Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Ce que le progressisme doit d’abord accomplir

Du même SUJET

La sourde oreille

La sourde oreille

Le mot du président Un triste constat se dégage depuis l’arrivée au pouvoir des caquistes : ils…
Les sept vies d’un syndicat

Les sept vies d’un syndicat

Il aura finalement fallu plus de deux ans pour que le Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Attention aux mirages

Attention aux mirages

Plus que jamais, les syndicats et leurs membres doivent faire preuve de vigilance, s’informer et prendre…
Une main-d’œuvre bon marché

Une main-d’œuvre bon marché

Les femmes issues de minorités visibles peinent à se trouver du travail et lorsqu’elles décrochent un…
Inquiétudes pour l’avenir de l’instruction publique

Inquiétudes pour l’avenir de l’instruction publique

Au Québec, les dernières décennies ont été marquées par des politiques d’austérité et des compressions budgétaires…
Pour éviter de recevoir une caisse dans la figure

Pour éviter de recevoir une caisse dans la figure

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Jean Lacharité, vice-président…

À la librairie

Dire non ne suffit plus. Contre la stratégie du choc de Trump, Lux Éditeur, 2017, 312 pages
Dire non ne suffit plus. Contre la stratégie du choc de Trump, Lux Éditeur, 2017, 312 pages

Ce que le progressisme doit d’abord accomplir

Propulsé par la multiplicité des luttes qui le composent, le progressisme doit trouver – et plus tôt que tard – une manière cohérente d’unir ses forces afin d’opérer les changements sociopolitiques souhaités. C’est du moins l’une des leçons qui peuvent être tirées de Dire non ne suffit plus (Naomi Klein, 2017).

Bien que publié il y a deux ans et faisant largement écho à l’électrochoc qu’aura été l’élection de Donald Trump aux États-Unis, cette notion que le progressisme doit, plus que jamais, trouver le point de jonction entre ses diverses luttes demeure d’une criante actualité.

Cette idée est développée dans le dernier tiers de son livre et ouvre la voie à une introspection nécessaire de tout mouvement progressiste. Les luttes, aussi diverses soient-elles, font face à un certain nombre d’ennemis communs et le mouvement, au lieu de s’entredéchirer, a la responsabilité d’ouvrir un dialogue interne permettant la convergence et, ultimement, un meilleur rapport de force devant la résistance au changement et l’ampleur des défis auxquels nous faisons collectivement face.

Naomi Klein parle ainsi de la nécessité de créer un autre récit sur lequel l’ensemble des progressistes pourra bâtir les assises d’une lutte commune. Ils seront surtout aptes à profiter de la conjoncture favorable aux changements espérés. Pour cela, il faut se parler, même si, de prime abord, les intérêts peuvent sembler divergents.

Des exemples ? Des travailleuses et travailleurs de l’industrie du pétrole, réunis dans la même salle que des leaders autochtones et des militants écologistes. Les échanges sont chargés et difficiles, mais ils permettent d’aboutir à des propositions et des solutions inclusives. Le mandat est immense, mais l’urgence l’est tout autant.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket