Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Vives réactions des travailleurs, du syndicat et de la CSN

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Propos du député Bernard Généreux

Vives réactions des travailleurs, du syndicat et de la CSN

« Je suis totalement outré! » s’est exclamé  Mario Lévesque, président du Syndicat des employés de Bombardier La Pocatière (CSN) en réagissant aux propos tenus la semaine dernière par le député fédéral de Montmagny-L’islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux, dans le journal L’oie Blanche.

En effet, monsieur Généreux déclarait dans l’édition du mercredi 30 juin 2010 que l’usine de Bombardier à La Pocatière n’avait plus autant d’importance qu’avant pour l’économie de la région.

« Depuis que les travailleurs ont lu ce qu’il a avancé, ils sont en colère! » a ajouté monsieur Lévesque.

Rappelons que ce n’est pas d’hier que le député Généreux fait des déclarations douteuses concernant Bombardier La Pocatière. Souvenons-nous que lors du transfert du contrat de Chicago vers l’usine de Bombardier à Plattsburgh, celui-ci déclarait qu’il ne fallait pas s’inquiéter, car l’usine de La Pocatière s’était modernisée et obtiendrait, sans l’ombre d’un doute, le contrat du métro de Montréal. Il allait même jusqu’à traiter de « terroriste intellectuel », ceux qui s’inquiétaient pour l’avenir de la région!

Le véritable enjeu

Pour Bombardier à La Pocatière et pour la région du Bas-Saint-Laurent, ce sont plus de 500 emplois avec une masse salariale qui, bon an mal an, se situe de 30 à 50 millions de dollars. Ce sont aussi des retombées économiques estimées à 350 millions de dollars et quelque 50 fournisseurs québécois. Ce ne sont certes pas les six à sept dossiers que le député dit vouloir régler qui compenseraient la perte définitive de 500 emplois de qualité.

Même inquiétude du côté de la CSN

De son côté, la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL-CSN), Nancy Legendre, déplore l’attitude du député Généreux qui semble plus préoccupé à saupoudrer ici et là une partie du fruit des coupes faites par les conservateurs dans divers domaines. Concernant le côté éducatif axé sur la recherche et le développement de La Pocatière, dont parle monsieur Généreux, nul besoin de rappeler que Bombardier y a grandement contribué : que ce soit en partenariat avec le cégep ou encore par son étroite collaboration avec Axion Technologie.

En ce moment, tous se croisent les doigts et espèrent une décision favorable. Dans le cas contraire, ce serait tout le Bas-Saint-Laurent qui serait en deuil. « Nulle économie n’a les moyens de se priver d’une masse salariale de cet ordre », a rappelé Nancy Legendre. « Les travailleurs peuvent compter sur l’appui inconditionnel du CCBSL-CSN », conclut-elle.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket