Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Hôtels en transit

Du même SUJET

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Sur la centaine de répondantes et répondants médicaux d’Urgences-santé, pas moins de 21 ont quitté leur…
CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux demande au gouvernement de donner suite à plusieurs des recommandations soumises…
Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Les membres du Syndicat du transport scolaire du Saguenay–CSN, du Syndicat des travailleuses et des travailleurs…

Nouvelles CSN

2020-04_hotel-covid_CSN

Hôtels en transit

Depuis le début de la crise du coronavirus, le gouvernement a souvent mentionné la possibilité que certains hôtels soient mis à contribution, que ce soit pour servir d’hôpitaux de fortune qui accueilleraient des patients non atteints de la COVID-19 de façon à libérer des lits dans le système de santé, ou encore pour accueillir des voyageuses et des voyageurs qui doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours à leur retour au pays.

C’est dans cette deuxième catégorie que se situe l’hôtel pour lequel travaille Annie*. Préposée à la réception et présidente de son syndicat, celle-ci dresse un portrait surréaliste du déroulement des activités à l’intérieur de cet hôtel de la grande région métropolitaine.

« Les personnes qu’on accueille ont été testées à leur retour et leur test était négatif, assure-t-elle. Mais puisqu’elles reviennent de voyage et qu’elles habitent avec d’autres individus, la Croix-Rouge les envoie dans notre hôtel pour qu’elles restent en quarantaine pendant 14 jours. »

L’hôtel continue quand même à accueillir des clients « normaux » pendant ce temps, mais il y en a évidemment très peu. Et même les clients en quarantaine sont moins nombreux qu’attendu, selon Annie.

« Même avec ces clients, le taux d’occupation reste en bas de 5 %. On parle d’une dizaine de chambres occupées sur une capacité de quelques centaines, précise-t-elle. Avant la crise, il y avait environ 85 employé-es à l’emploi et maintenant, c’est un maximum de cinq qui travaillent. »

Mesures de distanciation obligent, les services aux clients ont évidemment été réduits au minimum. Les chambres ne sont pas nettoyées durant leur séjour, et après leur départ, elles restent vacantes pendant 72 heures.

« Mise à part la préposée à la réception qui est à l’abri derrière un plexiglas, aucun employé-e n’entre en contact avec les clients entre leur arrivée et leur départ, explique Annie. Les clientes et clients qui sont en quarantaine ont été installés sur le même étage. Notre restaurant est fermé; la nourriture vient donc de l’extérieur. Les repas sont déposés sur un chariot à l’étage et les clients sont appelés au téléphone à tour de rôle pour qu’ils sortent de leur chambre et aillent chercher leur repas dans le corridor. »

Jusqu’à présent, l’expérience semble se dérouler correctement, en partie grâce aux bonnes relations entre le syndicat et l’employeur et à l’attitude compréhensive de la clientèle. Il n’en reste pas moins que toutes et tous espèrent un retour à la normale le plus rapidement possible.

* Pour des raisons de confidentialité, nous avons choisi de ne pas dévoiler son identité ni celle de son employeur.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket