TÉLUQ

La grève générale se poursuit

Pourquoi avoir déclenché la grève générale illimitée ?
Par Noémi Desrochers
Partager

En grève générale illimitée depuis la fin janvier, les tuteurs et les tutrices de la TÉLUQ ne baissent pas les bras. Le Point Syndical a rencontré Nancy Turgeon, présidente de leur syndicat affilié à la FNEEQ–CSN.

En quoi consiste le travail des tuteurs et des tutrices ?
« Les professeurs créent le matériel de cours pour les étudiants. À partir de là, nous assurons l’encadrement, donc le suivi pédagogique individualisé avec l’étudiant pour l’aider à comprendre la matière, pour le motiver et, bien entendu, fournir une rétroaction sur les travaux et déterminer si l’étudiant réussi le cours ou non. La sanction de la réussite est de la responsablité de la personne tutrice. »

Qui sont les tuteurs et tutrices ?
« Il y a près de 200 tuteurs et tutrices à la TELUQ. Ce sont des gens hautement qualifiés, dans des domaines spécialisés. La grande majorité d’entre eux ont des maîtrises et des doctorats. Ils sont aussi expérimentés : leur moyenne d’âge est de 50 ans et ils comptent en moyenne 14 années d’ancienneté. »

Pourquoi avoir déclenché la GGI ?
« Ce n’est pas une décision que nous avons prise de gaieté de cœur. Le déclenchement de la grève s’est effectué après une vingtaine de mois de négociation, en présence de conciliateurs du ministère du Travail. L’impasse au début de la négociation est encore et toujours la même : la TÉLUQ souhaite confier notre travail à des personnes contractuelles ainsi que, possiblement, fragmenter notre tâche pour en donner une partie à des auxiliaires d’enseignement, faisant en sorte que le travail ne soit pas effectué dans son entièreté par des enseignantes et enseignants qualifiés. »

Qu’est-ce que ça prend pour régler ?
« Nos demandes sont ciblées : c’est la préservation de nos emplois et, donc, d’un encadrement de qualité. Nous sommes ouverts à bonifier notre pratique pour améliorer les services aux étudiants, mais évidemment, pour cela, il faut que la TÉLUQ décide de nous conserver à son emploi. »

← Précédent La CSN en commission parlementaire 6 juin 2019
Suivant → Inquiétudes chez les RSG 6 juin 2019