Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

De technicienne chez Loto-Québec à aide de service en CHSLD

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Résidences privées pour aîné-es : la FTQ et la CSN revendiqueront un salaire minimum à 18 $ l’heure

Résidences privées pour aîné-es : la FTQ et la CSN revendiqueront un salaire minimum à 18 $ l’heure

La FTQ et la CSN coordonneront leurs négociations dans le secteur des résidences privées pour aîné-es…
Lancement de la négociation en santé et services sociaux : des solutions pour épauler le personnel

Lancement de la négociation en santé et services sociaux : des solutions pour épauler le personnel

Les délégué-es de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ont rendu visite…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…

Nouvelles CSN

2020-05-07_loto-covid_CSN

De technicienne chez Loto-Québec à aide de service en CHSLD

Alors que la pénurie de personnel faisait rage dans les CHSLD et que les appels à l’aide du premier ministre François Legault peinaient à combler les besoins urgents sur le terrain, Marie, une employée de Loto-Québec qui souhaite garder l’anonymat, s’est tout de suite inscrite sur le site Je Contribue pour offrir ses services en cette période de crise sanitaire inédite.

« Ses efforts, nous raconte Alain Balleux, président du Syndicat des travailleurs et travailleuses de Loto-Québec (STTLQ–CSN), méritent d’être connus et partagés publiquement. Sa contribution qui, à la base, est née d’un simple désir d’aider s’est vite transformée en un élan du cœur qui, nous croyons, pourrait en inspirer plusieurs. »

Résolue à prêter bénévolement main-forte au personnel d’un CHSLD le plus tôt possible, Marie a dû d’abord argumenter avec son propre employeur. Celui-ci lui offrait un congé sans solde pour pouvoir aller travailler dans un CIUSSS qui requérait, de son côté, qu’elle soit « embauchée formellement » pour la période où elle offrait son aide. Heureusement, grâce à l’intervention du STTLQ–CSN et de la CSN auprès des ressources humaines de Loto-Québec qui ont finalement interpellé leurs homologues du CIUSSS, tout est rentré dans l’ordre : Marie a pu (enfin) commencer son travail comme aide de service dans un CHSLD sans être pénalisée par les exigences bureaucratiques de la situation.

Lorsqu’elle est arrivée sur place pour son premier quart de travail (qui avait lieu la nuit), les employé-es de l’établissement qui l’accueillaient se demandaient par où commencer. « Je dirais qu’au début, on ne savait pas trop quoi faire de moi, avoue Marie en riant. Qui étais-je ? Qu’étais-je prête à faire ? J’ai écouté, demandé et ensuite, proposé. »

Avant de commencer le travail, Marie avait pris le temps de lire un peu sur le métier de préposé-e aux bénéficiaires, question d’essayer d’en savoir un peu plus « théoriquement » de manière à être plus performante du côté de la pratique. « J’avais lu qu’être préposée (PAB) ou infirmière en CHSLD, poursuit-elle, c’est faire don de soi. J’ai regardé le personnel la première nuit et c’est ce que j’ai constaté. Ces gens m’ont épatée ; les résidents aussi, d’ailleurs. J’ai reçu une leçon d’humanité. »

Tout au long de sa nuit, Marie a tenté de distribuer ce qu’elle appelle « des petits bonheurs » aux résidents, mais pas autant qu’elle ne l’aurait souhaité, car les tâches sont nombreuses et le personnel, limité.

« J’ai couru une partie de la nuit dans la chambre d’un résident qui ne cessait de faire sonner son alarme. Ça libérait un peu mes collègues. Il y avait cette dame de 73 ans, avec de sérieux problèmes de santé, qui appelait à l’aide pour avoir de l’eau — elle ne peut pas boire seule. Cette résidente est maintenant sur ma liste mentale et je vais la voir régulièrement pour lui apporter à boire, car demander de l’aide lui demande un grand effort — elle ne peut même pas sonner. »

Le travail de Marie ne se limitait pas à donner des verres d’eau. La formule « toutes autres tâches connexes » s’appliquait bien sûr à sa charge de travail. C’est ainsi qu’elle s’est appliquée à effectuer toutes les tâches pourtant nécessaires que le personnel ne pouvait exécuter, faute de temps et de renfort, comme placer des couches dans des chambres, remplir des chariots de soins, plier des serviettes, etc. Tout cela dans un contexte de pandémie qui fauche des vies chaque heure.

« Mon premier décès relié à la COVID-19 est survenu durant la nuit. En faisant ma ronde auprès d’une résidente, je me rends compte qu’il n’y pas de réaction, pas de pouls… L’infirmière se prépare à parler à la famille, tâche à laquelle elle ne s’habitue pas. Elle ne s’y habituera probablement jamais. Et malgré ce triste moment, la vie se poursuit tout de même dans toutes les autres chambres. On doit continuer malgré tout pour les gens qui ont encore besoin de nous, poursuit Marie. Les employés-es qui sont là tous les jours font des miracles. Il n’y a pas d’arrêt ou de pause, sauf au plus noir de la nuit. Et encore… »

À l’étage où travaillait Marie, la préposée présente l’a beaucoup aidée. Elle n’était pas censée y être cette nuit-là, car c’était sa nuit de congé. Mais elle était là. « Je n’ose pas imaginer comment elle se serait débrouillée seule. »

Marie avoue candidement qu’elle se croyait en forme. Après plusieurs quarts de travail, elle admet en riant avoir « les jambes en compote », avant d’ajouter du même souffle : « pas grave, je vais m’habituer. »

Après 15 jours consécutifs, à l’exception d’une nuit de congé, Marie est fatiguée, mais contente. Contente d’avoir pu aider un peu. Elle réalise à quel point le travail en CHSLD est exigeant et qu’il implique un dévouement exceptionnel. « Quel boulot ! Un vrai sacerdoce ! », s’exclame-t-elle, reconnaissante malgré tout de l’expérience qu’elle a vécue. « J’ai rencontré des gens extraordinaires, autant des collègues que des résidents. Ce séjour restera gravé dans ma mémoire à jamais. Je suis très reconnaissante d’avoir pu le vivre. »

On peut comprendre que le Syndicat des travailleurs et travailleuses de Loto-Québec ait voulu rendre hommage à cette dame anonyme dont la contribution exemplaire a de quoi inspirer en ces temps de pandémie.

Merci à Alain Balleux de nous avoir partagé si généreusement son récit.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket