Des pénuries qui font mal

Partager

Jusqu’à maintenant, personne, ni les entreprises, ni les gouvernements, ni les maisons d’enseignement n’ont pu trouver remède à cette crise. Dans Québec–Chaudière-­Appalaches, le phénomène est encore plus criant qu’ailleurs. Le conseil central de la région a donc organisé, le 18 avril dernier, un Forum syndical sur les pénuries de main-d’œuvre pour dresser le bilan de la situation et explorer des pistes de solution.

Actuellement, au Québec, le taux de chômage est à son plus bas niveau en dix ans et le nombre de postes vacants atteint des sommets, plus encore que dans le reste du Canada. Selon Julien Laflamme, économiste au SRT–CSN, deux phénomènes sont responsables de ces pénuries de main-d’œuvre dans certains secteurs : « Il y a d’une part l’amélioration de la situation économique, mais aussi le vieillissement de la population québécoise, et c’est ici que le phénomène est le plus important en Amérique du Nord. La population active, les 15-64 ans, est en baisse, celle des soixante-cinq ans augmente très rapidement et les baby-boomers prennent massivement leur retraite, c’est un sommet. » Il y a donc plus de travail disponible, mais moins de monde pour pourvoir les postes et cela risque de durer encore une dizaine d’années. La survie de certaines entreprises est aujourd’hui menacée par ce manque de main-d’œuvre. Certains employeurs tentent de sacrifier les conditions de travail existantes, nous dit Jean Lortie, secrétaire général de la CSN : « Plusieurs se font dire : il faut que vous travailliez plus, que vous preniez moins de congés et moins de vacances, parce qu’on manque de monde. »

Dans certains secteurs, comme celui de la santé et des services sociaux, les travailleuses et travailleurs sont devenus les premières victi­mes de cette pénurie de main-d’œuvre. « Les mauvaises conditions d’emploi, la surcharge de travail et les heures supplémentaires obligatoires, causées par le manque de personnel, font fuir nos préposé-es aux bénéficiaires », explique Nathalie Côté, agente de griefs au CHU de Québec. Actuellement, dans notre région, il manque de 800 à 900 préposé-es aux bénéficiaires. Moi, j’en vois toutes les semaines des gens qui partent en maladie, qui demandent des congés sans solde ou qui démissionnent. »

Le secteur de la santé a maintenant très mauvaise réputation, ajoute Danny Roy, éducateur et président du syndicat des professionnel-les, des techniciennes et des techniciens du CIUSSS de la Capitale-Nationale. « Les conditions de travail sont devenues très diffi­ciles et la pénurie de main-d’œuvre, ce sont les salarié-es du réseau qui la portent sur leurs épaules. Comme l’employeur refuse les congés, les gens partent en maladie. Plutôt que de se laisser mourir au travail, plusieurs démissionnent et vont vers d’autres emplois. »

Au cours des dix prochaines années, un million de postes seront à pourvoir au Québec en raison des départs à la retraite et de la création d’emploi. À peine 50 % de ces emplois pourront être comblés par les jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Il faudra donc miser sur l’immigration. Encore faut-il faire une place aux nouveaux arrivants, reconnaître leurs compétences, les former et les accueillir comme il se doit, nous dit Maxime Jobin, électromécanicien et président du syndicat chez Garant de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud. « Nous avons embauché une douzaine de travailleurs de Madagascar, certains avec un diplôme d’ingénieur ou d’enseignant. Des individus qui n’avaient jamais travaillé dans une usine. Il faut les intégrer. On essaie de les accueillir et de sensibiliser nos travailleurs pour contrer la xénophobie et le racisme. Au début, certains sont venus me voir pour me dire : “ As-tu vu ça, ils se lavent les pieds dans le lavabo ? ” Je leur ai répondu que moi, je suis mécanicien, que j’ai les mains pleines de graisse, et que lorsque je me lave les mains dans le lavabo : ce n’est pas plus propre. »

Partout au Québec, on cherche des solutions aux problèmes causés par les pénuries de main-d’œuvre. Une des avenues les plus prometteuses, c’est la formation, nous dit Julie Marquis, économiste au SRT–CSN. « La formation, c’est essentiel ; il faut favoriser la formation continue en milieu de travail, profiter de programmes en formation de base et en francisation. Il faut donner aux travailleuses et travailleurs des compétences transférables et reconnues pour s’adapter et passer à travers les changements technologiques. » Entre-temps, l’automatisation des tâches et des emplois menace un grand nombre de travailleurs. L’OCDE prévoit que 12 % des emplois pourraient être automatisés d’ici vingt ans. La réflexion est loin d’être terminée.

← Précédent Des écrits qui ont marqué leur temps 4 juin 2018
Suivant → Une négo regroupée réussie 4 juin 2018