PERSPECTIVES CSN
Mot du président

Mot du président

En route vers le 65e congrès

C’est dans un esprit de renouveau syndical, dans lequel la CSN s’est inscrite depuis quelques années, qu’a été conçue la démarche qui nous conduira au 65e Congrès.
Par Jacques Létourneau
Partager

Dans moins d’un an, en juin 2017, les syndicats de la CSN seront conviés à participer au 65e Congrès qui se tiendra à Montréal. Un congrès de la CSN, c’est majeur pour les syndicats, car il leur revient de voter les orientations du mouvement pour les trois années à venir, en plus d’élire les membres du comité exécutif. Les autres organisations affiliées, soit les huit fédérations et les 13 conseils centraux, ne peuvent y déléguer que trois personnes chacune. Cette caractéristique de la CSN laisse toute la place aux quelque 2500 délégué-es provenant des syndicats afin qu’ils s’approprient les débats et les décisions dans un processus démocratique.

C’est dans un esprit de renouveau syndical, dans lequel la CSN s’est inscrite depuis quelques années, qu’a été conçue la démarche qui nous conduira au 65e Congrès. L’originalité de cette approche audacieuse réside dans la consultation qui s’est engagée depuis le mois d’octobre auprès des syndicats. En effet, plutôt que de se lancer dans un processus de consultation plus traditionnel où un ensemble de recommandations sont soumises aux syndicats quelques semaines avant le congrès, ceux-ci seront cette fois-ci consultés sur les enjeux qu’ils souhaitent aborder et débattre.

Un congrès d’action

Pour mettre le processus au jeu, la CSN lance neuf revendications regroupées sous cinq thèmes, soit sécuriser le revenu tout au long de la vie, développer l’économie et créer des emplois de qualité, lutter contre les changements climatiques, consolider nos services publics et renforcer la démocratie. Les comités exécutifs des syndicats sont invités, au sein de l’instance qu’ils jugent la plus appropriée, à considérer avec leurs membres ces revendications et, s’ils le souhaitent, en soumettre de nouvelles. Au terme de cette tournée, en janvier, un manifeste — ou une plateforme de revendications — sera élaboré et présenté lors d’une deuxième tournée au printemps. Lors du congrès, les délégué-es seront appelés à déterminer les moyens à déployer pour faire vivre ce manifeste et invités à se mettre en marche pour réaliser les objectifs que nous nous serons fixés.

Au cours des deux dernières années, les militantes et les militants de la CSN sont, à maintes reprises, descendus dans la rue ou ont manifesté devant leur lieu de travail pour dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement Couillard. Les travailleuses et les travailleurs du transport collectif, des municipalités, des services de garde éducatifs, de l’éducation, des services sociaux, de la santé, de même que des organisations de développement régional n’ont pas manqué une occasion de revendiquer la fin de ces politiques restrictives et le réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux.

Notre vision s’oppose à celle d’un parti, le PLQ, qui veut affaiblir l’État. En déstructurant les régions, il nuit à la création d’emplois, qui était pourtant un engagement électoral. Or, c’est dans l’année qui suivra notre 65e Congrès que se tiendra l’élection du prochain gouvernement du Québec. Il nous appartient, au cours de cette période, de définir ce que nous voulons pour le mieux-être des Québécoises et des Québécois, et de trouver les moyens à mettre de l’avant pour que les choses changent.

C’est le sens de la démarche que nous vous proposons, en route vers ce 65e Congrès.

95 ans pour les travailleurs et les travailleuses

Le 24 septembre dernier, sans tambour ni trompette, la CSN a fêté son 95e anniversaire de fondation. C’est en effet en 1921 que la Confédération des travailleurs catholiques du Canada a été fondée par des ouvriers qui ont voulu se démarquer des unions américaines, notamment en posant le principe de l’autonomie syndicale.

Depuis 95 ans, la CSN a ce parti pris pour les travailleuses et les travailleurs, mais aussi pour l’ensemble de la population. Cet engagement se traduit par un appui indéfectible, et de multiples manières, aux négociations et aux mobilisations des membres. La force de la CSN, c’est aussi l’implication de ses militantes et de ses militants en faveur d’un État social fort qui participe à la répartition de la richesse créée collectivement.

Longue vie à la CSN !

← Précédent Une juste conquête de l'égalité 2 novembre 2016
Suivant → Des gestes inspirants ! 2 novembre 2016