Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une loi qu’il faut combattre, croit la CSN–Construction

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…

Loi spéciale 78

Une loi qu’il faut combattre, croit la CSN–Construction

La CSN-Construction joint sa voix au concert de dénonciation de la loi spéciale adoptée vendredi dernier par le gouvernement Charest. Cette loi vise à rendre illégales des mobilisations collectives tout à fait légitimes et souhaitables dans notre démocratie. Il ne fait aucun doute, aux yeux de la CSN-Construction, que cette loi va beaucoup trop loin.

« Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à une loi spéciale dans la construction, mais cette fois il s’agit d’une loi adoptée dans le contexte d’une crise étudiante qui s’en prend à l’expression des droits démocratiques des citoyennes et des citoyens et de tous les groupes organisés de la société. C’est inacceptable. Les travailleuses et les travailleurs de la construction seront en négociation le printemps prochain. Cette loi pourrait même s »attaquer indirectement à la mobilisation que nous pourrions choisir de mener à l’occasion de ces négociations », souligne le président de la CSN-Construction, Aldo Miguel Paolinelli.

La CSN-Construction trouve cette loi d’autant plus odieuse que la grande majorité des juristes la considèrent inconstitutionnelle et que trois des cinq partis à l’Assemblée nationale ont voté contre son adoption. « À la CSN-Construction nous ne pouvons que déplorer le lien malavisé que certains syndicats de l’industrie font entre cette loi spéciale et la 33, adoptée en octobre dernier dans l’industrie de la construction. Cette loi spéciale vise à retirer des droits démocratiques alors qu’au contraire, la Loi 33 a rétabli des droits, notamment celui de pouvoir travailler partout, sans discrimination. En ce sens comparer ces deux lois, c’est de la pure démagogie et cela sert bien mal tant les ouvriers de l’industrie que le mouvement étudiant ».

Fondée en 1924, la CSN-Construction, aujourd’hui, ce sont 18 000 travailleuses et travailleurs de tous les métiers et occupations dans toutes les régions du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket