Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Là où le mot « soutien » démontre encore tout son sens

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
McGill doit relancer son Conservatoire de musique

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

C’est avec consternation que le Syndicat des chargé-es de cours et des instructeurs-trices de McGill a…
Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) est d’avis que les amendements…
PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi sur la liberté académique dans…
Campagne Je soigne avec mon DEC

Campagne Je soigne avec mon DEC

Sur le thème Je soigne avec mon DEC, la Coalition pour le maintien du DEC qualifiant…
UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

Réunis en assemblée générale jeudi, les membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM…

Journée nationale du personnel de soutien en éducation

2020-09-24_cegep-nego_CSN

Là où le mot « soutien » démontre encore tout son sens

Dans toutes les régions du Québec, on souligne aujourd’hui la Journée nationale du personnel de soutien en éducation. Cette journée spéciale se veut une occasion de souligner la rigueur, la compétence et l’engagement des employé-es de soutien du réseau de l’éducation. Mais cette année marque une édition bien particulière, alors que le Québec est en pleine pandémie de COVID-19.

Le soutien en temps de COVID-19

« Depuis le printemps, nous avons été à même de constater plus que jamais le caractère essentiel de l’apport du personnel de soutien. En effet, dès les premiers moments du confinement, en mars dernier, c’est le personnel de soutien qui a fait fonctionner les services de garde d’urgence, notamment par sa présence réconfortante auprès des enfants. Il a aussi assuré le déplacement de l’enseignement collégial traditionnel vers une formule adaptée à la pandémie, tout en préparant la rentrée scolaire et collégiale ». Aussi, dans les deux secteurs, c’est le personnel de soutien qui a rigoureusement assuré l’hygiène des locaux », disent d’une même voix Annie Charland, présidente du secteur scolaire, et Martin Ménard, président du Secteur soutien cégeps.

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) souhaite rappeler que, quotidiennement, des milliers de femmes et d’hommes sont à pied d’œuvre pour effectuer des milliers de tâches, souvent invisibles, mais toujours essentielles au bon fonctionnement des centres de services scolaires, des cégeps, des collèges privés et des universités du Québec.

« C’est un véritable coup de force que le personnel de soutien a réalisé depuis la mi-mars et les défis sont loin d’être terminés. Toutefois, ces milliers de travailleuses et de travailleurs vont tout mettre en œuvre pour assurer les meilleurs services possibles à la population étudiante du Québec », ajoutent-ils.

Des négociations qui stagnent 

La reconnaissance de la part du gouvernement tarde à venir, alors que celui-ci disait publiquement vouloir un règlement rapide des négociations entourant le renouvellement des conventions collectives; c’est le silence radio depuis le milieu de l’été.  Alors que les comités patronaux de négociation s’entêtent à vouloir augmenter la précarité du personnel de soutien en déposant des demandes en ce sens, la FEESP-CSN rappelle que les solutions pour attirer et retenir les travailleuses et les travailleurs dans les établissements scolaires et dans les cégeps se trouvent dans ses cahiers de négociation.

« Le ministère de l’Éducation a lancé dernièrement une campagne de recrutement pour le réseau de l’éducation, en raison de la pénurie dans certaines classes d’emploi. Si le gouvernement tient à rendre le réseau davantage intéressant pour de futurs travailleuses et travailleurs, il persiste à conserver des demandes qui aggravent la précarité et réduisent par le fait même la qualité de vie au travail », signale Stéphanie Gratton, vice-présidente responsable de la négociation du secteur public à la FEESP-CSN.

Université Concordia :

Le milieu universitaire est aussi impacté par le contexte dans lequel est plongé l’enseignement supérieur au Québec. « Qu’ils travaillent à domicile ou sur place pendant la pandémie, nos membres ont continué de soutenir les opérations de la bibliothèque à l’Université Concordia. Au même moment, notre syndicat a dû relever le défi très difficile de conclure nos longues négociations avec l’Université. Ce sont des temps incertains et nos emplois évoluent chaque jour, mais la valeur de notre travail est plus grande que jamais », souligne Kent Cluff, président du Concordia University Library Employees’ Union (CULEU), FEESP–CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket