Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Infirmière auxiliaire : une pratique aux multiples facettes

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Sur la centaine de répondantes et répondants médicaux d’Urgences-santé, pas moins de 21 ont quitté leur…
Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Le bilan des 20 ans du modèle des groupes de médecine familiale publié par l’IRIS nous…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Le 10e congrès triennal du Conseil central de la Montérégie–CSN se tient cette semaine, du 17…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Point de mire

2019-04-17_PS-5_transport_CSN

Infirmière auxiliaire : une pratique aux multiples facettes

Les infirmières auxiliaires sont de vraies abeilles au sein du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. Dévouées et vaillantes, elles se démènent pour le bien-être des gens. Le cas de Marie-Josée Claveau, qui œuvre auprès des enfants malades et handicapés, est patent.

Marie-Josée a travaillé 18 ans comme agente administrative à la direction de l’enseignement de l’hôpital Sainte-Justine. À 47 ans, elle est retournée aux études pour devenir infirmière auxiliaire. « J’ai adoré chaque minute passée en classe. Enfin, je découvrais ma vocation ». À l’école spécialisée Victor-Doré de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) où elle travaille, certains cas sont très lourds. « Plusieurs enfants ont toute leur tête, mais sont prisonniers de leur corps et ne peuvent parler. On finit tout de même par pouvoir communiquer avec eux », explique-t-elle.

L’infirmière commence ses journées vers 7 h 15, avant que les enfants n’entament la leur à 8 h. Dès lors, elle et ses collègues préparent la médication destinée aux enfants de l’école. Antidouleurs, Ritalin, antireflux, médicaments contre l’épilepsie ou les spasmes sont placés sur des plateaux pour être distribués aux 90 destinataires. À l’heure du lunch, deux infirmières auxiliaires s’occupent du gavage de 50 enfants. « Quand je suis arrivée, le ratio était de 12 enfants pour une infirmière. Avec les compressions, il a explosé à 25 pour une ». Les travailleuses doivent donc emprunter sur leur temps personnel et ne cessent de courir. Comme le gavage est difficile à digérer, certains enfants peuvent convulser ou vomir et cela accroît ainsi les responsabilités des infirmières auxiliaires sur le plancher. Certains autres trébuchent et se blessent, il faut donc les soigner. D’autres encore s’étouffent en mangeant, il faut alors agir en urgence pour éviter le pire. « On connaît les enfants et ils nous connaissent, ajoute l’infirmière auxiliaire. Cela nous permet de prévoir quand et comment intervenir auprès d’eux. »

Ce qui fait la différence, estime-t-elle, c’est la stabilité du personnel qui les sécurise et leur donne confiance. « Nous sommes très attachées aux enfants. Même les parents nous demandent parfois d’administrer les médicaments à leur place. Tantôt parce qu’ils n’y arrivent pas, tantôt parce qu’ils n’ont pas le temps ou parce que l’enfant est plus rébarbatif à la maison. »

En outre, travailler comme infirmière auxiliaire à Victor-Doré ou ailleurs dans le réseau demande beaucoup d’initiative et des yeux tout le tour de la tête. Sans leur ardeur et leur passion à l’ouvrage, ce réseau serait bien mal en point.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket