Immigration

La CSN invite le gouvernement à élaborer des politiques afin d’assurer une réelle intégration des personnes immigrantes

18 août 2016

Le mémoire présenté rappelle les vingt-quatre recommandations de la CSN pour une politique d’immigration assurant une pleine intégration des nouveaux arrivants au Québec.
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Pour information
Mathieu M.-Perron
514 773-0060

Dans le cadre des auditions sur la planification de l’immigration au Québec (2017–2019) la CSN entend encourager le gouvernement à orienter ses efforts vers une intégration réelle des nouveaux arrivants tant professionnellement que socialement. « Le Québec doit mettre en place des politiques et des mesures de soutien à l’intégration à l’intention des nouveaux arrivants, et ce, le plus tôt possible dans la trajectoire migratoire. Autrement, l’immigration ne permettra pas au Québec d’atteindre ses objectifs de vivre ensemble harmonieux, de pérennité et de vitalité du français, ni de prospérité économique » déclare, M. Jean Lortie, secrétaire général de la CSN et responsable politique des questions de relations interculturelles.

Le mémoire présenté rappelle les vingt-quatre recommandations de la CSN pour une politique d’immigration assurant une pleine intégration des nouveaux arrivants au Québec. Le mémoire de la CSN commente également les grandes orientations proposées par le gouvernement, soit la stabilisation des niveaux d’immigration, la croissance de la part de l’immigration économique et la recherche de l’adéquation avec les besoins du marché du travail, l’immigration temporaire, la connaissance du français à l’admission, la contribution à l’essor des régions du Québec par l’immigration, et la réaffirmation de l’engagement humanitaire du Québec.

S’attaquer à la discrimination et au racisme systémique
Pour la CSN, la mise en place de politiques et de pratiques visant à enrayer la discrimination et le racisme systémique s’impose pour assurer l’intégration des personnes immigrantes et la pleine participation des communautés culturelles à la société québécoise. « Des obstacles systémiques subsistent et empêchent les personnes issues de l’immigration et les membres des minorités visibles, d’accéder à un emploi, de le maintenir ou d’avancer dans leur carrière, dénonce M. Lortie. La Commission des droits a d’ailleurs démontré qu’à caractéristiques et à compétences égales, un candidat au nom de famille à consonance française a au moins 60 % plus de chances d’être invité à un entretien d’embauche.  Il faut s’attaquer sérieusement à cette problématique. Donner suite à la demande d’enquête publique sur le racisme systémique que plusieurs intervenants réclament serait un pas dans la bonne direction».

Rappelons que la CSN sonne l’alarme depuis des années sur l’urgence d’agir pour mettre fin à la discrimination systémique fondée sur la race, la couleur et l’origine ethnique. En 2005 elle avait présenté un mémoire en ce sens au Groupe de travail sur la pleine participation à la société québécoise des communautés noires.

La connaissance du français à l’admission
La langue est le premier vecteur d’intégration tant social que professionnel. La CSN voit d’un bon oeil l’objectif de sélection d’au moins 85 % de travailleurs qualifiés qui connaissent le français à l’admission. Pour assurer la vitalité du français, le budget gouvernemental alloué aux programmes d’accueil et de francisation doit impérativement être établi en fonction du volume prévu d’immigrants à franciser et du coût unitaire moyen de francisation.

Pour une véritable intégration
La CSN craint que l’instauration prochaine d’un système d’immigration par déclaration d’intérêts, similaire à celui de l’Australie, n’ait pour résultat d’encourager une sélection à la carte où le principal atout d’une personne immigrante serait sa capacité à occuper immédiatement un emploi. « La politique d’immigration québécoise ne saurait se réduire à l’arrimage mécanique de candidatures avec les besoins immédiats de main-d’œuvre. Elle doit poursuivre des objectifs beaucoup plus larges que de simplement répondre aux besoins des employeurs. La démographie, la pérennité du français, l’enrichissement du patrimoine socioculturel et la solidarité internationale doivent tout autant guider nos choix. Et le maitre mot doit être l’intégration harmonieuse des personnes immigrantes », de marteler M.Lortie.

← Précédent La CSN sonne l'alarme sur un séisme appréhendé dans le dossier des hydrocarbures 17 août 2016
Suivant → Un lancement de saison sous le signe de mises à pied pour Vtélé, MusiquePlus et MusiMax 23 août 2016

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-csn-invite-le-gouvernement-a-elaborer-des-politiques-afin-dassurer-une-reelle-integration-des-personnes-immigrantes/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.