Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le patron de Radio-Canada a passé le mois de décembre en Floride : deux poids, deux mesures

Du même SUJET

Olymel doit changer de culture

Olymel doit changer de culture

Nancy Mathieu, secrétaire générale de la Fédération du commerce–CSN En 1991, la création d’Olymel visait à…
Ne les oublions pas

Ne les oublions pas

En ce jour du Souvenir, la CSN tient à souligner la mémoire de toutes les victimes de…
Abolition du service local de police et du centre d'appels

Abolition du service local de police et du centre d'appels

La Ville de Mont-Tremblant procédera, sous peu, à des consultations publiques pour transférer son service de…
Une annonce qui manque de vision à long terme

Une annonce qui manque de vision à long terme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN) et la Confédération des…
Un nouveau site Web et une application mobile  qui vont plaire aux membres

Un nouveau site Web et une application mobile qui vont plaire aux membres

Après avoir pris des décisions importantes quant à son avenir lors du congrès de février dernier,…
La FNC-CSN propose des solutions innovantes et respectueuses des journalistes et des éditeurs

La FNC-CSN propose des solutions innovantes et respectueuses des journalistes et des éditeurs

Témoignant dans le cadre de l’examen législatif de la Loi sur le droit d’auteur mené par…
IMG_0394

Le patron de Radio-Canada a passé le mois de décembre en Floride : deux poids, deux mesures

Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC) dénonce fortement le séjour de plusieurs semaines à Miami, en Floride, du vice-président principal des Services français de CBC/Radio-Canada, Michel Bissonnette.

De nombreux membres du syndicat sont en colère, et avec raison : Michel Bissonnette a manqué à son devoir d’exemplarité, au moment où la direction de Radio-Canada demande à ses employé-es de respecter scrupuleusement les règles sanitaires des autorités de santé publique. Pour le STTRC, il s’agit d’un sérieux manque de jugement de la part du patron de Radio-Canada.

Michel Bissonnette s’est excusé, mais il doit encore des explications à l’organisation selon le STTRC. « Et ça, ça inclut les employé-es, parce qu’il nous demande, depuis le mois d’avril, de travailler et de vivre dans des conditions qui sont assez particulières », soutient le président du STTRC, Pierre Tousignant. Cette décision démontre également un manque de sensibilité à la réalité des employés au moment où la question du télétravail sera au cœur des discussions entre l’employeur et le syndicat au cours des prochains mois.

Une membre du syndicat a notamment perdu un contrat parce que la société d’État jugeait qu’elle ne pouvait faire du télétravail en Gaspésie. Voilà que Michel Bissonnette, lui, peut faire du télétravail depuis Miami? Les membres du STTRC méritent mieux que cette gestion de deux poids, deux mesures de la part de Radio-Canada.

À propos

Le syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC, ancien SCRC) compte plus de 2500 membres au Québec et à Moncton. Il est affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et à la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket