Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des travailleuses et des travailleurs s’opposent à la centralisation des pouvoirs en éducation

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
McGill doit relancer son Conservatoire de musique

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

C’est avec consternation que le Syndicat des chargé-es de cours et des instructeurs-trices de McGill a…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Conférence du ministre Jean-François Roberge

Photo : Jean-François Coutu
Photo : Jean-François Coutu

Des travailleuses et des travailleurs s’opposent à la centralisation des pouvoirs en éducation

Des travailleuses et des travailleurs du réseau de l’éducation, que ce soit du personnel de soutien des commissions scolaires et des cégeps ou encore des enseignantes et des enseignants du milieu collégial, rappellent aujourd’hui au ministre Roberge que le réseau de l’éducation souffre et que sa réforme des commissions scolaires risque d’aggraver les problèmes d’attraction et de rétention du personnel.

Le personnel de soutien, notamment, ne manquera aucune occasion de rappeler son apport important en éducation au ministre Roberge, dans un contexte où ce dernier chamboule tout le réseau avec une réforme centralisatrice rappelant celle désastreuse de l’ancien gouvernement en santé et services sociaux, et ce, au moment du renouvellement des conventions collectives.

« À voir la manière avec laquelle se comporte le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, nous sommes inquiets de ce qu’il s’apprête à faire avec les conditions de travail du personnel qui œuvre dans les écoles et les cégeps. Nous vivons encore les impacts désastreux de la réforme Barrette dans le réseau de la santé et des services sociaux, tant pour le personnel que pour les services à la population. Le gouvernement Legault est bien en selle pour reproduire la même erreur en éducation! »
– Nathalie Arguin, présidente de la FEESP-CSN

Notons que, dans le cadre de la négociation des conventions collectives du secteur public, les demandes patronales en éducation font tout pour éloigner les personnes qui souhaiteraient venir travailler dans le réseau, déjà fortement touché par des pénuries de personnel importantes. Les patrons veulent augmenter les postes précaires et réduire les droits des travailleuses et des travailleurs du réseau, particulièrement celles et ceux en début de carrière.

« Du côté de l’enseignement supérieur, à part venir parler aux Chambres de commerce, le ministre Roberge n’a rien à proposer pour remettre le réseau sur les rails. C’est un peu comme si ce dernier n’existait pas au Québec. Le ministre devrait passer plus temps sur le terrain plutôt que de parler d’adéquation de la formation avec les besoins des entreprises dans des hôtels huppés du centre-ville de Montréal. »
– Yves de Repentigny, FNEEQ-CSN

« Au lieu de venir parler d’éducation sous un angle économique à la Chambre decommerce, le ministre aurait pu prendre ce temps pour continuer les débats sur le projet de loi abolissant les commissions scolaires. C’est le quatrième bâillon en deux ans de pouvoir. Nous allons le suivre partout dans la grande région de Montréal pour lui rappeler que l’éducation, contrairement à ce que la Chambre de commerce ou qui que ce soit peut prétendre, ça ne se marchande pas! »
– Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket