travailleurs de Couche-Tard de Montréal, de Laval et de la Montérégie sont affiliés, doivent être considérées comme des parties au dossier puisqu’elles ont un intérêt concret et direct.

Le droit de ces organisations d’intervenir sur des questions d’ordre public qui les touchent a déjà fait l’objet de décision par les tribunaux. Le commissaire rappelle donc que la CSN et la FC-CSN peuvent intervenir puisque que le respect et la protection de la liberté d’association sont en cause. Le commissaire ajoute par ailleurs, qu’elles sont également des parties du fait qu’elles sont en mesure de démontrer qu’elles subiraient des préjudices s’il s’avère que la Commission en arrive à la conclusion que les gestes posés par Couche-Tard constituent une entrave, de l’intimidation ou des menaces.

La CRT étudiera, dès le début de l’an prochain, la cause sur le fond.

Négociations Rappelons que les salarié-es de trois autres dépanneurs Couche-Tard sont syndiqués, soit celui de Saint-Liboire, à la sortie 145 de l’autoroute 20 et celui du 1400, boul Édouard, dans l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil. Quant aux salarié-es du Couche-Tard du 18 401, Antoine-Faucon, dans l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro, à Montréal, ils ont déposé une requête en accréditation auprès de la CRT, le 8 décembre dernier.

Bien que les projets de négociations diffèrent d’un établissement à l’autre, les salarié-es syndiqués de Couche-Tard portent un bon nombre de revendications similaires, notamment :

• quatre journées de maladie par année, alors qu’ils n’en ont aucune actuellement ; • un bouton de panique en cas de vol à main armée ; • un suivi psychologique pour les victimes d’agression armée ; • des règles objectives pour les octrois de poste ainsi que les choix d’horaire et de vacances ; • le respect des normes du travail et des lois sur la santé et la sécurité ; • une échelle salariale menant à un taux horaire d’environ 12,50 $ l’heure, après quatre ans de service, pour les préposé-es.

Pendant que ces négociation se poursuivent, la CSN continue d’accueillir les salarié-es de Couche-Tard qui souhaitent se syndiquer. Ceux-ci peuvent communiquer avec les conseillers de la CSN au 1 800 947 6177. Ces appels sont confidentiels.

Les salarié-es de Couche-Tard font partie de la Fédération du commerce de la CSN. Celle-ci est l’une des huit fédérations composant la Confédération des syndicats nationaux. Fondée en 1921, la CSN regroupe aujourd’hui quelque 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket