Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Kronos : redonner au suivant

Du même SUJET

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Sur la centaine de répondantes et répondants médicaux d’Urgences-santé, pas moins de 21 ont quitté leur…
CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux demande au gouvernement de donner suite à plusieurs des recommandations soumises…
Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Les membres du Syndicat du transport scolaire du Saguenay–CSN, du Syndicat des travailleuses et des travailleurs…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Nouvelles CSN

Photo : Radio-Canada
Photo : Radio-Canada

Kronos : redonner au suivant

En 2013, les 280 travailleuses et travailleurs de Kronos ont traversé un long lock-out de six mois. Une période difficile au cours de laquelle certains d’entre eux ont dû se rabattre sur les banques alimentaires pour nourrir leurs familles.

« On a reçu beaucoup d’aide des autres syndicats de la CSN », se rappelle Serge Berthiaume, président du syndicat de l’entreprise située à Varennes. « Après la fin du lock-out, on avait pris la décision de prélever une cotisation spéciale de 10 $ par membre par semaine. La moitié pour renflouer nos caisses, l’autre moitié pour appuyer, à notre tour, d’autres syndicats dans le besoin. »

C’est à même ce fonds que les membres du syndicat ont décidé de verser un don de 5000 $ à une banque alimentaire de la région. « On n’a pas eu le temps encore de s’informer sur les groupes de la région, c’est juste trop fou à l’usine en ce moment avec tout ce qui se passe ! », s’excuse Serge. « Mais je vais voir à ça dès ce soir ! »

L’usine Kronos produit du dioxyde de titane. Le minerai, une fois purifié sous forme de poudre ou de liquide, entre dans la fabrication de divers produits alimentaires et pharmaceutiques. Faisant partie des secteurs jugés essentiels par le gouvernement, l’entreprise a pu poursuivre ses activités.

« Mais on talonne le boss tous les jours pour ajouter des mesures de prévention », nous rassure le président du syndicat. On a modifié les horaires de travail pour éviter que trop de monde se croise dans le vestiaire. En plus du personnel d’entretien régulier, on a ajouté des équipes pour désinfecter, 24 heures sur 24, les différents lieux de travail. Et pour ceux qui le peuvent, comme les dessinateurs ou les gens des bureaux, le télétravail est privilégié. »

Déjà réduit au minimum, le va-et-vient des camionneurs demeure une préoccupation pour le syndicat en raison des risques de propagation du virus. « On a fait installer une roulotte à l’extérieur de l’usine, ils peuvent l’utiliser pour aller à la salle de bain ou se laver les mains. On travaille également sur un projet avec l’employeur pour pouvoir prendre la température de toute personne voulant entrer sur les terrains de l’usine. À la guérite, avant même de passer le tourniquet. »

Chaque travailleur présentant des symptômes s’apparentant à un rhume ou à une grippe est promptement renvoyé chez lui. « On touche du bois. En date de 15 h aujourd’hui, personne n’a attrapé le virus chez nous. »

« Mais c’est ben du stress à gérer… »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket