Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La partie patronale refuse d’accélérer et d’améliorer le processus de négociation

Du même SUJET

La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…
Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Trois ans après avoir rejoint les rangs de la CSN, les employé-es de la municipalité de…
Budget provincial  : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

Budget provincial : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) déplore que le budget 2022-2023 du gouvernement provincial, présenté aujourd’hui par…
Des syndicats de la fonction publique québécoise réclament des actions concrètes

Des syndicats de la fonction publique québécoise réclament des actions concrètes

Afin d’endiguer les problèmes de pénurie de main-d’œuvre qui mettent à mal les services publics, des…
La CSN demande l’intervention de Bruno Marchand

La CSN demande l’intervention de Bruno Marchand

À la suite des récentes tensions entre la direction et les membres du Syndicat des salariés(ées)…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Négociation du secteur public

2018-06-12_assnat_CSN

La partie patronale refuse d’accélérer et d’améliorer le processus de négociation

Alors que les organisations syndicales se préparent à déposer leur projet de revendications pour la prochaine négociation du secteur public, les fédérations représentant les travailleuses et les travailleurs des services publics affiliés à la CSN ont demandé à leurs vis-à-vis patronaux de procéder à des dépôts de demandes simultanés. Elles s’expliquent mal le refus de la quasi-totalité des comités patronaux, d’autant plus que cette proposition de la CSN aurait permis de raccourcir le processus de négociation.

Actuellement, la partie patronale dispose de soixante jours pour étudier les demandes syndicales et formuler une réponse. Pour les fédérations de la CSN, ce délai ralentit inutilement la négociation. Elles estiment qu’après avoir subi de plein fouet les mesures d’austérité du gouvernement libéral, les travailleuses et les travailleurs des services publics doivent obtenir rapidement des améliorations à leurs conditions de travail.

Elles estiment aussi que ce délai crée une dynamique néfaste aux tables de négociation. Les demandes patronales constituent surtout des réponses aux propositions syndicales, plutôt qu’une présentation objective de solutions visant à améliorer les services publics.

La CSN procède actuellement à une consultation de ses membres sur ses revendications pour la prochaine négociation, l’objectif étant de déposer son cahier de demandes au gouvernement du Québec le 30 octobre prochain. Les conventions collectives des travailleuses et des travailleurs des services publics arriveront à échéance le 31 mars 2020.

Citations :

« Les Québécoises et les Québécois sont bien conscients de la crise qui se vit dans les réseaux présentement. Pour reconstruire nos services publics après les mesures d’austérité du gouvernement libéral, nous croyons qu’il faut rapidement se mettre au travail », Yves de Repentigny, vice-président responsable du regroupement cégep, Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN).

« Nos conditions de travail ont été mises à mal, ce qui a eu un effet important sur les services à la population et sur la capacité de nos employeurs à attirer et à retenir le personnel. Nous devons rapidement régler les problèmes de surcharge de travail et de précarité pour améliorer nos services publics », Josée Marcotte, vice-présidente du secteur public, Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

« Nous l’avons vu lors de la dernière négociation, les dépôts des comités patronaux sont des réponses à nos demandes plutôt qu’une présentation des réelles intentions de ces derniers. Au lieu de mettre de l’avant des solutions pour améliorer nos services publics, on perd un temps fou à se répondre mutuellement. Il faut absolument instaurer de nouveaux modes de fonctionnement qui permettent vraiment un dialogue constructif avec nos vis-à-vis aux tables de négociation », Ginette Langlois, présidente de la Fédération des professionnèles (FP-CSN).

« Nous demandons aux différents ministres responsables de se positionner sur cette question. Pourquoi refuser de procéder à des dépôts simultanés? Nous pensons que c’est dans l’intérêt de tout le monde de procéder de la sorte », Nathalie Arguin, présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket