Conférence du ministre Jean-François Roberge

Photo : Jean-François Coutu
21 février 2020

Des travailleuses et des travailleurs s'opposent à la centralisation des pouvoirs en éducation

Les demandes patronales en éducation font tout pour éloigner les personnes qui souhaiteraient venir travailler dans le réseau.

Des travailleuses et des travailleurs du réseau de l’éducation, que ce soit du personnel de soutien des commissions scolaires et des cégeps ou encore des enseignantes et des enseignants du milieu collégial, rappellent aujourd’hui au ministre Roberge que le réseau de l’éducation souffre et que sa réforme des commissions scolaires risque d’aggraver les problèmes d’attraction et de rétention du personnel.

Le personnel de soutien, notamment, ne manquera aucune occasion de rappeler son apport important en éducation au ministre Roberge, dans un contexte où ce dernier chamboule tout le réseau avec une réforme centralisatrice rappelant celle désastreuse de l’ancien gouvernement en santé et services sociaux, et ce, au moment du renouvellement des conventions collectives.

« À voir la manière avec laquelle se comporte le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, nous sommes inquiets de ce qu’il s’apprête à faire avec les conditions de travail du personnel qui œuvre dans les écoles et les cégeps. Nous vivons encore les impacts désastreux de la réforme Barrette dans le réseau de la santé et des services sociaux, tant pour le personnel que pour les services à la population. Le gouvernement Legault est bien en selle pour reproduire la même erreur en éducation! »
– Nathalie Arguin, présidente de la FEESP-CSN

Notons que, dans le cadre de la négociation des conventions collectives du secteur public, les demandes patronales en éducation font tout pour éloigner les personnes qui souhaiteraient venir travailler dans le réseau, déjà fortement touché par des pénuries de personnel importantes. Les patrons veulent augmenter les postes précaires et réduire les droits des travailleuses et des travailleurs du réseau, particulièrement celles et ceux en début de carrière.

« Du côté de l’enseignement supérieur, à part venir parler aux Chambres de commerce, le ministre Roberge n’a rien à proposer pour remettre le réseau sur les rails. C’est un peu comme si ce dernier n’existait pas au Québec. Le ministre devrait passer plus temps sur le terrain plutôt que de parler d’adéquation de la formation avec les besoins des entreprises dans des hôtels huppés du centre-ville de Montréal. »
– Yves de Repentigny, FNEEQ-CSN

« Au lieu de venir parler d’éducation sous un angle économique à la Chambre decommerce, le ministre aurait pu prendre ce temps pour continuer les débats sur le projet de loi abolissant les commissions scolaires. C’est le quatrième bâillon en deux ans de pouvoir. Nous allons le suivre partout dans la grande région de Montréal pour lui rappeler que l’éducation, contrairement à ce que la Chambre de commerce ou qui que ce soit peut prétendre, ça ne se marchande pas! »
– Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN

← Précédent 28 février : grève nationale des responsables de services de garde de la CSN 21 février 2020
Suivant → Les membres du STT de la ville de Percé renouvellent leur convention collective 21 février 2020
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Pour information
Renaud Poirier St-Pierre
514 835-9780

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/contre-la-centralisation-des-pouvoirs-en-education-et-le-manque-de-vision/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.