Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Grève chez Olymel Princeville

Du même SUJET

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…
Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le Syndicat des employé-es de la Cie Montour–CSN, en grève depuis le 16 juin dernier, a déposé…
Une assemblée pour mettre fin au conflit de travail chez Viandes du Breton

Une assemblée pour mettre fin au conflit de travail chez Viandes du Breton

« C’est un signe fort que les syndiqué-es veulent envoyer à la partie patronale. Nous sommes prêts…
Grève générale illimitée chez Colabor

Grève générale illimitée chez Colabor

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor (CSN) de Boucherville ont voté à…
Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…

Conflit de travail

Photo : Cédric Martin
Photo : Cédric Martin

Grève chez Olymel Princeville

Le 28 octobre 2019, les 350 membres du Syndicat des employé-es d’Olymel Princeville–CSN ont déclenché une grève générale illimitée. Les employé-es ayant subi un recul salarial majeur de l’ordre de 5,40 $ en 2005, les salaires sont au cœur du litige. En 2018, l’employeur avait consenti des augmentations de 5,25 $ l’heure aux mécaniciens pour les garder dans l’entreprise. Malgré un chiffre d’affaires record en 2018, la réouverture du marché chinois au porc canadien et sa difficulté à recruter et à retenir ses travailleuses et travailleurs, Olymel refuse pour le moment d’appliquer le même traitement à tous ses salarié-es. Dans cette entreprise située dans les Bois-Francs, on abat, découpe et désosse environ 13 500 porcs par semaine.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket