La CSN participe à la première conférence abolitionniste internationale

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

La CSN accueille favorablement l’accord historique intervenu à la COP15 de Montréal cette semaine pour la…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Trente organisations communautaires et syndicales se rassemblent, appuyées par de nombreux groupes et individus des milieux…
Iran, la mèche de la révolte

Iran, la mèche de la révolte

Lettre ouverte publiée le samedi 28 octobre dans Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, Le Quotidien,…
Le projet de loi C-11 doit rétablir l’équilibre avec les géants du numérique, plaide la FNCC–CSN

Le projet de loi C-11 doit rétablir l’équilibre avec les géants du numérique, plaide la FNCC–CSN

C’est aujourd’hui que la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC–CSN) présentera son mémoire…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…

La CSN participe à la première conférence abolitionniste internationale

A ujourd’hui, à Paris, la vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux, Véronique De Sève, a participé à la première conférence internationale abolitionniste.

« Prostitution et traite des êtres humains dans le monde : une exploitation des plus vulnérables ». Elle y a notamment fait connaître la démarche ayant conduit à l’adoption par la CSN d’une position abolitionniste face à la prostitution.

De quoi on parle?

L’évènement, qui rassemble des élues, des syndicalistes, des survivantes et d’autres intervenantes de divers pays œuvrant sur cette question, vise notamment à renforcer le réseau international abolitionniste et à favoriser le partage des expériences et des travaux en cours. Par leurs échanges, les participantes et les participants de l’évènement mettent en commun leurs expériences pour faire avancer la lutte contre l’exploitation sexuelle et la violence envers les femmes et pour contrecarrer le trafic dont elles sont victimes. Ils se prêtent aussi à l’analyse des différentes avenues possibles pour agir sur les mentalités et faire reculer certaines idées reçues.

Mythes pernicieux

« Plusieurs mythes circulent au sujet de la prostitution, rappelle à cet effet Véronique De Sève. Cette activité n’est pas un travail, même si plusieurs le prétendent, mais bien de l’exploitation. On invoque aussi le libre-choix des prostituées pour défendre la légalisation. Or, la grande majorité des prostituées n’ont pas voulu, comme choix de carrière, vivre de la prostitution. Il faut toujours se le rappeler : des filles entrent dans la prostitution à un très jeune âge, soit vers 14 ans. On ne peut parler d’une décision libre et éclairée à un si jeune âge. Il faut combattre ce genre d’idées sans fondement. »

Le parlement canadien a adopté tout dernièrement le projet de loi C-36 qui s’inspire du modèle nordique en s’attaquant aux proxénètes et aux clients. Malheureusement, la loi maintient la possibilité de poursuites contre les prostituées lorsque la sollicitation a lieu dans certains endroits publics.

Situation des femmes autochtones au Canada

Dans un rapport datant de 2009, Statistique Canada révélait que les femmes autochtones sont trois fois plus susceptibles que les autres femmes d’être victimes de violence. Elles sont aussi surreprésentées à titre de victimes d’homicides. La CSN exhorte à cet effet le gouvernement canadien à mettre en place rapidement une commission d’enquête nationale concernant la disparition et l’assassinat de 1186 femmes autochtones. Celui-ci oppose encore une fin de non-recevoir à cette enquête qui lui est demandée par de nombreux groupes de défense des droits des femmes.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket