PERSPECTIVES CSN
Nouvelles du front

Bourses Fernand-Jolicœur

C'est le temps de s'inscrire

La formation continue n’est certainement pas valorisée au Québec, d’autant que le gouvernement Couillard a modifié la loi sur la formation, soustrayant ainsi des milliers d’entreprises à cette obligation d’investir l’équivalent de 1 % de leur masse salariale à la formation de leur personnel.
Par Louis-Serge Houle
Partager

La formation continue n’est certainement pas valorisée au Québec, d’autant que le gouvernement Couillard a modifié la loi sur la formation, soustrayant ainsi des milliers d’entreprises à cette obligation d’investir l’équivalent de 1 % de leur masse salariale à la formation de leur personnel. À ce chapitre, le retard du Québec sur le reste du Canada est indiscutable, malgré les besoins en croissance liés aux changements technologiques. Pourtant, elle permet aux travailleuses et aux travailleurs de s’adapter aux bouleversements du marché de l’emploi et de maintenir leur capacité de mobilité et leur autonomie.

C’est pourquoi la CSN a lancé en 2003 les bourses Fernand-Jolicœur, soulignant ainsi les efforts des syndicats qui ont entrepris une démarche novatrice de formation en milieu de travail de même que ceux des militantes et des militants qui ont développé un projet individuel ou collectif de formation. Du même coup, la CSN rend hommage à l’un des artisans du service confédéral de formation, le camarade Fernand Jolicœur, qui a œuvré au service du mouvement de 1943 à 1966.

Avec ces bourses, la CSN veut aussi sensibiliser les membres à l’importance de la formation continue et encourager le développement de la formation continue en milieu de travail.

La CSN invite les membres et les syndicats à s’inscrire à csn.qc.ca/bourses, d’ici le 28 février 2017. Les noms des lauréates et des lauréats seront dévoilés au cours de la réunion du conseil confédéral qui se tiendra en mars 2017. Les bourses s’élèvent à 1000 $ pour les syndicats et à 500 $ pour les militantes et les militants.

← Précédent Prix Pierre-Vadeboncœur 2016 31 janvier 2017
Suivant → Une rencontre positive, mais... 31 janvier 2017