Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

DEMIX doit respecter les chauffeurs de Saint-Hubert

Du même SUJET

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Aujourd’hui, au Palais de justice de Montréal, quelque 150 lock-outé-es de Rolls-Royce Canada plaideront non coupable à…
L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

En lock-out depuis le 15 mars 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada ont…
Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois…
La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

Réunis en assemblée générale le 11 mai 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls Royce…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Lockout

CSN, Lock Out, Demixe, grève, ©Dominic Morissette
CSN, Lock Out, Demixe, grève, ©Dominic Morissette

DEMIX doit respecter les chauffeurs de Saint-Hubert

Sans convention collective depuis le 30 avril 2020, les chauffeurs des bétonnières de DEMIX de l’usine de Saint-Hubert ont manifesté aujourd’hui en raison de l’attitude cavalière de leur employeur qui cherche à tout prix à briser leur solidarité. En plus de les placer sauvagement en lock-out trois heures après le début du déclenchement de leur grève le 24 septembre dernier, DEMIX fait actuellement appel à son concurrent Lafarge pour transporter le béton, ce que le syndicat dénonce. « Notre employeur cherche par tous les moyens à nous briser, c’est pourquoi nous avons déposé une requête en sauvegarde au Tribunal administratif du travail. Mais nous resterons forts et solidaires, tant qu’il le faudra ! », souligne le président du syndicat, Patrick Durand.

Parmi les revendications des travailleurs de DEMIX St-Hubert, on observe la parité salariale avec les usines de LaSalle et de Longueuil, les chauffeurs de ces deux usines gagnant 3 $ de plus l’heure que leurs collègues pour le même travail effectué. « C’est le même employeur, le même travail, ça ne fait aucun sens qu’ils n’aient pas le même salaire ! Il faut à tout prix régler cette inégalité qui est au cœur du conflit actuel », renchérit Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN).

« Mettre à la rue les chauffeurs alors que nous entrons dans une deuxième vague de la pandémie, qui laissera des séquelles pour tout le monde, c’est inacceptable. Les travailleurs de DEMIX pourront compter sur notre appui entier tant et aussi longtemps que leur employeur n’entendra pas raison », de conclure Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie (CCM–CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket