Manifeste

Faire les choses autrement

6 juin 2017

Photo Michel Giroux
Les hommes et les femmes du Québec ont été trompés et c’est le temps de changer les choses.
Partager
Dossiers
Région
  • L'ensemble du Québec

Les temps sont difficiles. Les hommes et les femmes du Québec travaillent dur pour leur argent. Désabusés, ils ne peuvent que constater le décalage entre leurs besoins et les investissements gouvernementaux. Au lieu de tisser des liens solidaires, nos dirigeants effritent le tissu social au bénéfice de la sacro-sainte économie. Les hommes et les femmes du Québec ont été trompés et c’est le temps de changer les choses. En présentant le manifeste, la CSN souhaite remettre l’espoir à l’ordre du jour.

Fruit de la démarche de consultation qui s’est déroulée auprès des syndicats l’automne dernier, le manifeste se déploie autour de cinq grands axes, cinq grandes luttes.

À l’insécurité généralisée, la CSN revendique un revenu suffisant pour tous les citoyens et citoyennes tout au long de leur vie. Des modifications majeures à la Loi sur les normes du travail, un salaire minimum qui permet de sortir de la pauvreté et une bonification de la Régie des rentes sont les ingrédients essentiels pour atteindre ce premier objectif. Mais ce n’est pas suffisant. Sans la participation de la société civile et sans une politique industrielle portée vers l’avenir, le développement des emplois de qualité sera freiné par les intérêts financiers des entreprises déjà bien choyées par nos gouvernements. La CSN réclame qu’une partie plus importante des gains des entreprises soit investie dans la formation et le perfectionnement des travailleuses et des travailleurs.

Il est aussi temps de corriger le tir et de consolider nos services publics malmenés par une vision tronquée des finances publiques. Un réinvestissement financé par une augmentation des revenus de l’État est essentiel. Des mesures contre l’évitement fiscal et les paradis fiscaux, l’instauration d’un impôt minimum pour les entreprises et l’ajout de paliers d’imposition pour les particuliers les plus fortunés seront au cœur de cette lutte à laquelle s’engage la CSN.

Il est aussi le temps de s’attaquer au réchauffement climatique, la pire menace environnementale de notre temps. La cible du gouvernement Couillard pour réduire les gaz à effet de serre ne sera sans doute pas atteinte. Le Québec doit se doter d’un plan d’action sérieux pour éliminer notre dépendance au pétrole. Développer une stratégie pour amener les entreprises à utiliser et à développer des technologies propres lui donnerait davantage de crédibilité.

Enfin, le décalage entre la volonté populaire et les résultats électoraux encourage le désabusement et le cynisme de la population à l’égard de la classe politique. Sans tout régler, un mode de scrutin proportionnel mixte améliorerait le processus démocratique. En le combinant avec un accès à une information de qualité, soutenue par un financement et une réglementation adaptée, les citoyennes et les citoyens seraient mieux outillés pour prendre des positions éclairées sur les enjeux sociaux.

« La qualité de vie peut être améliorée. Il est possible d’agir de sorte que personne ne soit laissé pour compte. On peut faire d’autres choix. On peut faire les choses autrement. » Nous devons voir loin, viser juste.

← Précédent Vote de grève aux Industries Mailhot 6 juin 2017
Suivant → Hommage à une grande militante 6 juin 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-manifeste-de-la-csn/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.