Marche du 1er mai à Montréal

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Coalition montréalaise du 1er mai

2021_1er-mai-bandeau_CSN

Marche du 1er mai à Montréal

À l’occasion de la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs, la Coalition montréalaise du 1er mai soulève l’importance des enjeux sociétaux mis en lumière par la crise sanitaire et marchera aujourd’hui sous le thème : sortons de la crise en santé et en sécurité.

Le rassemblement est prévu à 13 h à la place Charles de Gaulle, au parc La Fontaine, pour entamer la marche à 13 h 30.

Le thème Sortons de la crise en santé et en sécurité se décline en 5 revendications :

Sortir de la crise avec un travail qui ne rend pas malade
La Coalition demande de mieux protéger au quotidien la santé des travailleuses et des travailleurs. La pandémie de COVID-19 aura été un exemple frappant pour le personnel de la santé et les travailleuses et travailleurs essentiels.

Non seulement la santé physique des travailleuses et travailleurs doit être mieux protégée, mais il faut assurer leur bonne santé mentale, notamment par une meilleure reconnaissance des maladies psychologiques. En plus d’une meilleure culture de prévention, la Coalition demande un meilleur accompagnement des victimes d’accident de travail ou de maladies professionnelles.

Sortir de la crise avec un salaire décent
Pour la Coalition, la santé et la sécurité passent également par un salaire décent. Alors que de nombreux travailleurs et travailleuses peinent à joindre les deux bouts financièrement, offrir de meilleures conditions de travail constitue un levier concret qui permet de réduire les inégalités en favorisant une plus grande justice sociale.

Sortir de la crise avec des droits renforcés
La Coalition demande de renforcer les droits dans l’ensemble des sphères de la société, que ce soit les droits sociaux et économiques, les droits du travail, la sécurité sociale ou les droits des immigrantes et immigrants; il nous faut tendre vers un plus grand respect des droits en tirant les leçons de la crise.

Sortir de la crise avec des services publics forts
Pour assurer la santé et la sécurité de tous, la Coalition demande un réinvestissement majeur dans les services publics et des mesures importantes pour assurer de meilleures conditions de travail pour celles et ceux qui les dispensent. Il faut pouvoir garantir à la population le droit d’avoir des services publics de qualité.

Sortir de la crise avec un réel engagement environnemental
Dans l’urgence de la crise, les gouvernements ont misé sur des mesures à court terme. La Coalition demande aux gouvernements de s’engager dans une relance économique qui ne se fasse pas au détriment de l’environnement. Il faut déployer une plus grande énergie pour s’attaquer aux changements climatiques à l’aide d’une économie plus verte, des énergies renouvelables et du développement durable.

Rappel historique
La Journée internationale des travailleuses et des travailleurs est née à la suite d’un mouvement de grève lancé à Chicago le 1er mai 1886 par 300 000 travailleuses et travailleurs qui voulaient obtenir la journée de travail de huit heures. Une répression policière sanglante est alors survenue : des militantes et des militants syndicaux furent arrêtés et condamnés à mort. Quatre d’entre eux ont été pendus. Six ans plus tard, ils furent innocentés.

À propos de la Coalition montréalaise du 1er mai

Organisations syndicales :

Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Confédération des syndicats nationaux (CSN), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Syndicat de professionnels et de professionnelles du gouvernement du Québec (SPGQ)

Organismes communautaires et groupes de la société civile :

Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI), Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire de Montréal (TROVEP), Union étudiante du Québec (UEQ), Union des travailleuses et travailleurs accidentés ou malades (UTTAM)

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023