Négociation

18 février 2019

Grève à la caisse Desjardins de Hauterive

« On ne peut pas accepter les demandes de reculs de l’employeur qui cherche à niveler nos conditions de travail vers le bas », affirme Chantale Vaillancourt, présidente du Syndicat régional des salarié-es des caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN, section caisse populaire Desjardins de Hauterive.

Alors que la négociation d’une nouvelle convention collective s’étire depuis juillet 2017, les travailleuses et les travailleurs syndiqués de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive, à Baie-Comeau, ont décidé de déclencher la grève pour lancer un message clair à l’employeur : les offres patronales ne sont tout simplement pas recevables.

« On ne peut pas accepter les demandes de reculs de l’employeur qui cherche à niveler nos conditions de travail vers le bas », affirme Chantale Vaillancourt, présidente du Syndicat régional des salarié-es des caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN, section caisse populaire Desjardins de Hauterive.

L’employeur souhaite notamment ne plus respecter l’ancienneté lors de l’attribution des postes. La caisse Desjardins demande des changements d’horaires qui compromettent la conciliation travail-famille, sans compter un recul au niveau des vacances. « Nous n’avons même pas d’offre salariale à ce jour », déplore la présidente.

La mission coopérative de Desjardins est de contribuer au « mieux-être économique et social des personnes et des collectivités ». « On constate depuis quelque temps que Desjardins demande systématiquement des reculs des conditions de travail, alors que ses bénéfices sont pourtant au rendez-vous. Je ne pense pas qu’Alphonse Desjardins aurait souhaité augmenter les profits de son organisation sur le dos des travailleurs », lance Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord–CSN.

« Une institution financière comme Desjardins a les moyens d’améliorer les conditions de travail de ses travailleuses et travailleurs partout au Québec. Il n’est pas question de reculer », affirme David Bergeron-Cyr, président de la Fédération du commerce de la CSN (FC–CSN).

La caisse de Hauterive à Baie-Comeau compte près de 40 syndiqué-es. La prochaine séance de négociation se tiendra les 26 et 27 février prochains. Les membres du syndicat ont voté pour à 96 % pour des journées de grève, le 20 décembre dernier.

← Précédent Bonne nouvelle pour les membres de la section Thermover 18 février 2019
Suivant → Interrogations sur la gestion financière de la TÉLUQ 19 février 2019
Partager
Dossiers
    Aucun dossier n'est associé à ce document.
Sujets
Région
  • Côte-Nord
Source
Conseil central Côte-Nord (CCCN–CSN)
Pour information
Martin Petit Service des communications de la CSN 514-894-1326

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/greve-a-la-caisse-desjardins-de-hauterive/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.