Élections 2018

27 septembre 2018

Chantier Davie : la CSN déplore l’inertie des partis politiques

Le chantier Davie, l’un des plus grands en Amérique du Nord, peut non seulement faire vivre près de 2000 travailleuses et travailleurs, mais a également un impact économique d’une grande ampleur pour nombre d’entreprises de la région de Québec.

Alors que la campagne électorale bat son plein, la CSN dénonce le manque de combativité des partis politiques pour préserver les emplois au Québec, particulièrement au vu de la situation du chantier maritime Davie et de la subvention accordée à la CTMA pour la construction du navire Vacancier assurant la navette entre Montréal et les Îles-de-la-Madeleine.

« Tous les partis politiques se font les champions de la classe moyenne, des travailleuses et des travailleurs, souligne le président de la CSN, Jacques Létourneau. Pourtant, dans le cas très concret de la Davie, aucun d’entre eux ne propose de réelles mesures. En accordant une subvention pour la construction du Vacancier, le gouvernement aurait pu exiger de la CTMA que le navire soit construit au Québec, par des travailleuses et des travailleurs québécois, afin d’assurer des retombées économiques bénéfiques pour l’ensemble de la population. Mais encore une fois, comme dans le cas du REM de la Caisse de dépôt et des éoliennes d’Hydro-Québec, ce navire sera en bonne partie construit à l’étranger. Il est désolant de constater que les partis politiques refusent de s’engager à ce que l’octroi des contrats gouvernementaux priorise d’abord et avant tout les emplois au Québec. »

La CSN rappelle que le chantier Davie, l’un des plus grands en Amérique du Nord, peut non seulement faire vivre près de 2000 travailleuses et travailleurs, mais a également un impact économique d’une grande ampleur pour nombre d’entreprises de la région de Québec. « En ce moment, à peine une centaine de salariés travaillent sur le chantier, déplore la présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches, Ann Gingras. Il n’y a pas une semaine sans que je ne reçoive un courriel ou un appel d’un travailleur de la Davie m’annonçant qu’il vient de recevoir son avis de mise à pied. Qu’en dit le député de la région, François Paradis? Il a toujours affirmé être du côté des travailleurs de la Davie. Mais il se déguise en fantôme durant la présente campagne électorale et il est totalement muet sur la nécessité de préserver les emplois de la Davie, notamment en exigeant que les subventions gouvernementales priorisent l’emploi local lors de la construction maritime. Son chef veut créer des emplois à 25, 30 $ l’heure? Qu’il commence par s’engager à préserver ceux qui existent déjà! »

La CSN s’inquiète également de la perte d’expertise régionale que risque d’entraîner une trop faible activité au chantier Davie. « Nos travailleurs ont quand même besoin d’une job! indique le président de la Fédération de l’industrie manufacturière, Louis Bégin. Les soudeurs, les peintres, les assembleurs et les autres travailleurs spécialisés du chantier doivent se trouver un nouvel emploi. Ils risquent de quitter la région et, le jour où la Davie aura besoin de leurs services, ce n’est pas sûr qu’ils y reviendront. Le chantier Davie est le plus grand chantier naval au pays et a démontré au fil des années une excellente productivité, principalement à cause de la qualité du travail de ses employés. Nous ne pouvons assister à son déclin en restant les bras croisés! »

← Précédent Les préposé-es aux bénéficiaires peuvent décharger les infirmières 27 septembre 2018
Suivant → Explosion des prestations d’assurance salaire pour le personnel de la santé 27 septembre 2018
Partager
Région
  • Québec–Chaudière-Appalaches
Pour information
François L’Écuyer
514 949-8973

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/chantier-davie-la-csn-deplore-linertie-des-partis-politiques/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.