La CSN presse Ottawa de multiplier les démarches

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Ce jeudi 17 novembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives nationales…
Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Trente organisations communautaires et syndicales se rassemblent, appuyées par de nombreux groupes et individus des milieux…

Libération de Raif Badawi

La CSN presse Ottawa de multiplier les démarches

Tous les yeux des militantes et des militants des droits de la personne et de la liberté d’expression de la planète sont tournés vers l’Arabie saoudite, alors que Raif Badawi pourrait de nouveau être fouetté demain. Au Québec et au Canada, la mobilisation se poursuit pour presser le gouvernement de Stephen Harper de multiplier les démarches pour que cesse ce châtiment barbare et pour la libération immédiate du blogueur emprisonné depuis le 17 juin 2012.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) joint sa voix à toutes celles qui réclament du ministre des Affaires étrangères, John Baird, qu’il pose des gestes concrets et continus pour obtenir sa libération. Des représentants de la CSN participeront d’ailleurs au rassemblement d’Amnistie internationale, aujourd’hui à 13 h 45, devant le Parlement canadien, à Ottawa, puis à la vigile devant l’ambassade d’Arabie saoudite. Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, marchera aux côtés de militantes et de militants de la centrale syndicale qui viendront en autobus de l’Estrie, de Montréal et de Gatineau pour montrer leur soutien à Raif Badawi.

La CSN invite ses membres et la population à signer la pétition d’Amnistie et à écrire au ministre Baird pour qu’il agisse promptement afin de permettre au prisonnier d’opinion de rejoindre sa famille, réfugiée à Sherbrooke.

En décembre dernier, le conseil confédéral de la CSN a voté une résolution d’appui à la libération de Raif Badawi, arrêté pour avoir créé un site Internet de débat politique et social, et plaidant pour la liberté d’expression. Il a été condamné à 10 ans d’emprisonnement, à 1000 coups de fouet et à une amende d’un million de riyals saoudiens (près de 290 000 $). Raif Badawi a été frappé de 50 coups de fouet le 9 janvier.

La CSN a écrit au roi Abdullah bin Abdul Aziz Al Saud, au prince Mohammed bin Naif bin Abdul Aziz Al Saud, ministre de l’Intérieur, et à Yousuf Rashad A. Abuaish, ministre et chargé d’affaires de l’ambassade du Royaume d’Arabie saoudite à Ottawa, afin que les autorités saoudiennes :

• amnistient immédiatement Raif Badawi, et toutes les autres personnes détenues pour avoir exercé leur liberté d’expression, et les libèrent immédiatement et sans conditions ; • se conforment au droit international afin d’assurer le respect des droits de la personne en Arabie saoudite.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket