Manœuvres ferroviaires

Gain d’un million d’heures

Le Comité de résolution des conflits de compétence a statué sur le fait que les travailleuses et travailleurs du rail détenaient toutes les compétences requises et méritaient d’être reconnus.
Par François Forget
Partager

En janvier dernier, les travailleuses et travailleurs spécialisés dans les chemins de fer ont obtenu une importante décision en faveur de la protection de leur emploi dans le cadre du chantier de construction du Réseau express métropolitain (REM) à Montréal. Aussi appelés manœuvres ferroviaires, ces travailleurs obtiennent un million d’heures de travail garanti pour la pose des rails grâce à l’intervention et à la ténacité de la CSN–Construction, qui a plaidé puis obtenu le respect de leur compétence devant une instance provinciale.

Un litige opposait en effet ces manœuvres ferroviaires au local 2182 affilié au Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), qui représente les mécaniciennes et mécaniciens de chantiers, et au local 711 de la FTQ, également affilié au conseil provincial, qui représente les monteurs-assembleurs. Ces deux organisations revendiquaient l’octroi de la totalité des travaux ferroviaires du chantier du REM, un projet de plus de six milliards de dollars qui doit être terminé en 2023.

Le Comité de résolution des conflits de compétence, qui relève de la Commission de la construction du Québec, a statué sur le fait que les travailleuses et travailleurs du rail détenaient toutes les compétences requises et méritaient d’être reconnus.

« La décision est claire : le règlement sur les métiers ne peut donner l’exclusivité des travaux aux deux métiers, explique le vice-président du génie civil et voirie de la CSN–Construction, Jean-Luc Deveaux. Les mécaniciens de chantiers prétendaient qu’un chemin de fer constitue de la machinerie. Les monteurs-assembleurs, pour leur part, disaient que le REM est comparable à un métro. Les deux groupes ont été déboutés. »

Le vice-président de la CSN–Construction ajoute qu’en plus de la protection d’emploi des manœuvres, les citoyennes et citoyens sortent eux aussi gagnants de cette affaire. « Une décision qui serait venue favoriser les mécaniciens de chantiers et les monteurs-assembleurs aurait généré un impact important sur l’assiette fiscale globale », conclut Jean-Luc Deveaux.

← Précédent La voix des membres entendue 15 février 2019
Suivant → L’ouverture des marchés publics, un bon pari ? 15 février 2019