Surcharge de travail du personnel du réseau de la santé et des services sociaux

9 février 2018

Une entente locale qui démontre une volonté d’améliorer les conditions de travail

Cette entente est une démonstration claire du fait qu’il est possible de trouver des pistes de solutions pour atténuer les problèmes de surcharge de travail.

Le syndicat CSN du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean est parvenu à obtenir une entente locale pour donner un peu de souffle au personnel épuisé de la région. Cette entente est une démonstration claire du fait qu’il est possible de trouver des pistes de solutions pour atténuer les problèmes de surcharge de travail. Mais pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN), il est clair que des mesures globales beaucoup plus importantes sont nécessaires pour répondre aux préoccupations du personnel du réseau partout au Québec.

Une entente locale pour donner du souffle au personnel
L’entente entérinée en assemblée générale hier soir au Saguenay-Lac-Saint-Jean permet de garantir des heures de travail aux préposé-es aux bénéficiaires et aux travailleuses et travailleurs des services alimentaires, de la buanderie et de l’hygiène et salubrité qui sont inscrits à la liste de rappel. Cela permettra ainsi d’utiliser de la meilleure manière possible les ressources qui sont à la disposition de l’établissement pour réduire la charge de travail du personnel.

« Ce n’est pas rien. Nous nous sommes entendus pour permettre au personnel de respirer un peu. Dans le contexte actuel, c’est plus que bienvenue. Et nous sommes parvenus à nous entendre avec le CIUSSS de la région malgré les nombreux obstacles causés par la réforme ultracentralisée du ministre Barrette », lance Gaston Langevin, vice-président régional de la FSSSCSN.

La FSSSCSN attend toujours l’appel du ministre Barrette
La FSSSCSN est toujours en attente du retour du ministre Barrette pour lui présenter des solutions aux problèmes de surcharge de travail du personnel. Étant la seule organisation syndicale à représenter le personnel des quatre catégories du réseau, cette rencontre est nécessaire pour répondre à la détresse des infirmières, des préposé-es, des agentes administratives, des travailleuses sociales et de l’ensemble du personnel.

« Le ministre Barrette tarde encore à montrer qu’il souhaite appliquer des solutions qui répondent aux préoccupations de l’ensemble du personnel. Pourtant, les travailleuses et travailleurs continuent de signifier leur ras-le-bol. De notre côté, nous ne restons pas les bras croisés. L’entente intervenue au Saguenay-Lac-Saint-Jean montre qu’il y a des solutions pour soutenir le réseau en cette période de crise. Pour peu que les employeurs et le gouvernement le veuillent vraiment, il est possible à la fois de trouver des solutions qui conviennent à la réalité locale de chaque région et de travailler sur des solutions globales pour l’ensemble du réseau. Si le ministre Barrette ne souhaite pas entendre le personnel du réseau, nous allons prendre tous les autres moyens pour arriver à améliorer la situation », explique Jeff Begley, président de la FSSSCSN.

← Précédent À la défense de la sécurité d’emploi sur les chantiers de construction 8 février 2018
Suivant → Des employeurs profitent des négociations locales pour affaiblir davantage le personnel du réseau 9 février 2018
Partager
Région
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/une-entente-locale-qui-demontre-une-volonte-dameliorer-les-conditions-de-travail/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.