Droit à la syndicalisation et la négociation collective

30 octobre 2018

25 000 femmes soulignent les 10 ans d’un jugement sans précédent

Le message est clair : n’attentez pas aux droits et au bien-être des femmes syndiquées à la CSN. Notre organisation sera toujours là pour veiller au grain.

 

Le 31 octobre marque le 10e anniversaire d’un jugement notable rendu par la juge Danielle Grenier de la Cour supérieure en 2008, qui a permis à plus de 25 000 femmes travaillant à leur domicile de recouvrer leur droit de se syndiquer et de négocier collectivement afin d’améliorer leurs conditions de travail. Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), il s’agit là d’un précédent dans les relations de travail au Canada puisque, pour la première fois, des travailleuses autonomes ont acquis des droits équivalents à l’ensemble des travailleuses et travailleurs.

Pour Jacques Létourneau, président de la CSN : «Ce qui est exceptionnel, c’est que malgré les attaques du gouvernement de l’époque pour tenter d’écraser ces milliers de femmes, et toutes celles qui suivront, elles ont fini par obtenir une victoire éclatante après cinq années de luttes juridiques grâce à la CSN, en dépit de l’énorme machine libérale et des procureurs convaincus qu’elles allaient mordre la poussière. Le message est clair : n’attentez pas aux droits et au bien-être des femmes syndiquées à la CSN. Notre organisation sera toujours là pour veiller au grain.»

Rappel des faits

En décembre 2003, le gouvernement de Jean Charest a adopté sous le bâillon les lois 7 et 8, désyndiquant du coup quelque 10 000 ressources intermédiaires et ressources de type familial (RI-RTF), ainsi que 15 000 responsables en service de garde (RSG) en milieu familial. En 2006, une première décision condamnant le gouvernement du Québec a été rendue par l’Organisation internationale du travail à la suite du dépôt d’une plainte de la CSN au Comité de la liberté syndicale du Bureau international du travail.

Le 31 octobre 2008, c’était au tour de la juge Grenier de déclarer ces lois anticonstitutionnelles et invalides, en écrivant que «les lois 7 et 8 viennent renforcer la vision stéréotypée associée au travail féminin. On n’accorde pas le même traitement parce que le travail accompli en est un de care, exécuté par des femmes, à domicile.» C’est ce jugement qui a forcé le gouvernement Charest à légiférer, en juin 2009, pour rétablir les droits des RI-RTF et des RSG, en faisant adopter par l’Assemblée nationale, unanimement, les lois 49 et 51 visant à encadrer leur reconnaissance et leur nouveau régime de négociation collective.

D’une seule voix, Renée Desnoyers et Karine Morisseau, respectivement représentantes du secteur des RI-RTF et de celui des RSG, ajoutent : «Les avancées obtenues grâce au jugement Grenier, mais aussi aux lois qui ont suivi, ont été excessivement bénéfiques à l’égard de ces 25 000 femmes. Elles se sont sans cesse dévouées pour accueillir des milliers d’adultes et d’enfants confiés par le ministère de la Santé et des Services sociaux et pour voir à leur bien-être, ou encore pour dispenser des services de garde éducatifs à plus de 90 000 tout-petits sous l’égide du ministère de la Famille. Un pas de géant que nous avons franchi collectivement. Et ce n’est surtout pas fini!»

Accès aux indemnités de la CNESST, admission à la Régie des rentes du Québec et au Régime québécois d’assurance parentale, ou encore droit à l’assurance collective pour les RSG et à un régime complémentaire de retraite, voilà quelques-uns des gains obtenus par la négociation. À cela s’ajoutent des bonifications significatives qui leur permet d’améliorer leur situation financière, dont 26 jours de vacances et de jours fériés payés, tout en leur donnant les moyens de contrer, entre autres, l’arbitraire et certains abus du gouvernement ou de leurs représentants.

«Ce jugement est sans doute la meilleure décision qui ait été donnée tant aux RI-RTF qu’aux RSG, alors qu’elles ont subi les effets de la désyndicalisation sauvage du gouvernement en 2003, lance Lucie Longchamps, auparavant RSG elle-même et nouvelle vice-présidente des secteurs privés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). Ces droits et les gains obtenus n’auraient jamais pu nous être consentis sans la lutte de toutes ces femmes et sans l’appui de la CSN.»

 

← Précédent Le SEMB–SAQ appelle Christian Dubé à une relance des négociations dès aujourd’hui 30 octobre 2018
Suivant → Le nouveau gouvernement ne doit pas niveler vers le bas le secteur de la restauration 30 octobre 2018
Partager
Dossiers
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
François Forget
Conseiller à l’information de la CSN 514 212-7383 francois.forget@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/25-000-femmes-soulignent-les-10-ans-dun-jugement-sans-precedent/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.