Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une infatigable battante vient de nous quitter

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Décès de Madeleine Parent

Une infatigable battante vient de nous quitter

Madeleine Parent a constamment appuyé la lutte de travailleuses et travailleurs. En 1983, elle prend part à l’assemblée générale du Syndicat des travailleurs de la Mine Noranda (CSN). Les syndiqués s’étaient réunis pour connaître les conclusions d’une étude de l’Hôpital Mount Sinaï de New York sur l’état de santé des quelque 900 ouvriers de cette fonderie du Nord-Ouest québécois.

« Madeleine Parent a été et sera toujours une amie de la CSN. Rien n’a arrêté cette femme extraordinaire dans sa quête pour une société plus juste. Sa seule implication syndicale en est une représentation éloquente. Elle s’est battue pour faire reconnaître les droits des travailleuses et des travailleurs à une époque où la répression sévissait durement. Malgré les peines d’emprisonnement prononcées contre elle, elle a poursuivi avec aplomb son travail syndical. Nous lui devons une contribution majeure au développement du syndicalisme et de la société québécoise », de déclarer Louis Roy, président de la CSN. Madeleine Parent aurait souhaité que tous les travailleurs et toutes les travailleuses soient syndiqués. Tous reconnaissent que son implication syndicale à l’égard des femmes d’origine modeste a été des plus importantes. « Au Québec, on se rappelle d’elle pour son travail d’organisation dans le textile, mais son action syndicale a largement dépassé les frontières du Québec, car elle a aussi été très active ailleurs au Canada, ce que l’on sait moins ici », explique Louis Roy.

La CSN a rendu hommage à ces deux pionniers du syndicalisme qu’ont été Madeleine Parent et Michel Chartrand, lors de son 52e Congrès, en 1984. Deux êtres dont la vie aura été avant tout un engagement constant en faveur de la reconnaissance des droits humains, et en particulier ceux des travailleuses et des travailleurs.

Madeleine Parent a laissé sa marque dans le monde syndical, mais elle fut tout aussi engagée comme militante féministe, pour la paix et dans les groupes communautaires. Rien ne lui tenait plus à cœur que l’avancement des droits. Voilà pourquoi cette infatigable battante a soutenu autant de causes.

Tout comme sa grande amie Léa Roback, elle fut une pionnière. « Ce qu’elle a vécu dépasse l’entendement aujourd’hui. Non seulement elle fut arrêtée et emprisonnée, mais on a aussi tenté de détruire sa réputation. Il fallait beaucoup de courage pour passer à travers tout ça et elle n’en a jamais manqué. La dimension de la vie publique aussi lui tenait à cœur et elle a constamment appuyé celles d’entre nous qui avons voulu prendre des postes de responsabilité », se rappelle l’ex-présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket