Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une journée de grève s’ajoute dans le cadre de la négociation locale du Syndicat des CPE de Sept-Îles

Du même SUJET

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Grève

2021-09_greve-cpe_cote-nord_CSN

Une journée de grève s’ajoute dans le cadre de la négociation locale du Syndicat des CPE de Sept-Îles

Les négociations locales du syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres de la Petite Enfance de Sept-Îles achoppent sur un enjeu important concernant les périodes de repos des éducatrices.

Actuellement, dans certains CPE, les éducatrices qui partent en pause le font de reculons, car elles savent que ça crée beaucoup d’angoisse à leurs collègues. « Certaines travailleuses ne prennent tout simplement plus de pauses, alors qu’elles sont pourtant nécessaires, mais imaginez le stress que ça représente de devoir surveiller deux groupes de dix enfants, souvent dans des pièces différentes. Si un groupe est en train de faire du bricolage avec de la colle ou des ciseaux, mais qu’un enfant se fait mal dans l’autre groupe avec un jouet, vous allez vous occuper de lui ou vous maintenez la surveillance sur ceux qui utilisent des ciseaux ? » demande Stéphanie Tanguay, présidente du syndicat.

Cette façon de faire, qu’on appelle auto-pause dans le jargon des CPE, est une conséquence des coupures de 2014 dans le réseau. « Auparavant, lorsqu’une éducatrice quittait pour sa pause de 15 minutes, une autre éducatrice, dont le principal rôle était de remplacer les pauses, prenait le relais. C’était mieux pour les éducatrices, qui ne se disaient pas qu’elles laissaient leurs collègues avec une surcharge de travail, mais aussi pour les enfants, qui avaient une attention soutenue tout au long de la journée ! » ajoute Josée Harel, vice-présidente à la négociation.

La solution simple à cette situation est d’avoir un poste d’éducatrice pour remplacer l’ensemble des pauses toute la journée. C’est mieux ainsi pour la santé et sécurité des éducatrices, mais aussi, et surtout, pour celle des enfants, car on a remarqué que la majorité des incidents en CPE se produise justement dans ces périodes où les éducatrices doivent partager leur attention entre deux groupes. « En fait, la solution est tellement simple qu’elle existe déjà à certains endroits, ça prouve donc que c’est possible d’arriver financièrement en garantissant un meilleur service, mais on tient à ce que ça se retrouve baliser dans nos contrats de travail. Nous aurons recours à la grève le 13 octobre de l’ouverture des CPE jusqu’à 13h pour mettre de la pression sur nos employeurs et obtenir gain de cause. » de conclure Stéphanie Tanguay.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket