Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des travailleuses et des travailleurs s’opposent à la centralisation des pouvoirs en éducation

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Alors que la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, amorce son mandat, la Fédération nationale…
Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Ce jeudi 17 novembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives nationales…
Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…

Conférence du ministre Jean-François Roberge

Photo : Jean-François Coutu
Photo : Jean-François Coutu

Des travailleuses et des travailleurs s’opposent à la centralisation des pouvoirs en éducation

Des travailleuses et des travailleurs du réseau de l’éducation, que ce soit du personnel de soutien des commissions scolaires et des cégeps ou encore des enseignantes et des enseignants du milieu collégial, rappellent aujourd’hui au ministre Roberge que le réseau de l’éducation souffre et que sa réforme des commissions scolaires risque d’aggraver les problèmes d’attraction et de rétention du personnel.

Le personnel de soutien, notamment, ne manquera aucune occasion de rappeler son apport important en éducation au ministre Roberge, dans un contexte où ce dernier chamboule tout le réseau avec une réforme centralisatrice rappelant celle désastreuse de l’ancien gouvernement en santé et services sociaux, et ce, au moment du renouvellement des conventions collectives.

« À voir la manière avec laquelle se comporte le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, nous sommes inquiets de ce qu’il s’apprête à faire avec les conditions de travail du personnel qui œuvre dans les écoles et les cégeps. Nous vivons encore les impacts désastreux de la réforme Barrette dans le réseau de la santé et des services sociaux, tant pour le personnel que pour les services à la population. Le gouvernement Legault est bien en selle pour reproduire la même erreur en éducation! »
– Nathalie Arguin, présidente de la FEESP-CSN

Notons que, dans le cadre de la négociation des conventions collectives du secteur public, les demandes patronales en éducation font tout pour éloigner les personnes qui souhaiteraient venir travailler dans le réseau, déjà fortement touché par des pénuries de personnel importantes. Les patrons veulent augmenter les postes précaires et réduire les droits des travailleuses et des travailleurs du réseau, particulièrement celles et ceux en début de carrière.

« Du côté de l’enseignement supérieur, à part venir parler aux Chambres de commerce, le ministre Roberge n’a rien à proposer pour remettre le réseau sur les rails. C’est un peu comme si ce dernier n’existait pas au Québec. Le ministre devrait passer plus temps sur le terrain plutôt que de parler d’adéquation de la formation avec les besoins des entreprises dans des hôtels huppés du centre-ville de Montréal. »
– Yves de Repentigny, FNEEQ-CSN

« Au lieu de venir parler d’éducation sous un angle économique à la Chambre decommerce, le ministre aurait pu prendre ce temps pour continuer les débats sur le projet de loi abolissant les commissions scolaires. C’est le quatrième bâillon en deux ans de pouvoir. Nous allons le suivre partout dans la grande région de Montréal pour lui rappeler que l’éducation, contrairement à ce que la Chambre de commerce ou qui que ce soit peut prétendre, ça ne se marchande pas! »
– Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket