Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

En négociation depuis plus de deux ans, les travailleurs en loisirs de Laval votent dix jours de grève

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Lors d’une assemblée générale qui s’est tenue ce lundi soir, les membres du Syndicat des travailleuses…
Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) et le personnel de bureau d’Urgences-santé œuvrent dans l’ombre…

En négociation depuis plus de deux ans, les travailleurs en loisirs de Laval votent dix jours de grève

Réunis en assemblée générale extraordinaire, les travailleuses et les travailleurs en loisirs de Laval ont adopté à 97 % dix journées de grève qu’ils utiliseront au moment jugé opportun. Fait à noter, un amendement a été voté et approuvé par l’assemblée syndicale pour augmenter de cinq à dix le nombre de jours de grève.

« Nous sommes en négociation depuis plus de deux ans et nous avons été très patients compte tenu des déboires de la ville, mais il est temps que les choses débloquent. Malgré 20 séances de négociation, il reste plus de 40 points à régler. Les travailleurs veulent envoyer un message clair à l’employeur : c’est assez, il doit se mettre en mode règlement », affirme Martin Collerette, le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs des loisirs de Laval (CSN).

Les questions de la relativité salariale, du rattrapage salarial, de la formation présaison et des programmes d’aide aux employé-es sont quelques-uns des points qui achoppent encore à la table de négociation.

L’équité salariale, pour les étudiants aussi

« Les étudiants et les étudiantes, qui constituent la grande majorité des membres du syndicat, n’ont pas été considérés dans l’exercice de relativité salariale. Il est inconcevable de tolérer quelque discrimination salariale que ce soit à leur égard, peu importe la période durant laquelle ils sont appelés à travailler », ajoute le président du syndicat.

Rattrapage salarial

Les syndiqué-es demandent à la ville de reconnaître à sa juste valeur le professionnalisme dont ils font preuve en tout temps dans l’octroi des services aux citoyens. « Laval doit être plus compétitive dans son offre salariale par rapport à ce qui se fait dans d’autres municipalités. Il n’y a aucune raison pour qu’ils soient traités de façon différente des autres employés municipaux du Québec », soutient pour sa part le vice-président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Yvon Godin.

PAE et formation présaison

Les travailleuses et les travailleurs jugent également inadmissible de ne pas avoir accès à un programme d’aide aux employé-es, alors que plusieurs d’entre eux rencontrent parfois des situations psychologiquement difficiles. Ils estiment de plus qu’il est tout à fait injuste de courir le risque de perdre leur ancienneté et leur lien d’emploi s’ils ne peuvent se présenter à la formation présaison. « Nous avons proposé plusieurs solutions à la Ville, comme la fixation de plusieurs dates ou une formation Web qui permettraient aux syndiqué-es de suivre cette formation tout en remplissant leurs obligations de fin d’année. Nous ne comprenons pas pourquoi l’employeur s’y oppose », a encore souligné Martin Collerette.

« La Ville traite les travailleurs en loisirs comme des quantités négligeables. Je regrette. Ils sont des professionnel-les assidus qui prennent très au sérieux les services rendus aux Lavalloises et aux Lavallois. La FEESP-CSN les appuiera dans toutes leurs démarches et leurs décisions pour faire entendre raison à l’employeur », a conclu Yvon Godin.

À propos du syndicat

Le syndicat des travailleuses et travailleurs en loisirs de la ville de Laval (STTLVL) représente plus de 900 syndiqué-es. Il est affilié depuis 1987 à la Fédération des employées et employés de services publics -CSN. Celle-ci compte plus de 400 syndicats affiliés, représentant environ 55 000 travailleuses et travailleurs dans le domaine des services publics et parapublics. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 300 000 syndiqué-es provenant de tous les secteurs d’activité tant privé que public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket