Entente entre le STT du Provigo Port-Cartier (CSN) et l’employeur

Réunis en assemblée générale le 5 avril 2022, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Provigo Port-Cartier (CSN) se sont prononcés en faveur d’une entente de principe intervenue entre les comités de négociation. D’une durée de sept ans, le contrat de travail de ces syndiqué-es prévoit, entre autres, des augmentations salariales totalisant 17,5 % ainsi que diverses augmentations de primes. De plus, l’employeur contribuera de 1 % supplémentaire au régime de retraite pour tous les salariés.

Le 8 février dernier, une annonce a été faite aux salarié-es que le Provigo deviendra un Maxi. L’entente conclue entre les parties prévoit des dispositions dans la nouvelle convention collective pour que la transition se passe pour le mieux.

« Nous avons fait reculer l’employeur sur plusieurs de ses demandes. Nous avons travaillé fort et nous sommes fiers du résultat », affirme Shirley Gagnon, présidente du syndicat. L’employeur et le syndicat n’ont pas eu besoin de recourir à leur droit de lock-out ou de grève. Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du Provigo Port-Cartier (CSN) représente une quarantaine de membres. Il est affilié à la Fédération du commerce (FC-CSN), qui compte plus de 35 000 membres.

Entente de principe entre le STT du Provigo Sept-Îles (CSN) et l’employeur

Réunis en assemblée générale le 28 mars 2022, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Provigo Sept-Îles (CSN) se sont prononcés en faveur d’une entente de principe intervenue entre les comités de négociation.

D’une durée de sept ans, le contrat de travail de ces syndiqué-es prévoit, entre autres, des augmentations salariales totalisant 17,5 % ainsi que des ajustements d’échelons. De plus, l’employeur contribuera de 1 % supplémentaire au régime de retraite pour tous les salarié-es.

« Nous sommes très fiers de cette négociation, notamment des augmentations salariales ! », affirme Louise Landry, membre du comité de négociation. Après plus d’une dizaine de rencontres en négociation, plusieurs solutions et objectifs ont été rencontrés. L’employeur et le syndicat n’ont pas eu besoin de recourir à leur droit de lock-out ou de grève.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du Provigo Sept-Îles (CSN) représente 90 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce (FC-CSN), qui compte plus de 35 000 membres.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CPE le Mur-Mûr–CSN à Fermont en grève le 26 novembre

Les travailleuses du CPE le Mur-Mûr seront en grève le 26 novembre à la suite d’une situation hors de l’ordinaire.

Le vendredi 19 novembre dernier, la directrice générale du CPE le Mur-Mûr, la directrice adjointe et l’ensemble des membres du C.A. ont annoncé leur démission pour des raisons non spécifiées. Conséquemment, nous nous sommes retrouvées aujourd’hui, le 26 novembre, avec un horaire incomplet et des groupes d’enfants sans éducatrices. Devant cette situation, et n’ayant AUCUNE réponse à nos questions de la part de l’ancienne directrice ou des membres du C.A., nous considérons qu’une journée de grève est préférable à un service inadéquat. Il en va de la sécurité et du bien-être des enfants.

« Nous ne disposons d’aucune information sur les jours à venir. Est-ce que le ministère ouvrira le CPE la semaine prochaine ? Quelles sont les raisons qui ont poussé la direction à démissionner ? Quand serons-nous en mesure de reprendre nos négociations locales ? Surtout, quand pourrons-nous enfin recommencer à prendre soin des petits dans un contexte approprié ? » ajoute Caroline Pariseau, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CPE le Mur-Mûr–CSN.

« On a vraiment affaire à une situation hors du commun ! » renchérit Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord. « Ce n’est pas la première fois que le CPE de Fermont traverse une période trouble, mais cette fois, c’est complètement inédit. En plein milieu de la négociation et du jour au lendemain, aucune direction, aucun C.A. et sans nouvelles du ministère de la Famille! Dans tous les cas, les travailleuses peuvent compter sur le Conseil central Côte-Nord pour traverser cette nouvelle tempête », conclut Guillaume Tremblay.

Le personnel de soutien de l’aide juridique en a marre de se faire niaiser

Le syndicat représentant les employé-es de bureau de l’aide juridique tient à démontrer son insatisfaction face à l’attitude du gouvernement et de la Commission des services juridiques dans le cadre de la négociation entourant le renouvellement de la convention collective. En négociation depuis 19 mois, le syndicat souhaite dénoncer la lenteur du processus alors que la partie patronale tarde à répondre aux demandes restantes.

« La vaste majorité des travailleuses et des travailleurs du secteur public ont obtenu une entente de principe à la fin du mois de juin, alors que nous, à l’aide juridique, on est incapable de nous donner des réponses complètes. Pendant ce temps, les problèmes à corriger se poursuivent et le personnel s’appauvrit alors que le coût de la vie continue d’augmenter » signale Émilie Nadeau préposée spécialisée à l’admissibilité et présidente par intérim du syndicat de la Côte-Nord.

Le syndicat constate qu’il ne reste que quatre sujets à traiter dans le cadre de cette négociation et en appelle à une meilleure collaboration de l’employeur afin d’en arriver à un règlement dans les prochaines semaines. Les membres réclament d’ailleurs d’uniformiser l’accès à la prime d’éloignement de 8 % qui s’applique déjà pour une partie du personnel sur la Côte-Nord.

« Cette prime a été instaurée en premier lieu pour tous les salarié-es de l’aide juridique qui travaillent au-delà du 50e parallèle. Or, depuis 2012, elle a été élargie aux avocates et aux avocats basés à Baie- Comeau et à Forestville, explique Mme Nadeau. C’est insultant et particulièrement dénigrant alors que dans un même bureau de la même ville deux collègues ne bénéficient pas du même traitement à cet égard, » conclut-elle.

« Je pense que le gouvernement ne remarque pas à quel point les services publics au Québec sont diversifiés. L’aide juridique permet aux citoyennes et aux citoyens moins bien nantis d’avoir accès à une réelle représentation pour faire valoir leurs droits dans un système judiciaire souvent inéquitable, mentionne Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la CSN sur la Côte-Nord. Il faut reconnaître concrètement l’apport important du personnel de l’aide juridique en répondant maintenant à leurs besoins, » renchérit-il.

Dans l’objectif de résoudre les litiges qui demeurent, le syndicat appellera ses membres à faire monter la pression par différentes actions de mobilisation au cours des prochains jours et des prochaines semaines.

Une journée de grève s’ajoute dans le cadre de la négociation locale du Syndicat des CPE de Sept-Îles

Les négociations locales du syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres de la Petite Enfance de Sept-Îles achoppent sur un enjeu important concernant les périodes de repos des éducatrices.

Actuellement, dans certains CPE, les éducatrices qui partent en pause le font de reculons, car elles savent que ça crée beaucoup d’angoisse à leurs collègues. « Certaines travailleuses ne prennent tout simplement plus de pauses, alors qu’elles sont pourtant nécessaires, mais imaginez le stress que ça représente de devoir surveiller deux groupes de dix enfants, souvent dans des pièces différentes. Si un groupe est en train de faire du bricolage avec de la colle ou des ciseaux, mais qu’un enfant se fait mal dans l’autre groupe avec un jouet, vous allez vous occuper de lui ou vous maintenez la surveillance sur ceux qui utilisent des ciseaux ? » demande Stéphanie Tanguay, présidente du syndicat.

Cette façon de faire, qu’on appelle auto-pause dans le jargon des CPE, est une conséquence des coupures de 2014 dans le réseau. « Auparavant, lorsqu’une éducatrice quittait pour sa pause de 15 minutes, une autre éducatrice, dont le principal rôle était de remplacer les pauses, prenait le relais. C’était mieux pour les éducatrices, qui ne se disaient pas qu’elles laissaient leurs collègues avec une surcharge de travail, mais aussi pour les enfants, qui avaient une attention soutenue tout au long de la journée ! » ajoute Josée Harel, vice-présidente à la négociation.

La solution simple à cette situation est d’avoir un poste d’éducatrice pour remplacer l’ensemble des pauses toute la journée. C’est mieux ainsi pour la santé et sécurité des éducatrices, mais aussi, et surtout, pour celle des enfants, car on a remarqué que la majorité des incidents en CPE se produise justement dans ces périodes où les éducatrices doivent partager leur attention entre deux groupes. « En fait, la solution est tellement simple qu’elle existe déjà à certains endroits, ça prouve donc que c’est possible d’arriver financièrement en garantissant un meilleur service, mais on tient à ce que ça se retrouve baliser dans nos contrats de travail. Nous aurons recours à la grève le 13 octobre de l’ouverture des CPE jusqu’à 13h pour mettre de la pression sur nos employeurs et obtenir gain de cause. » de conclure Stéphanie Tanguay.

Les Paramédics compensent pour la désorganisation du système de santé

Le centre hospitalier de Port-Cartier vit un important manque de personnel dans les derniers mois, occasionnant la rupture de certains services. Afin d’éviter une rupture de services complète, les Paramédics de la région sont actuellement appelés en renfort pour assurer les services aux citoyens.

« Les paramédics, qui sont déjà surchargés et qui vivent eux aussi des conditions de travail difficiles, – rappelons qu’ils ne peuvent prendre leur congé férié depuis trois ans en raison d’une pénurie de personnel dans leur secteur – doivent compenser pour la désorganisation du système de santé et la pénurie de main-d’œuvre que celui-ci connaît. Cela ne peut pas être la solution à long terme », souligne Daniel Charette, président du Syndicat des Paramédics de la Moyenne et Basse Côte-Nord—CSN.

M. Charette rappelle que depuis un an et demi, les paramédics de Port-Cartier sont en négociation pour le renouvellement de leur convention collective. « Cela fait des années que les paramédics demandent un élargissement de la profession. Or, la situation actuelle à Port-Cartier impose un élargissement de notre profession par la bande, sans que cela ait été négocié avec des conditions de travail adéquates. Le ministère développe aussi des projets d’élargissement de la profession dans d’autres régions, mais toujours sans négocier avec la partie syndicale. Le ministère doit se rendre à l’évidence : ces questions doivent absolument être discutées à la table de négociation actuelle », continue le président.

Pour Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord, il faut saluer le travail exceptionnel des paramédics, qui arrivent en urgence pour soutenir un système de santé désorganisé. « Les paramédics viennent prêter main-forte à la population de Port- Cartier, et c’est tant mieux, ce sont des travailleuses et des travailleurs dévoués, mais la situation est intenable dans le réseau de la santé et si les paramédics doivent faire partie de la solution, ce serait la moindre des choses qu’on en discute avec eux d’abord. », termine M. Tremblay.

La CSN se joint aux efforts pour sauver la traverse L’Héritage

Les conseils centraux de la CSN du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord se joignent aux efforts pour sauver L’Héritage et entendent défendre le maintien et le développement de transport entre les deux rives qui répondent aux besoins des deux régions.

Dany Héon, président par intérim du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL), et Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord, déclarent d’une même voix : « Le maintien de la traverse Trois-Pistoles/Escoumins est essentiel à la vitalité économique des deux rives du fleuve et à la pérennité de dizaines d’emplois ».

En 2019, 39 000 personnes ont traversé à bord de L’Héritage. Cette clientèle touristique permet de faire rouler les économies locales et a permis à plusieurs dizaines de travailleuses et travailleurs de gagner un salaire pour dépenser aussi en région. Être privé d’un lien entre les deux rives entraîne des conséquences énormes que le ministre Bonnardel n’ignore certainement pas après les déboires du F. A. Gauthier. Il est hors de question que les citoyens de Trois-Pistoles et des Escoumins fassent en plus les frais des cafouillages dans le dossier des autres traverses. Le ministre doit nous dire comment il entend maintenir toutes les traverses qui permettent la circulation entre le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord.

« Les régions de l’est du Québec ont déjà assez payé les frais de la diminution d’offres de transport par autobus ou par train ou encore à cause de traverses défaillantes. La réparation d’un bateau qui permettrait une desserte pour encore des dizaines d’années à venir n’est pas un luxe! Doit-on rappeler aux gouvernements de Québec et d’Ottawa que nous avons au Québec, l’expertise et les ressources nécessaires en termes de réparation et de construction de bateaux. Ce qui constitue un autre moyen de faire vivre les économies locales et régionales », de conclure les deux présidents.

Dépôt d’une pétition d’appui de la population

Ce matin, le Syndicat régional des salariées des Caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN a déposé à leur employeur une pétition rassemblant plus de 2000 signatures en appui à leur négociation.

« Après plus d’une vingtaine de rencontres, dont les dernières en présence du conciliateur, nous faisons toujours face à un employeur qui ne veut tout simplement pas négocier. Jeudi dernier, nous avons tenté de dénouer l’impasse à laquelle nous sommes confrontés, mais l’employeur reste inflexible, de déplorer Chantale Vaillancourt, présidente du syndicat. Le dépôt de cette pétition nous démontre que la population n’appuie pas la position et l’attitude de la Caisse. L’employeur fait du présentéisme, arrive aux rencontres sans mandat et ne fait aucune proposition pour en arriver à une entente avec ses salarié-es. Son comportement frôle la mauvaise foi. »

En grève générale illimitée depuis le 3 mai dernier, les salarié-es ont rassemblé plus de 2000 signataires en appui à ce message : Nous appuyons les syndiqué-es du Syndicat régional des salariées des caisses Desjardins de la Côte-Nord et demandons à l’employeur de la caisse populaire Desjardins de Hauterive de convenir d’un règlement immédiatement au bénéfice de tous les membres de Desjardins ainsi que de la population.

« Nous trouvons inconcevable qu’un employeur de cette envergure agisse de cette manière. En plein conflit, il n’a proposé aucune date de négociation alors que celle-ci est au point mort, à cause de son attitude. Jeudi dernier, nous avons proposé deux scénarios de règlements et l’employeur n’a pas bougé d’un iota de ses positions. Pour nous, il est clair que les paramètres de règlement sont dictés directement de la Fédération des Caisses Desjardins, ce qui empêche une négociation de bonne foi », a renchéri David Bergeron-Cyr, président de la Fédération du commerce–CSN.

En assemblée générale vendredi dernier, les membres ont réaffirmé leur détermination à poursuivre la grève, tout en se préparant à augmenter les moyens de pression.

« Tout ce que fait Desjardins actuellement, c’est de confirmer qu’il est un mauvais employeur, ce que nous répétons depuis déjà plusieurs semaines. La Fédération des caisses nous donne raison : elle refuse de confier des mandats clairs, des pistes de règlement et laisse la direction de la Caisse de Hauterive se présenter les mains vides en négociation. Nous sommes heureux du soutien de la population qui voit clair dans le jeu de l’employeur », de conclure Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord–CSN.

Après avoir reçu ces appuis, le syndicat demande à nouveau à la population de ne pas franchir la ligne de piquetage des employé-es de la caisse Desjardins de Hauterive, ce qui aide les syndiqué-es à régler plus rapidement leurs différends avec Desjardins.

À propos

La Fédération du commerce–CSN regroupe des femmes et des hommes partout au Québec, dans les secteurs du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. La fédération représente près de 2000 travailleuses et travailleurs de Desjardins partout au Québec. La fédération compte près de 30 000 membres, regroupés au sein de 330 syndicats. Le Conseil central Côte-Nord–CSN regroupe plus de 50 syndicats représentant sur une base régionale plus de 5500 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.

La maternelle 4 ans pourrait nuire à la vitalité des villages de la Côte-Nord

L’ouverture de classes de maternelle 4 ans pourrait avoir un effet négatif insoupçonné dans les petites localités. Si on faisait le choix d’inscrire les enfants de 4 ans actuellement en CPE à la maternelle, ça pourrait mettre en péril certaines installations en raison de la faible densité de population.

« Dans un village nord-côtier, l’arrivée de la maternelle 4 ans pourrait aussi faire fermer un des services de garde en milieu familial en place et ainsi laisser en plan des enfants de moins de 4 ans », insiste Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord – CSN, qui souligne que la vitalité de plusieurs villages dépend de l’offre de services de garde éducatifs 0-5 ans pour tous les enfants.

Concertation régionale indispensable

Dernièrement, le ministre Jean-François Roberge a ouvert la porte à des comités de concertation au niveau régional et national sur les maternelles 4 ans. « Si on veut éviter de déséquilibrer le réseau des services de garde éducatifs par des fermetures, il faut absolument asseoir tous ceux qui s’occupent de la petite enfance dans notre région », soutient Steve Heppell, vice-président régional de la FSSS-CSN Côte-Nord, qui ajoute qu’un conseil consultatif sur l’organisation des services de garde éducatifs existe déjà dans chaque région. Pour être cohérent, il faudrait que les commissions scolaires y siègent avant d’ouvrir des places de maternelle 4 ans n’importe où. Sinon, on risque de déstabiliser l’offre de services de garde éducatifs dans certains secteurs.

Le travail en silo des ministères (Famille, Santé, Éducation) ne permettra pas d’utiliser toutes les ressources spécialisées, comme les orthophonistes, peu importe si celles-ci sont à l’emploi du réseau de la santé et des services sociaux ou de celui de l’éducation. « L’accès à un spécialiste pour un enfant fragilisé de 2, 3 ou 4 ans ne devrait pas dépendre du réseau dans lequel le ou la professionnelle disponible travaille », soutient Julie Pellerin, présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de la Manicouagan–CSN.

Atouts des services de garde éducatifs

« Il ne faut pas oublier que pour certaines familles la maternelle 4 ans n’est pas gratuite. Elle peut même coûter plus cher que le CPE puisqu’il faut payer pour les lunchs, le service de garde scolaire et le camp de jour pendant l’été », rappelle par ailleurs Stéphanie Tanguay, présidente du Syndicat des travailleuses et de travailleurs de CPE de Sept-Îles–CSN. Cette dernière s’inquiète par ailleurs du manque d’enseignant-es et de ressources professionnel-les spécialisées pour les enfants fragilisés dans le réseau scolaire.

« Nous avons, au Québec, un réseau de service de garde éducatif qui donne le choix aux parents. Ils ont le choix d’envoyer leur tout-petit en CPE ou en milieu familial régis et subventionnés. La maternelle n’est pas ce qui convient le mieux pour tous les enfants de 4 ans » explique, Guillaume Tremblay. « Si on veut préserver ce choix, il faut se coordonner pour faire une offre qui convient aux besoins de l’ensemble des tout-petits, pas seulement ceux qui ont 4 ans », ajoute Julie Pellerin.

À propos

 Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, principalement sur le territoire du Québec.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) compte plus de 13 000 membres dans les services de garde éducatifs, soit en CPE et dans les milieux familiaux régis et subventionnés (RSG).

Le Conseil central Côte-Nord–CSN regroupe plus de 50 syndicats représentant sur une base régionale plus de 5500 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.

L’employeur doit revenir à la table de négociation

Lors d’un rassemblement tenu ce matin devant la caisse populaire Desjardins de Hauterive, appuyé par plusieurs travailleuses et travailleurs syndiqués de la CSN, le Syndicat régional des salariées des Caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN a lancé un appel à l’employeur pour que celui-ci revienne rapidement à la table de négociation.

« Même si Desjardins se targue d’être un bon employeur, nous sommes actuellement sans contrat de travail, et ce, depuis 22 mois. Alors que nous demandions le statu quo, la partie patronale ne cherche qu’à faire reculer les conditions de travail que nous avons acquises depuis longtemps, ce que nous refusons catégoriquement. Depuis le 3 mai dernier, date où nous avons voté la grève générale illimitée à 97 %, l’employeur laisse volontairement traîner la négociation, de dénoncer Chantale Vaillancourt, présidente du syndicat. Le 3 mai dernier, lorsque nous nous sommes présentés à la table de négociation, nous avons pourtant déposé une contre-offre globale et proposé plusieurs solutions sur différents enjeux, dont l’ancienneté et les horaires de travail pour lesquels l’employeur est en demande, mais celui-ci n’a rien voulu concéder en échange. »

« Lors des rares conflits que nous traversons, ça n’a tout simplement pas de bon sens de ne pas avoir de rencontres durant un mois. Or, depuis le 3 mai, l’employeur proposait seulement des dates de négociation au début du mois de juin. Que ce soit sur les services aux membres ou sur les travailleuses et travailleurs, l’employeur devra vivre avec les conséquences négatives de ce conflit. Depuis le début, nous prétendons que les mandats de négociation viennent directement de la Fédération des caisses Desjardins qui veut à tout prix niveler les conditions générales de ses salarié-es vers le bas. Si c’est le cas, nous trouvons encore plus inconcevable que la haute direction du mouvement cautionne une telle attitude de mépris envers ses membres et ses salarié-es », de déclarer Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord.

Le syndicat demande l’appui et le respect de la population en leur demandant de ne pas franchir la ligne de piquetage des employé-es de la caisse Desjardins de Hauterive. Cet appui aidera les syndiqué-es à régler plus rapidement leurs différends avec Desjardins.

À propos

La Fédération du commerce (CSN) regroupe des femmes et des hommes partout au Québec, dans les secteurs du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. La fédération représente près de 2000 travailleuses et travailleurs de Desjardins partout au Québec. La fédération compte près de 30 000 membres, regroupés au sein de 330 syndicats. Le Conseil central Côte-Nord–CSN regroupe plus de 50 syndicats représentant sur une base régionale plus de 5500 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.

 

 

 

 

Une vie syndicale forte

Forestville, le 14 mai 2019 – Le Congrès du Conseil central Côte-Nord – CSN s’ouvre aujourd’hui à Forestville sous le thème de la vie syndicale. « Être à la CSN, c’est aussi vouloir un monde plus juste, plus équitable et d’avoir des préoccupations environnementales. C’est aussi faire des luttes qui dépassent celles des relations de travail, et c’est ce que nous réaffirmerons encore une fois lors de ce congrès » a déclaré le président, Guillaume Tremblay. « Nous avons démontré au fil des années la force que nous avons lorsque nous décidons de se mobiliser collectivement, et je souhaite cette semaine que chaque membre de la CSN prenne conscience du pouvoir d’action qu’il a en tant que citoyenne et citoyen. »

Lors de ce congrès, les membres auront donc l’occasion de se pencher sur les enjeux des écarts de richesse, de la pénurie et de la rareté de main-d’oeuvre et de la condition féminine. « Malgré qu’on soit en 2019, nous avons toujours beaucoup de travail à faire sur les questions d’équité homme/femme, de la conciliation travail/famille et de la violence conjugale. » a-t-il rajouté.

Le congrès sera aussi l’hôte de conférences d’invité-es de marque. Parmi ceux-ci, Natasha Kanapé Fontaine, poète, militante innue et comédienne fera une présentation sur les inégalités hommes/femmes, tout en tissant des liens avec les communautés autochtones qui rappelons-le, représentent 20% de la population nord-côtière. Nous aurons aussi l’occasion d’entendre Laurent Ferrier, du département de technologie de maintenance industrielle du Cégep de Sept-Îles, sur la Révolution industrielle 4.0 et comment les grands changements technologiques de notre époque modifient le monde du travail. Christian Nadeau, professeur de philosophie à l’Université de Montréal, animera une conférence et un atelier sur la vie syndicale et Alain Deneault, auteur et philosophe québécois, viendra nous démontrer l’impact majeur des paradis fiscaux sur les inégalités économiques et comment elles se manifestent dans notre région.

« Après plus de 50 ans de présence CSN sur la Côte-Nord, nous démontrerons encore une fois la force de notre organisation et de la solidarité des 5 500 membres de la CSN sur la Côte-Nord lors de ce congrès. » a conclu Guillaume Tremblay.

À propos
Sur la Côte-Nord, le Conseil central Côte-Nord – CSN regroupe plus de 5 500 membres qui oeuvrent dans tous les secteurs d’activité et regroupés dans plus de 50 syndicats.

Grève à la caisse Desjardins de Hauterive

Alors que la négociation d’une nouvelle convention collective s’étire depuis juillet 2017, les travailleuses et les travailleurs syndiqués de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive, à Baie-Comeau, ont décidé de déclencher la grève pour lancer un message clair à l’employeur : les offres patronales ne sont tout simplement pas recevables.

« On ne peut pas accepter les demandes de reculs de l’employeur qui cherche à niveler nos conditions de travail vers le bas », affirme Chantale Vaillancourt, présidente du Syndicat régional des salarié-es des caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN, section caisse populaire Desjardins de Hauterive.

L’employeur souhaite notamment ne plus respecter l’ancienneté lors de l’attribution des postes. La caisse Desjardins demande des changements d’horaires qui compromettent la conciliation travail-famille, sans compter un recul au niveau des vacances. « Nous n’avons même pas d’offre salariale à ce jour », déplore la présidente.

La mission coopérative de Desjardins est de contribuer au « mieux-être économique et social des personnes et des collectivités ». « On constate depuis quelque temps que Desjardins demande systématiquement des reculs des conditions de travail, alors que ses bénéfices sont pourtant au rendez-vous. Je ne pense pas qu’Alphonse Desjardins aurait souhaité augmenter les profits de son organisation sur le dos des travailleurs », lance Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord–CSN.

« Une institution financière comme Desjardins a les moyens d’améliorer les conditions de travail de ses travailleuses et travailleurs partout au Québec. Il n’est pas question de reculer », affirme David Bergeron-Cyr, président de la Fédération du commerce de la CSN (FC–CSN).

La caisse de Hauterive à Baie-Comeau compte près de 40 syndiqué-es. La prochaine séance de négociation se tiendra les 26 et 27 février prochains. Les membres du syndicat ont voté pour à 96 % pour des journées de grève, le 20 décembre dernier.

La CSN sollicite le soutien de la population

Face à la crise que doivent gérer les membres du Syndicat des employé-es de la traverse de Matane–Baie-Comeau–Godbout–CSN (SETMBCG), depuis le 17 décembre 2018, la Fédération des employées et employés de services publics–CSN, le Conseil central du Bas-Saint-Laurent–CSN et le Conseil central Côte-Nord–CSN sollicitent le soutien de la population en appui au travail difficile que ces salarié-es doivent accomplir.

« Tous les employé-es de notre unité, les réguliers, les temporaires, sur appel et même des retraité-es ont mis l’épaule à la roue depuis la mise à l’arrêt du F.-A. Gauthier, de déclarer Mélanie Ouellet, présidente du SETMBCG. En plus des trois traversiers impliqués depuis un mois et demi, nous devons gérer tous les vols, ce qui ne fait habituellement pas partie de nos tâches. À tous les jours, nous sommes très bien placés pour comprendre toute la frustration et les inconvénients que la situation cause à notre clientèle. Nous pouvons toutefois compter sur l’appui et le soutien de notre employeur ».

« Nous désirons exprimer tout notre soutien et toute notre solidarité aux travailleuses et travailleurs qui doivent gérer cette crise à bout de bras avec tout le professionnalisme dont elles et ils font toujours preuve. En ce sens, nous sollicitons un appui bienveillant de la population à leur égard », de souligner Stéphanie Gratton, vice-présidente de la FEESP–CSN.

Au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord, toutes et tous reconnaissent l’importance de cette traverse, et ce, autant pour les déplacements personnels que pour le transport.

« Nous saluons le travail remarquable qui a été accompli par ces femmes et ces hommes depuis le tout début de cette difficile saga. Nous souhaitons vivement un retour à la normale, qui fera un grand bien à ces salarié-es ainsi qu’à leur famille », de renchérir Pauline Bélanger, secrétaire-trésorière du Conseil central du Bas-Saint-Laurent–CSN.

« En temps normal, quand tout va bien, les gens ne remarquent généralement pas toute l’importance du travail effectué par les salarié-es affectés à la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout. Aujourd’hui, nous demandons à nos concitoyennes et nos concitoyens de joindre nos voix et de manifester leur appui en ces temps difficiles », de conclure Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord–CSN.

Le Syndicat des employé-es de la traverse de Matane–Baie-Comeau–Godbout–CSN regroupe environ 50 salarié-es. Il est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics–CSN, qui compte plus de 425 syndicats représentant environ 60 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central du Bas-Saint-Laurent–CSN regroupe 110 syndicats et représente 10 000 membres provenant de tous les secteurs d’activité. Le Conseil central Côte-Nord–CSN regroupe plus de 50 syndicats représentant sur une base régionale plus de 5500 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité.

Condition des saisonniers : il y a urgence!

Une coalition réunissant des groupes de chômeurs, des syndicats CSN, des élus municipaux et des employeurs de l’industrie saisonnière de la Péninsule Acadienne, de Charlevoix, de la Côte-Nord ainsi que du Bas-St-Laurent, a tenu une conférence de presse le 4 décembre 2018 au Foyer de la Chambre des Communes du Parlement d’Ottawa, afin de rappeler la condition des travailleurs et travailleuses de l’industrie saisonnière et interpeler les pouvoirs politiques pour que des solutions réelles soient mises en marche. Les représentants et représentantes de cette coalition étaient entourés de nombreux parlementaires du NPD (Niki Ashton, Guy Caron et Brigitte Sansoucy), du Bloc québécois (Marilène Gill) et du Parti conservateur (Sylvie Boucher), venus soutenir les revendications des saisonniers.

Dans plusieurs régions du Québec et du Canada, des populations entières vivent et travaillent en fonction d’une économie saisonnière qui laisse de nombreuses personnes en situation de chômage. Ce sont des familles entières qui devront vivre très bientôt avec la réalité du « trou noir », c’est-à-dire se retrouver sans prestations de chômage, ni travail avant la reprise de la prochaine saison. Les difficultés sont réelles. Énormes. Et les dernières mesures du gouvernement, si elles ont représenté un pas dans la bonne direction en accordant 5 semaines de prestations supplémentaires aux saisonniers de 13 régions désignées au Canada, demeurent insuffisantes. Pour Line Sirois, d’Action-Chômage Côte-Nord, et Julie Brassard, du Mouvement Action-Chômage de Charlevoix, ainsi que Charles Breton, maire de Tadoussac, « il faut faire plus, il faut protéger nos régions, protéger l’industrie saisonnière, protéger notre monde ; l’hiver, il n’y a pas d’autres emplois disponibles ici, il faut s’assurer que les gens aient suffisamment de prestations de chômage jusqu’à la reprise de l’emploi. Ces 5 semaines de plus sont un bon début, mais ce sera insuffisant pour vraiment régler le problème. Des gens vont continuer à vivre le trou noir ».

Fernand Thibodeau, du Comité d’action sur l’assurance-emploi pour les travailleurs saisonniers du Nouveau-Brunswick, souligne la proposition mise de l’avant par la Coalition Québec-Nouveau-Brunswick : « Nous voulons que les régions qui vivent avec une économie saisonnière soient déclarées régions protégées et que les saisonniers de ces régions bénéficient de mesures d’exception :

  • avec un critère d’admissibilité fixé à 420 heures
  • une période de prestations suffisante pour éviter le trou noir, avec un plancher de 35 semaines, et un diviseur fixé à 12 ».

La Coalition présente à Ottawa en ce 4 décembre, revendique en effet un statut de « régions protégées » auprès du ministre responsable du programme d’assurance-emploi, l’Honorable Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

Pour Marilène Gill, députée de Manicouagan, « le Bloc Québécois a été de toutes les luttes avec les travailleurs saisonniers et nous lutterons jusqu’à ce qu’ils aient gain de cause. Nous exigeons une solution permanente et cela passe nécessairement par une révision de la Loi. Le concept de zones protégées fait partie de la solution. »

Pour Niki Ashton, députée NPD de Churchill-Keewatinook Aski, ainsi que Sylvie Boucher, députée de Beauport-Côte-de-Beaupré-Ile d’Orléans-Charlevoix, du Parti conservateur, « la condition précaire des saisonniers et de leurs familles, c’est l’affaire de tous. C’est un enjeu économique majeur pour nos régions, d’où l’urgence d’y apporter une solution porteuse et permanente. Nous soutenons cette proposition de régions protégées avec des critères visant le monde du travail saisonnier. »

Guillaume Tremblay et Nancy Legendre, respectivement président et présidente du Conseil Central CSN Côte-Nord et du Conseil Central CSN du Bas-Saint-Laurent, rappellent d’ailleurs que « les deux tiers des saisonniers vivent dans l’Est du Canada, parce que l’industrie saisonnière, pour l’essentiel, se trouve dans l’Est du Canada, et principalement dans un certain nombre de régions, comme la Péninsule Acadienne, la Côte-Nord, Charlevoix, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et d’autres ».

Depuis l’année dernière, nous assistons à une véritable mobilisation des saisonniers de toutes ces régions, affectés par des protections insuffisantes en matière d’assurance-emploi et par une réalité dramatique qui s’appelle le trou noir. Les saisonniers sont fiers de leur emploi, fiers de leur appartenance régionale, mais se sentent abandonnés des pouvoirs politiques. Il faut de véritables solutions. On peut être certains qu’à un an des prochaines élections fédérales, la mobilisation va aller en augmentant!

 

François Legault interpellé à faire mieux pour notre réseau public

Si le nouveau gouvernement de la CAQ veut réellement être celui du changement, il doit abandonner la vieille rhétorique des baisses d’impôt et de la disparition de postes dans la fonction publique qui n’affecteraient supposément pas les services à la population.

« On veut sortir du cauchemar qu’on vit depuis 15 ans dans les services publics. En faire plus avec moins pour donner des baisses d’impôt, ça ne marche tout simplement pas », lance Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord CSN (CCCN). Cette approche dépassée épuise les travailleuses et les travailleurs et nuit au recrutement du personnel, notamment en santé et en éducation.

Économie régionale
Sur le plan économique, François Legault a répété à plusieurs reprises qu’il voulait plus d’emplois à 30 $ l’heure, mais que va-t-il faire pour conserver ceux qui existent déjà?

Le Conseil central Côte-Nord CSN demande notamment à la CAQ de ne pas abandonner les alumineries qui sont toujours frappées par un tarif de 10 % sur l’aluminium qui est exporté au sud de la frontière. « Il faut que le nouveau gouvernement trouve une façon de maintenir les investissements dans l’aluminerie de Baie-Comeau malgré les pressions du président Trump », demande Guillaume Tremblay.

Si l’on veut vraiment augmenter le salaire des travailleuses et des travailleurs, il existe une autre solution simple pour améliorer le sort de plusieurs milliers de personnes d’un coup. « Pourquoi ne pas augmenter le salaire minimum à 15 $ l’heure? », suggère Guillaume Tremblay, qui ajoute qu’une meilleure conciliation famille-travail-études pourrait aussi jouer un rôle positif important dans le même sens.

Plus d’immigration sur la Côte-Nord est également un moyen de stimuler le développement économique, social et culturel de la région. « Cet enjeu est primordial. Il faut arrêter d’essayer de trouver le nombre idéal d’immigrants et plutôt s’assurer de vraies mesures d’intégration dans notre région », affirme Guillaume Tremblay.

Promesses contre-productives
Certaines promesses de la CAQ, comme l’abolition des commissions scolaires ou les maternelles quatre ans, risquent de déstabiliser le réseau de l’éducation sur la Côte-Nord. La privatisation de la société d’État n’est pas souhaitable non plus. « Ces propositions sont loin de faire l’unanimité. Ce n’est pas comme ça que le nouveau gouvernement va se démarquer de son prédécesseur », soutient le président du Conseil central.

Environnement
Le Conseil central souhaite par ailleurs que la CAQ prenne acte du problème grandissant du réchauffement climatique et de la nécessaire transition de notre économie. « Le gouvernement de la CAQ doit abandonner complètement l’idée d’exploiter le pétrole d’Anticosti. Il en va de l’intérêt de l’ensemble de la population », conclut Guillaume Tremblay.

Les salariés du magasin IGA de Baie-Comeau renouvellent leur convention collective

Réunis en assemblée générale le 3 juillet, les salariés du Syndicat des travailleurs et travailleuses de Sobey’s de Baie-Comeau (CSN) se sont prononcés en faveur de l’entente de principe conclue entre leur comité de négociation et leur employeur. L’entente, d’une durée de cinq (5) ans, comprend entre autres des augmentations de salaire de l’ordre de 11,5 %. Pour le régime de retraite, une bonification a été négociée, en effet, dès l’atteinte de 15 ans d’ancienneté, plutôt que 20, les salariés pourront cotiser à la hauteur de 3 % par année, alors qu’il fallait avoir 20 ans d’ancienneté auparavant pour atteindre ce taux de cotisation.

Pour les banques de congés de maladie, une augmentation du nombre d’heures a été négociée, passant de 44 heures à 56 heures pour les salariés à temps complet et de 20 à 24 heures pour les salariés à temps partiel. Il est à noter que la participation des salariés aux différentes assemblées générales durant la négociation a été excellente, de même que la qualité des débats qui y ont été tenus.

Le Canada, cancre de la classe

Des militantes et militants des régions de la Côte-Nord et de Québec–Chaudière-Appalaches occupent ce matin les bureaux du G7 à La Malbaie afin de réclamer à nouveau un ajustement d’urgence à l’assurance-emploi pour les travailleurs saisonniers. Des actions se tiennent aussi en parallèle au Nouveau-Brunswick et nous avons l’appui des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie qui vivent la même situation. « Pour nous, les locaux devant lesquels on manifeste n’ont pas été choisis par hasard. Cet été, des travailleurs de la région accueilleront ici les décideurs des plus grands pays du monde, mais en attendant, le Canada ne daigne même pas les aider à subvenir à leurs besoins de base. On voulait souligner l’absurdité de la situation » a critiqué Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord–CSN.

Dans la région de Charlevoix seulement, ce sont 2500 personnes qui occupent des emplois saisonniers et occasionnels. « Ce sont des milliers de femmes et d’hommes qui ne reçoivent pas d’aide du gouvernement en ce moment. Pourtant, cet été, les leaders du G7 qui vont s’enfermer ici dans leur tour d’ivoire vont pouvoir bénéficier des services qui seront justement donnés par ces travailleuses et travailleurs qui ont passé une partie de l’hiver sans aucun revenu. Ça n’a aucun sens que nos décideurs soient à ce point déconnectés de la population », a dénoncé Julie Brassard coordonnatrice du Mouvement action-chômage Charlevoix.

Par ailleurs, le Canada fait piètre figure lorsque vient le temps de faire une comparaison avec les autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). À titre d’exemple, le Canada est le seul pays membre où l’admissibilité à l’assurance-emploi est basée sur le taux de chômage dans la région où vivent les travailleuses et les travailleurs visés. De plus, le découpage de ces régions pour l’assurance-emploi ne suit pas le découpage administratif des régions, ce qui crée des aberrations statistiques, dont ce trou noir de l’assurance-emploi. Du coup, des dizaines de milliers de travailleurs saisonniers de la Côte-Nord, de Charlevoix, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et même du Nouveau-Brunswick se retrouvent sans aide alors que la saison de travail n’est pas encore entamée. « Question assurance-emploi, le Canada sera le cancre de la classe à la rencontre de cet été », a lancé Line Sirois, coordonnatrice du Mouvement action-chômage Côte-Nord.

Le 23 mars dernier, le ministre Blais est venu annoncer une formation à Sept-Îles pour venir en aide aux travailleurs aux prises avec le trou noir. Malheureusement cette offre arrive beaucoup trop tard. De plus, les centres locaux d’emploi (CLE) où ils doivent s’inscrire ne sont pas en mesure de mettre en place des programmes de formation qui répondent à la fois aux besoins des entreprises et des travailleurs dans des délais aussi courts.

« Nous avons encouragé nos membres à aller s’inscrire auprès des CLE, explique Guillaume Tremblay, mais la réponse des centres est inégale et on voit bien qu’ils ne sont pas préparés à ça. Le ministre est venu faire sa petite annonce avec tambours et trompettes, mais ça semble être une démarche politique improvisée. »

« La mise sur pied d’une table de travail sur l’enjeu du trou noir au court des prochaines semaines prend toute son importance. Nous sommes prêts à nous asseoir avec les gouvernements fédéral et provincial, ainsi qu’avec les régions concernées pour trouver des solutions permanentes et durables à cette situation problématique qui dure depuis trop longtemps et qui a des conséquences désastreuses sur l’emploi et l’économie dans nos régions », a conclu Guillaume Tremblay.

Le budget Morneau : un petit pansement sur une hémorragie

Plusieurs militantes et militants sont réunis ce matin devant divers bureaux de Service Canada de la Côte-Nord, de Charlevoix, du Bas-St-Laurent ainsi que du Nouveau-Brunswick pour dénoncer les mesures nettement insuffisantes en assurance-emploi prévues au budget Morneau. Les conseils centraux de la CSN de chacune des régions touchées, Action-chômage Côte-Nord ainsi que le Comité d’action de l’assurance-emploi des travailleuses et des travailleurs saisonniers du Nouveau-Brunswick exigent une aide immédiate pour combler le « trou noir de l’assurance-emploi » que vivent des milliers de travailleurs.

« Le 6 mars dernier, les attentes étaient très élevées avec le dépôt du budget ! Malheureusement, le gouvernement de Justin Trudeau n’a pas été à la hauteur de ces attentes qu’il avait lui-même créées en nous faisant croire qu’il avait compris nos réalités. Dix millions de dollars pour tous les chômeurs, ce ne sont que des miettes. Et dire que le ministre Duclos a eu l’audace de qualifier ces mesures d’aide pour l’assurance-emploi d’ « historiques » ! C’est inhumain de sa part et cela nous démontre à quel point il est insensible aux familles qui sont de plus en plus nombreuses à n’avoir aucun revenu » a résumé Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord – CSN.

« Nous saluons l’idée de permettre à des travailleurs d’avoir accès à de la formation lorsqu’ils sont sur l’assurance-emploi. D’ailleurs, plusieurs programmes existent déjà! Malheureusement, on ne règle pas le problème réel qui touche 6 500 travailleuses et travailleurs qui occupent des emplois saisonniers et occasionnels. La majorité d’entre eux n’ont pas besoin de formation supplémentaire pour faire le travail qu’ils occupent chaque année », a déclaré Line Sirois, coordonnatrice d’Action-chômage Côte-Nord.

Les employeurs qui œuvrent dans le tourisme, la pêche, la construction et l’exploitation des richesses naturelles ont investi dans leur main-d’œuvre et ont formé leurs travailleurs. Lorsque ces entreprises redémarrent leurs activités, elles doivent pouvoir compter sur leurs travailleurs formés et expérimentés.

Les nouvelles mesures de l’assurance-emploi pour les règles d’admissibilité et le nombre de semaines de prestation ont un impact économique majeur sur nos régions. Seulement sur la Côte-Nord, 6 500 travailleurs seront 6 semaines sans revenu, selon les évaluations de Service Canada. Alors que ces travailleurs touchent en moyenne des prestations s’élevant à 400 $ par semaine, cela représente concrètement des pertes de 18 millions de dollars dans notre économie. Le phénomène est semblable au Bas-St-Laurent, dans Charlevoix, en Gaspésie et au Nouveau-Brunswick.

« En janvier, Jean-Yves Duclos, le ministre de la Famille, des enfants et du Développement social, nous avait dit bien comprendre la réalité de l’industrie saisonnière et par le fait même, les difficultés auxquelles les travailleuses et les travailleurs doivent faire face. Il nous avait promis que nos actions serviraient à quelque chose. Aujourd’hui, on se réunit à nouveau devant les bureaux de Service Canada parce que l’aide, on ne l’a toujours pas et ça devient intenable. Le gouvernement doit faire quelque chose et le faire maintenant », a conclu Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-St-Laurent.

Appui financier de 30 000$ des travailleurs d’Alcoa–CSN de Baie-Comeau

Le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN), qui représente 650 travailleurs, versera un montant de 30 000 dollars en guise d’appui aux 1030 travailleurs de l’usine ABI, mis en lockout le 11 janvier dernier. Il s’agit de l’un des dons les plus importants octroyés ces dernières années à des travailleurs en conflit.

« Avec cet appui financier, nos membres ont voulu démontrer leur solidarité avec les travailleurs d’ABI, en les aidant durant cette période difficile, a déclaré Michel Desbiens, président du syndicat CSN. Les travailleurs de Baie-Comeau se sentent aussi concernés par les enjeux qui touchent les travailleurs d’ABI sur les questions touchant le régime de pension et l’attribution des postes par ancienneté. Nous leur souhaitons un retour rapide de l’employeur à la table de négociation. »

Au lendemain du déclenchement du lockout, le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN) et la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) avaient donné leur plein appui aux travailleurs de Bécancour. Le don, puisé à même les fonds du syndicat, « concrétise cette solidarité à leur égard », ajoute Michel Desbiens. Le don leur sera versé en main propre dans les prochaines semaines.

Le Syndicat national de l’aluminium de Baie-Comeau se prépare en vue des négociations pour le renouvellement de la convention collective, dont l’échéance est prévue le 31 mai 2019.

À propos de la CSN

Le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats. Il est également affilié à la CSN, laquelle compte près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs.

Les travailleurs de Charlevoix et de la Côte-Nord ressortent avec un certain optimisme

Après un siège de près de 36 heures dans les bureaux  du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos,  à Québec, les représentants des travailleurs de Charlevoix et de la Côte-Nord en ressortent avec un certain optimisme quant à la suite du dossier. De retour dans leur région, ils dressent un bilan positif de leur action et assurent qu’ils maintiendront la pression pour qu’une solution soit trouvée rapidement.

« Nous avons réussi à obtenir une rencontre en tête-à-tête avec le ministre qui a duré plus d’une heure. Nous avons pu bien lui expliquer l’état d’urgence dans lequel se retrouvent des centaines de travailleurs dont la plupart des emplois sont saisonniers. À partir de maintenant, le ministre a un portrait très clair de la situation. Il a fait preuve d’une grande écoute en nous assurant que notre geste n’aura pas servi à rien. La balle est maintenant dans son camp pour la suite des choses », a résumé le président de la CSN Côte-Nord, Guillaume Tremblay.

« La situation que vivent les travailleurs de Charlevoix et de la Côte-Nord est inacceptable. Des mesures d’urgence doivent être mises en place rapidement pour éviter que des familles ne se retrouvent sans revenus. Notre rencontre avec le ministre nous donne espoir qu’il saura trouver une solution à court terme pour régler le problème actuel et revoir la méthode de calcul pour l’obtention de prestation », a ajouté Line  Sirois d’Action Chômage Côte-Nord en expliquant que les travailleurs de l’industrie saisonnière doivent désormais travailler 140 heures de plus pour obtenir 6 semaines de prestation de moins.

« En campagne électorale, le Parti libéral s’était engagé à revoir le dossier de l’assurance-emploi. Le ministre a aujourd’hui une belle occasion de respecter cet engagement », a conclu Julie Brassard du Mouvement Action Chômage Charlevoix   en invitant la population à joindre les rangs de la mobilisation pour sauver des travailleurs du trou noir.