Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Violence au travail – Le MSSS et l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte – Nord tardent à agir

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Violence au travail – Le MSSS et l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte – Nord tardent à agir

Violence au travail

Le MSSS et l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord tardent à agir

Le Rassemblement des employés techniciens ambulanciers-paramédics du Québec (RETAQ-FSSS-CSN) demande que l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord et le ministère de la Santé et des Services Sociaux prennent les mesures qui s’imposent pour relever de ses fonctions de paramédic Réjean Hovington. Reconnu coupable de voies de fait, ce dernier est aussi copropriétaire du Service d’ambulance Sacré-Cœur inc. Le syndicat considère que l’agence ne peut, en outre, maintenir le permis de cette entreprise dans le réseau en raison de son laxisme à contrer la violence au travail.

Dans son jugement rendu, le 4 avril dernier, la juge Nathalie Aubry de la Cour du Québec a déclaré M. Hovington coupable de voies de fait sur un autre ambulancier-paramédic, lors d’une altercation survenue, le 29 novembre 2005, dans le garage du service ambulancier, à Sacré-Coeur, après un appel de service. Le 11 juillet dernier, l’ordonnance émise par la Cour condamne M. Hovington à une peine d’emprisonnement avec sursis d’un mois, à purger au sein de la collectivité sous certaines conditions, et à deux ans de probation.

Malgré ce jugement de culpabilité, ni l’Agence de la santé et des services sociaux, ni le ministère de la Santé et des Services Sociaux, n’ont cru bon de relever M. Hovington de ses fonctions. Le syndicat dénonce cet immobilisme de la part des autorités, pourtant promptes à agir dans d’autres situations similaires. « Quand un employé est trouvé coupable de voies de fait, la direction d’un établissement prend immédiatement des mesures disciplinaires qui peuvent aller de la suspension au congédiement. Comment se fait-il que les autorités du réseau n’ont pris jusqu’à maintenant aucune mesure dans ce cas-ci? Il ne devrait pas y avoir deux poids, deux mesures lorsqu’il s’agit de violence. Dans aucun cas, que ce soit un employé ou un cadre, l’utilisation de la violence ne devrait être tolérée pour régler un différend », affirme Deono Émond, président du RETAQ-CSN.

Le RETAQ souligne que le syndicat souscrit à la politique de la Fédération de la santé et des services sociaux ainsi qu’à celle de la CSN pour contrer la violence sous toutes ses formes dans les milieux de travail, que ce soit avec un autre employé, un bénéficiaire ou un cadre. « Si M. Hovington avait été un de nos membres, nous n’aurions pas pu, dans ces circonstances, prendre sa défense », ajoute M. Émond. Lors de l’altercation, M. Hovington a, entre autres, secoué et traîné sur une vingtaine de pieds son collègue de travail qui a attteri dans une poubelle remplie de rebuts et de déchets biomédicaux et, où il lui a encore asséné une vingtaine de coups de poing.

La victime n’a pas pu reprendre le travail et garde des séquelles psychologiques. Elle a déposé trois plaintes devant la Commission des relations du travail, une pour violence au travail, une autre pour harcèlement et une troisième pour s’être vu refusée de reprendre le travail. M Hovington l’a en effet congédiée en 2006 plutôt que de lui permettre un retour progressif au travail.

Le RETAQ considère aberrant que M. Hovington soit toujours en poste. Le syndicat demande que celui-ci soit relevé de ses fonctions de paramédic et de cadre. Si M. Hovington a pu continuer à pratiquer jusqu’à maintenant, ce n’est pas étranger au fait qu’il est copropriétaire à part égale avec deux autres personnes de ce service ambulancier. Ses partenaires semblent avoir fermé les yeux sur ce comportement de violence inacceptable.

 


Source : CSN – 19 juillet 2007

Pour renseignements : Deano Émond, président du RETAQ-CSN, cellulaire : 514 949-1068 ou 1-877 949-1068

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket