Urgences-santé

210 salarié-es du centre de communication santé bientôt en grève

4 décembre 2017

Photo : Normand Blouin
Les travailleuses et travailleurs vont se faire entendre de différentes façons auprès de la partie patronale d’Urgences-santé, mais aussi du ministère de la Santé et des Services sociaux, bailleur de fonds.
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Pour information
François Forget
514 212-7383

Réunis en assemblées générales les 30 novembre et 1er décembre dernier, environ 210 travailleuses et travailleurs d’Urgences-santé, affectés au centre de communication santé pour Montréal et Laval, ont voté dans une proportion de 81,8 % en faveur d’une banque de dix jours de grève à utiliser au moment jugé opportun. Sans convention collective depuis le 31 mars 2015, ces syndiqué-es composés des répartitrices et répartiteurs médicaux d’urgence et du personnel de bureau déclencheront bientôt la grève, à moins d’un déblocage majeur à la table de négociation.

« Ça fait maintenant 33 mois que nous sommes sans contrat de travail et, malgré 27 séances de négociations, nous en sommes toujours à négocier des clauses dites non pécuniaires. C’est sans compter que l’employeur nous demande d’importants reculs à plusieurs niveaux. Il faut que ça change ! », déclare Martin Joly, président du Syndicat des employé-es d’Urgences-santé (SEUS–CSN).

Bien qu’elles se poursuivent, les négociations achoppent notamment sur la parité de certaines conditions de travail, tant pécuniaires que non pécuniaires, avec les salarié-es du secteur public parmi lesquelles figurent les salaires, les primes diverses, l’assurance collective, les temps de pause, les modalités de prise des divers congés, la protection contre la sous-traitance, les mécanismes de protection des emplois du personnel de bureau.

« Parmi les reculs souhaités par la Corporation, explique Martin Joly, il y a la diminution du nombre d’heures de travail des répartitrices et répartiteurs d’urgence médicaux, qui entrainerait une baisse de leur niveau de rémunération de 3,43 %, soit plus de 1600 $ par année. En outre, plusieurs postes de commis sont menacés d’être abolis et transformés en postes non protégés par les dispositions de notre convention collective. Quant aux salaires et aux primes, l’employeur propose rien de moins que des conditions  inférieures à ce qui a été négocié chez le personnel du réseau de la santé. C’est inadmissible ! »

Bien que les membres du comité de négociation demeurent disponibles en tout temps pour poursuivre les pourparlers, plusieurs actions de visibilité sont prévues dans les prochaines semaines. Incidemment, l’ensemble des travailleuses et travailleurs vont se faire entendre de différentes façons auprès de la partie patronale d’Urgences-santé, mais aussi du ministère de la Santé et des Services sociaux, bailleur de fonds.

À propos de la CSN

Le Syndicat des employé-es d’Urgences-santé (SEUS–CSN) regroupe 102 répartitrices et répartiteurs médicaux d’urgence ainsi que du personnel de bureau. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) qui compte plus de 100 000 membres dans les secteurs privé et public. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) qui regroupe sur une base régionale quelque 90 000 membres. Pour sa part, la CSN est composée de plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que treize conseils centraux régionaux.

← Précédent Le premier ministre Trudeau ne peut plus nous ignorer 3 décembre 2017
Suivant → Pour une transition juste 4 décembre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/210-salarie-es-du-centre-dappel-911-bientot-en-greve/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.