Négociation du SEMB-SAQ

Histoire d’un marathon

Photo : Nicolas Legault
En ce qui a trait aux salaires, l’offre de la SAQ s’avère inférieure à ce qui a été octroyé aux salarié-es du secteur public ne couvrant même pas la hausse du coût de la vie.
Par Jean-Pierre Larche
Partager

Le Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ a entamé les travaux entourant la renégociation du contrat de travail en janvier 2017. La course de fond se poursuit toujours quelque 21 mois plus tard.

Réunis en assemblée générale le 28 septembre dernier, les membres du Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ–CSN) ont voté à 96 % en faveur d’une banque de 18 journées de grève supplémentaires à utiliser au moment jugé opportun. Bien que la convention collective soit échue depuis le 31 mars 2017, le syndicat entend bien prendre le temps de négocier une entente qui permettra d’améliorer le quotidien de milliers de travailleuses et de travailleurs précaires.

La négociation pas à pas
Le 18 janvier 2017, le syndicat représentant les 5500 employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ entreprend la renégociation de la convention collective avec notamment l’objectif d’améliorer le quotidien des quelque 70 % de ses membres qui n’ont pas accès à des postes à temps complet. De plus, les travailleuses et les travailleurs souhaitent améliorer la conciliation famille-travail, par exemple, en demandant à l’employeur de concevoir les horaires de travail plusieurs jours à l’avance.

La SAQ quant à elle veut revoir les horaires de travail d’une façon qui imposerait encore plus de difficultés à la conciliation famille-
travail des salarié-es tout en pénalisant les plus précaires d’entre eux. Bref, la table est mise pour une négociation ardue !

Dès février 2017, la SAQ fait appel à la conciliation. De son côté, le SEMB–SAQ a amorcé ses préparatifs bien avant le dépôt de son projet de négociation. Une structure de mobilisation provinciale est déjà en place à ce moment. Un comité de coordination national réunissant des représentants du syndicat et des services de la CSN planche déjà sur un calendrier à long terme.

Le syndicat utilise des moyens de communication novateurs pour joindre ses membres, dont une application mobile et des bulletins de nouvelles vidéo dynamiques sur la négociation et la mobilisation. Près de 60 % d’entre eux sont par ailleurs réunis dans un groupe Facebook fermé où ils échangent entre autres sur les tactiques de mobilisation.

Photo : Patrick Sicotte

Fin juin 2017, le syndicat obtient le mandat d’exercer des moyens de pression excluant la grève à près de 95 %. En août, les parties tentent de donner un nouveau souffle aux négociations en menant un blitz en mode exploratoire, mais sans succès. Le syndicat demande à ses membres de commencer à modifier leur uniforme de travail. Un tablier aux couleurs du syndicat fait son apparition dans les succursales. En parallèle, le mot d’ordre du syndicat est d’accorder la priorité absolue au service à la clientèle comme le demande l’employeur… C’est-à-dire que, par exemple, les caisses de bouteilles ne seront plus manipulées lorsque des clients sont présents !

Plusieurs « innovations » quant à la présentation des produits en tablette voient le jour. En effet, rares sont les clients de la SAQ qui n’ont pas remarqué de changements dans leur succursale ces derniers mois. Si certains cadres et patrons en doutaient encore, les salarié-es sont prêts à démontrer qu’ils entendent se tenir pour défendre leurs revendications. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont choisi comme slogan de négociation : 5500 à la table !

Cependant, malgré tous ces moyens de pression, la SAQ maintient la ligne dure sur ses demandes. Par ailleurs, en ce qui a trait aux salaires, l’offre de la SAQ s’avère inférieure à ce qui a été octroyé aux salarié-es du secteur public ne couvrant même pas la hausse du coût de la vie.

Intensification des moyens de pression
Dans ce contexte, fin juin 2018, le syndicat annonce avoir obtenu un mandat de grève de six jours, à l’issue d’une vaste tournée de consultation provinciale. Une première journée de grève se tient le 17 juillet, puis une autre le 22 août. Le dimanche 9 septembre, le syndicat déclenche une grève-surprise de 48 h après avoir publiquement annoncé un débrayage de 24 h le 10 septembre. Le syndicat prend la direction au dépourvu, qui se voit forcée de rappeler en catastrophe des cadres pour travailler le dimanche dans la soixantaine de succursales que la SAQ maintient ouvertes durant les journées de grève. Le coup semble porter puisque les négociations prennent tout à coup une nouvelle tournure, le SEMB–SAQ parlant de déblocage dans une vidéo d’information à l’intention de ses membres.

Ces journées de grève ont permis de raffermir les liens entre les membres à l’occasion de grands rassemblements régionaux et nationaux et de donner un nouveau souffle à la mobilisation dans cette négociation qui s’avère un marathon. « Les membres sentent bien l’appui de toute la machine CSN qui est derrière nous. Ils savent que si le conflit de travail doit se durcir, on ne sera pas seuls, qu’on aura tout ce qu’il faut pour pouvoir tenir la minute de plus, c’est un atout important », déclare la présidente du syndicat, Katia Lelièvre.

← Précédent Une militante mordue de syndicalisme 9 octobre 2018
Suivant → Les employé-es de la STM mobilisés 9 octobre 2018