Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN rend hommage à Robert Burns, un homme de conviction

Du même SUJET

Lucie Dagenais : une grande dame nous quitte

Lucie Dagenais : une grande dame nous quitte

C’est avec profondément de tristesse que le mouvement CSN a appris le décès cette semaine de…
Gérald Larose recevra le prix Chevalier-de-Lorimier

Gérald Larose recevra le prix Chevalier-de-Lorimier

Nous désirons vous transmettre cette invitation du Rassemblement pour un pays souverain. Cette année pour sa 17e…
Joseph Giguère (1940-2020)

Joseph Giguère (1940-2020)

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de Joseph Giguère, ancien président du Conseil…
Fernand Daoust, un grand bâtisseur du Québec

Fernand Daoust, un grand bâtisseur du Québec

C’est avec une grande tristesse que les membres de la CSN ont appris ce matin le…
Le prix Pierre-Vadeboncœur 2019 remis  au romancier et essayiste Yvon Rivard

Le prix Pierre-Vadeboncœur 2019 remis au romancier et essayiste Yvon Rivard

Le jury du prix Pierre-Vadeboncœur a porté son choix sur l’essai Le chemin de l’école, de…
Décès de Norbert Rodrigue, ancien président de la CSN

Décès de Norbert Rodrigue, ancien président de la CSN

C’est avec une profonde tristesse que la CSN a appris le décès, hier soir, de Norbert…

Un militant progressiste qui a eu à cœur la cause ouvrière

La CSN rend hommage à Robert Burns, un homme de conviction

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) veut rendre hommage à Robert Burns, politicien, indépendantiste, mais avant tout homme de gauche et progressiste qui a eu à cœur la cause ouvrière tout au long de sa vie.

« L’engagement et les idéaux de Robert Burns à cet égard n’ont jamais fait défaut, a réagi à son décès le président de la CSN, Jacques Létourneau. Ce sont des qualités trop rares de nos jours, en particulier chez celles et ceux qui font le saut en politique active. Nous saluons sa détermination et la force de ses convictions qu’il n’hésitait jamais à placer en avant, même dans les moments les plus difficiles. »

Après des études en droit, Robert Burns, devient avocat de la CSN en 1962 et il accède à la direction de son service juridique en 1966. Il s’agit d’une période déterminante pour le Québec avec la Révolution tranquille, la syndicalisation du secteur public québécois et de nombreuses luttes pour sortir les travailleuses et les travailleurs de la pauvreté et pour revendiquer des conditions de travail décentes. Il a joué un rôle de premier plan comme négociateur lors de la grève des employés du transport en commun, à Montréal, en 1967, qui s’était terminée par l’une des premières lois spéciales contre des syndicats. Lors de l’élection québécoise de 1970, il devient l’un des sept députés du Parti québécois à se faire élire. En 1971, lors de la célèbre grève au quotidien La Presse, il participe à une manifestation d’appui, s’opposant alors à la consigne de son parti.

« Durant toute la décennie des années 1970, où il a été député de la circonscription de Maisonneuve à l’Assemblée nationale, Robert Burns s’est tenu debout et a toujours fait valoir ses idées, parfois à l’encontre de certains députés de son propre parti et de son chef, René Lévesque. C’est aussi un grand démocrate que nous saluons bien bas », a poursuivi Jacques Létourneau.

Robert Burns a été un grand défenseur de législations ouvrières, dont les dispositions anti-briseurs de grève, celle sur la santé et la sécurité du travail et le promoteur de la réforme du financement des partis politiques. Durant la grève de Marine Industries, à Sorel, en 1984-1985, il a aussi présidé le comité des « sages », mis sur pied par le premier ministre de l’époque, René Lévesque, pour tenter de dénouer le conflit de travail. La CSN offre à la famille et aux proches de Robert Burns ses plus sincères condoléances.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS